Leçons de niveau 16

Logiciel libre/Les différentes licences

Une page de Wikiversité.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Début de la boite de navigation du chapitre
Les différentes licences
Icône de la faculté
Chapitre no 3
Leçon : Logiciel libre
Chap. préc. :CopyLeft et OpenSource
Chap. suiv. :La gestion des projets
fin de la boite de navigation du chapitre
Icon falscher Titel.svg
En raison de limitations techniques, la typographie souhaitable du titre, « Logiciel libre : Les différentes licences
Logiciel libre/Les différentes licences
 », n'a pu être restituée correctement ci-dessus.

Les licences intègres[modifier | modifier le wikicode]

La licence Free Software (FS) et ses 4 grands principes[modifier | modifier le wikicode]



Longtemps considéré comme une utopie, le modèle économique des logiciels libres s’est imposé comme une véritable alternative au modèle économique des logiciels propriétaires. Le projet GNU/Linux a montré la capacité à produire, selon le modèle libre, un système d’exploitation complet et performant. Les 4 libertés principales impliquent indirectement l’accès aux sources à des fins d'étude du fonctionnement, mais aussi de modification, d'adaptation à ses besoins.

La licence GPL (General Public License) et ses 2 améliorations[modifier | modifier le wikicode]



C'est cette licence qui crée le principe et l'appellation copyleft. Le copyleft utilise les lois du copyright, non de manière à privatiser le logiciel, mais de manière à le laisser libre avec pour but avoué, l'expansion du logiciel libre, en imposant que tout ajout de code à un logiciel libre reste lui-aussi libre.

Exemples de licences intègres[modifier | modifier le wikicode]

Début de l'exemple


Fin de l'exemple


Les licences Copyleft faibles (dites permissives)[modifier | modifier le wikicode]

La licence BSD (Berkeley Software Distribution)[modifier | modifier le wikicode]

Compatible avec la Licence GPL, cette licence autorise en outre la réutilisation par un autre logiciel libre ou propriétaire de tout ou partie de ce logiciel licencié BSD (exemple Mac OS/X utilisant des composants de FreeBSD). Cette licence est une des moins restrictives du monde du logiciel, on la rapproche parfois à tort du domaine public.

Exemples de licences dites permissives[modifier | modifier le wikicode]

Début de l'exemple


Fin de l'exemple


La compatibilité des licences[modifier | modifier le wikicode]

Toutes les licences libres ne fonctionnent pas de la même manière et comportent des éléments incompatibles avec d’autres licences libres ou privatrices. On dit qu’il y a « compatibilité » entre deux ou plusieurs licences lorsqu’elles indiquent qu’elles peuvent fonctionner entre elles.

Début de l'exemple


Fin de l'exemple


Lorsque les licences sont incompatibles, il est impossible (d'un point de vue juridique) de combiner les logiciels libres ou commerciaux entre eux sans l’accord préalable des auteurs des logiciels.

Deux solutions :

  • S’assurer des compatibilités entre licences libres avant de combiner des logiciels. Certaines licences indiquent avec quelles autres licences elles sont compatibles. S’il n’y a aucune indication, une analyse est à réaliser.
  • Fournir une application comportant plusieurs logiciels qui fonctionnent ensemble mais qui sont chacun soumis à leur propre licence.

Sitographie[modifier | modifier le wikicode]