Leçons de niveau 16

Les partis politiques/La typologie des partis politiques

Une page de Wikiversité.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Début de la boite de navigation du chapitre
La typologie des partis politiques
Icône de la faculté
Chapitre no 4
Leçon : Les partis politiques
Chap. préc. :Les fonctions des partis politiques
Chap. suiv. :Sommaire
fin de la boite de navigation du chapitre
Icon falscher Titel.svg
En raison de limitations techniques, la typographie souhaitable du titre, « Les partis politiques : La typologie des partis politiques
Les partis politiques/La typologie des partis politiques
 », n'a pu être restituée correctement ci-dessus.

Selon Duverger, dans les années 1950-60. 2 grands types de partis apparaissent : le parti de cadre qui est une organisation composée de notables. Des machines électorales, peu de membres (Élite sociale), peu développés et peu centralisés (Parti Radical, UDF) et le parti de masse composé de beaucoup de militants qui sont la ressource principale, plus d’argent et plus de bénévoles. Avec l’opposition du suffrage universel. Ressource financière (SPD).

Le déclin des partis de masse[modifier | modifier le wikicode]

Les partis de cadre diminuent alors que les partis de masse augmentent (Gauche, droite). Aujourd’hui déclin des partis de masse: Chute du nombre de militants (Moins de 2% des électeurs adhèrent aux partis politiques).

Les facteurs expliquant ce déclin[modifier | modifier le wikicode]

Les transformations de la société: Société postindustrielle qui ne ressemble plus à la société industrielle. Déclin de la classe ouvrière et la classe moyenne devient principale. Société individualiste.

Transformation économique dans les partis eux-mêmes : partis très largement financés par les pouvoirs publics. Remboursement de frais de campagne (s'ils atteignent 5% des voix du scrutin), pour les campagnes (1% des voix dans au moins 50 circonscriptions), chaque parlementaire rapporte 4 000 euros par an. Les militants perdent de leur importance.

Le fait de militer dans un parti est très contraignant et très coûteux pour les militants (énergie, temps). Toutefois, Daniel Gaxie dans son article « Économie des partis et rétributions du militantisme », Revue française de Science Politique, Volume 27, Numéro 1, 1977, pp. 123-154., défend une autre thèse en s'appuyant sur un travail sociologique réalisé dans les milieux militants. Il montre que l'engagement militant peut également s'avérer être un moyen de développer des compétences, de nouer des relations et ainsi procurer un certain nombre d'avantages recherchés, ou non, par les militants qui s'engagent. Jacques Ion: « On est passé de l'adhésion à l'association ».

Les partis politiques ont une image politique dans l'opinion politique.

Les nouveaux partis[modifier | modifier le wikicode]

Partis de professionnels[modifier | modifier le wikicode]

Partis composés de professionnels de la politique, peu de militants bénévoles, appareil politique peu développé. Machine électorale, sous traite les activités. Vouloir faire élire ses candidats, cherche à conquérir les électeurs en sacrifiant leur idéologie.

Partis attrape-tout[modifier | modifier le wikicode]

Attraper le maximum de voix, se rallier aux idées du camp adverse on délaisse la classe gardée pour recruter le plus d’électeurs possibles et on se retrouve avec des programmes de plus en plus indistincts. Plusieurs partis de la classe ouvrière. On valorise le rôle des leaders.

Partis cartels[modifier | modifier le wikicode]

Concept de Peter Mair et Richard Katz au milieu des années 1990. Les grands partis ont intérêt que le système continue de tourner comme ça. Les partis sont des agences qui recrutent des professionnels politiques pour maintenir le système en l’état.

L’extrême droite est un parti anti-cartel.

Les différentes campagnes[modifier | modifier le wikicode]

  • Affrontement clientelaire
  • Affrontement communautaire: Appel à une certaine catégorie sociale.
  • Affrontement d'opinion: Sur des idées autour de certains enjeux.