Leçons de niveau 14

Le sambatra

Une page de Wikiversité.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche


Nuvola apps kuser.svg
 
Interwikis

Sur les autres projets Wikimedia :

La circoncision collective du sambatra, c’est une occasion qui permet aux garçonnets de devenir des hommes au sein de leur communauté. La cérémonie du sambatra fêté par l’ethnie Antambahoaka tous les sept ans, dure quatre semaines.

Déroulement[modifier | modifier le wikicode]

Les Antambahoaka explosent totalement. Partout, on entend du " Antsa "c'est-à-dire des chants cadencés des femmes, du " Hazolahy "(le tambour sacré) et l ' " Antsiva "ou la conque marine. Au début de la cérémonie , on chasse les mauvais esprits dans toute la ville,les pères ornent le faîtage des cases d'une colombe sculptée tandis que les mères apprêtent les tenues rouges des garçonnets et les nattes sur lesquelles ils seront opérés. Les jeunes de leur côté vont puiser l'eau , qui servira à laver la plaie des circoncis, à une rivière sacrée . A leur retour, un simulacre de bataille a lieu avec les gens du village qui tentent de renverser leurs calebasses. Tout le monde se rallie après avec la grande procession, en direction vers le " VINANY "c'est-à-dire l' embouchure qui se trouve à côté de la grande plage de sable blanc. Le frère de la mère porte sur son dos ( Manao Antsangory) le neveu, ce dernier porte un habit et un chapeau en rouge. Les " AMPANJAKA " descendants des rois verseront sur chacun quelques gouttes d'eau sacrée. Durant la cérémonie, les femmes mettent leur lamba traditionnel , leur cheveux tressés avec soin surmontés de chapeaux en raphia et elles passent toute la soirée précèdent l'opération à la prière.

Symboles[modifier | modifier le wikicode]

En général, le sambatra symbolise le “fihavanana” c’est-à-dire la solidarité car c’est une opportunité pour tous le monde de se reconcilier. Par ailleurs, le sambatra signifie également la fête de la vie parce que pour la continuité de la vie qu’on la fait. Enfin, le sambatra est aussi vue comme la fête de l’âme car sans âme, il n’existe pas de force intérieur et des efforts physiques pour l’homme.

Références[modifier | modifier le wikicode]

  • Robert Razafitsaroana, « Le Sambatra ou la circoncision chez les Antambahoaka : tribu de la côte est de Madagascar (Mananjary) », traduit du malgache et annoté par P. H. Dubois, in Anthropos (Zurich), 1927, vol. 22, H. 5-6, p. 747-764
  • Sambatra chez les Antambahoaka, Musée d'art et d'archéologie, Antanarivo, 1980, 42 p. (exposition)