Leçons de niveau 11

Le discours narratif

Une page de Wikiversité.
Aller à : navigation, rechercher


Introduction[modifier | modifier le wikicode]

NB : un récit est la narration (manière de raconter) d'une fiction (histoire) Définition du discours : c’est l'acte de parole en action (pour faire quelque chose) => situation d'énonciation, interaction (effet sur autrui : comment s'y est-il pris ?), structuration et prototype (écrire pour faire peur). Voir fiche sur le POLE NARRATIF.

Recherches en narratologie de GENETTE (Figures I, II, III) et BARTHES. Vulgarisation de la science du texte. Ne pas confondre la fiction (ce que l’on raconte) et la narration (comment on raconte). Il faut donc distinguer le temps de l'histoire et le temps de la narration. Par la narration, l'auteur crée un monde cohérent et particulier (la diégèse) auquel le lecteur peut adhérer. Évènements => anecdote que le récit raconte => mise en style


Organisation[modifier | modifier le wikicode]

  • Schéma narratif quinaire : état initial => élément perturbateur ou naissance du conflit=> péripéties ou éléments de transformation =>éléments de résolution du conflit => état final.

Pour BOISSINOT, le schéma argumentatif correspond à un schéma narratif simplifié. L'incipit est la scène d'exposition (contrat, pacte avec le lecteur, topos d'ouverture). L'excipit correspond à l'état final une fois la transformation narrative accomplie. On peut entrer "in media res", c'est-à-dire au milieu de l'action. + personnages : aides (adjuvants) et obstacles (opposants). Parler du statut des personnages. Cf. PROPP 1928 La Morphologie du Conte

  • Schéma actanciel / les actants (GREIMAS)

- sujet = héros - objet = quête - destinateur = la force ou les personnages qui poussent le héros à agir - destinataire = la personne ou la valeur pour laquelle le héros accomplit sa quête

  • Chronologie et temporalité, temps, connecteurs, indices spatiotemporels

Temporalité car une histoire s'inscrit dans le temps. Repères du temps et de l'espace.


Moyens de l'énonciation (technique narrative adoptée)[modifier | modifier le wikicode]

La notion de point de vue (Le Meurtre de Roger Ackryod d'AGATHA CHRISTIE est intéressant car il présente différents points de vue) et de focalisation. Le statut du narrateur (= l'être de plume, la voix de papier) de GENETTE. L'acte d'énonciation fait partie de la Grammaire de texte (voir infra) *

  • Focalisation zéro (narrateur omniscient, vision illimitée), interne (vision limitée), externe (vision d'un personnage secondaire). Identifier le niveau d'implication du locuteur, voir narrateur / auteur (voir infra). Si le locuteur dit "il", il prend du recul ; s'il dit "je", il donne de la crédibilité et de la vigueur; s'il dit "vous", il joue sur l'inclusion (voir La Modification de BUTOR).
  • Situation d'énonciation : énoncé ancré dans la situation d'énonciation (émetteur présent et faits rattachés au moment de l'énonciation). Énoncé déictique (élément d'un énoncé faisant référence à la situation dans laquelle cet énoncé est produit : je, ici, maintenant) ou énoncé coupé de la situation d'énonciation (narrateur absent et faits non reliés au moment de l'énonciation). Énoncé anaphorique (le monde de l'énoncé est différent du moment de l'énonciation).

Donc, ancrage personnel, spatial, temporel ou distance.

  • Paroles rapportées (ou mode de discours rapporté : discours direct, indirect, indirect libre
  • Ruptures temporelles : analepse, prolepse, pause, scène, sommaire, ralenti, ellipse (implicite), digression. Le traitement du temps donne le rythme (durée, temporalité). Ou ordre chronologique (= diachronique). Un récit peut commencer in medias res (c'est-à-dire au milieu de l'action). Dans le temps romanesque, il faut distinguer le temps extérieur et le temps interne (durée de la fiction + façon dont le narrateur en tient compte). Dans le traitement du temps, étudier aussi la fréquence (récit itératif = on parle une fois d'évènements produits plusieurs fois / récit singulatif = on parle une fois d'un évènement unique / récit répétitif = on parle plusieurs fois d’un évènement unique). L'espace temporel mais aussi romanesque joue un rôle (voir la description de la pension Vauquier chez BALZAC, la demeure de Gervaise chez ZOLA. Il est plus que la somme de lieux décrits et est lié au fonctionnement de l'œuvre romanesque.
  • Modalisation : implication ou non
  • Modalités de liaison = enchainement / enchâssement / entrelacement


Horizon d'attente[modifier | modifier le wikicode]

JAUSS et ECO : les possibles narratifs, "les carrefours de direction", le "lector in fabula". Intertextualité (BAKHTINE) et dialogisme. GENETTE parle d'architexte.

Les bornes du récit[modifier | modifier le wikicode]

Incipit, paratexte et excipit

Insertion et rôle des dialogues et descriptions[modifier | modifier le wikicode]

Séquence dialoguée ou dialogale Description du personnage romanesque : la vision du héros est liée à l'histoire littéraire => piège narratif (faire croire aux personnages)

Isotopies[modifier | modifier le wikicode]

Questions : pourquoi ? effet ? but ? Intérêt de la réception

La grammaire de texte[modifier | modifier le wikicode]

  • 4 lois :

1/ loi de répétition 2/ loi de progression : thème + propos => progression à thème constant (reprise du thème), linéaire (le propos devient thème), éclaté ou dérivé. 3/ loi de non-contradiction 4/ loi de mise en relation (réseaux lexicaux)

  • les connecteurs

Points de vue et techniques narratives[modifier | modifier le wikicode]

  • Le point de vue est la technique narrative adoptée pour présenter les faits dans un récit.
  • Un récit est la narration (manière de raconter) d'une fiction (histoire).
  • Différencier l'auteur du narrateur (l'être de plume, la voix de papier)
  • L'auteur peut être le personnage principal, un personnage secondaire (narrateur-témoin) ou personne (foc zéro)
  • Si le narrateur est l'auteur => roman autobiographique
  • Le point de vue dépend donc du choix du narrateur
  • On distingue 2 types de vision chez le narrateur :

- vision illimitée = N omniscient, foc 0 - vision limitée = foc interne + externe La vision limitée offre différentes combinaisons : le narrateur est représenté dans la fiction / il est le héros et raconte l'histoire selon son point de vue / c’est le narrateur-agent qui dit "je". => crédibilité & vigueur Dans le premier cas, le narrateur se cache sous le "il" => recul. Cf. le Docteur RIEU dans La Peste. Voir aussi le "vous" dans La Modification de BUTOR (le lecteur est inclus) Le meurtre de Roger Ackroyd (A. CHRISTIE) : intéressant car différents points de vue

Les modes de représentation[modifier | modifier le wikicode]

Opposition entre la représentation (ce qui est montré) et la relation (ce qu’il en est dit)

  • la relation

ce qui se passe est relaté par la parole du narrateur (un évènement, une action, des personnages, leurs pensées). Tout est analysé, résumé, commenté = digressions (ou commentaires)

  • la représentation

Les choses se disent ou se font sous nos yeux par monologues ou dialogues. S'ils se trouvent à l'intérieur d'un récit, SE DEMANDER POURQUOI (et pas uniquement qui parle) : effet / but recherché => intérêt de la réception (NB : on dit "séquence dialoguée ou dialogale")

La personne / le personnage romanesque[modifier | modifier le wikicode]

  • la vision du héros est liée à l'histoire littéraire
  • personne fictive. Plusieurs écoles littéraires tentent de faire oublier la fiction de la personne
  • signalement du personnage = comment il nous est présenté => procédés de caractérisation (ses attributs). cf. Description. Il a un nom (symbolique, un prénom, un surnom, un titre, un page, un passé, un physique, un caractère, des particularités (infirme...), des accessoires, un contexte familial, un langage...
  • caractérisation directe ou indirecte (implicite)

=> évoquer le piège narratif (le but est de faire croire au personnage) [voir BAKHTINE : étudier discours / le générique / les topoï / les types de discours / histoire littéraire (comparaison - genre et genre secondaire)]

Statut du personnage[modifier | modifier le wikicode]

Son existence ne se pose qu’à l'intérieur du discours dans lequel il apparait. Description qualificative + dimension fonctionnelle. C’est un pion sur l'échiquier du roman. Autres pions. Si je déplace le pion, je fais bouger tous les autres => voir les actants cf. PROPP et GREIMAS (a raccourci) Actant = le personnage est considéré comme ce qu’il fait et non comme ce qu’il est Ex : Michel Strogoff J. VERNE

Schéma[modifier | modifier le wikicode]

Czar = destinateur lettre = objet le Grand Duc = destinataire Nadia + Nicolas = adjuvants / Michel Strogoff = sujet / Ogareff et les Tartares = opposants Tous les schémas sont réducteurs mais ne sont pas fixes (changements) [NB = l’orthographe est un critère de lisibilité, elle a du sens)

Intrigue romanesque[modifier | modifier le wikicode]

C'est l'élément essentiel du récit. Le récit organise les éléments narratifs, agence la succession des actes et évènements. Ils forment une trame, une logique généralement causale, chronologique. Pour l'intrigue voir la tradition dramatique : exposition + nœud = crise + dénouement = SCHÉMA NARRATIF cf. TODOROV et ADAM = le modèle quinaire (5 étapes) Étudier incipit (début) et excipit (fin) La scène d'exposition => un contrat, un protocole de lecture, un pacte avec le lecteur. Le narrateur pose les règles, le lieu de l'énonciation. Rhétorique et fonctionnement du texte. On remarque des topoï d'ouverture : l'inconnue / le novice / la rencontre / la lumière qui éclaire un personnage qui entre (elle permet de le décrire)... (N.B. = on peut entrer au milieu de l'action = "in medias res") Pour la scène d'exposition, voir BOISSINOT (le schéma argumentatif correspond au schéma narratif simplifie) L'exposition peut être longue et précise ou projetée dans l'action tout de suite. Voir FAULKNER = Le Bruit et la Fureur, STEVENSON = L'île au Trésor (dialogues avec des personnages que le lecteur ne connait pas). => état final, une fois la transformation narrative accomplie : conclusion ouverte ou fermée

Les forces transformatrices[modifier | modifier le wikicode]

=> naissance et résolution du conflit

L'ordre narratif[modifier | modifier le wikicode]

(choisi par le romancier)

  • la fiction progresse selon un ordre logique, causal, naturel = un évènement et sa conséquence

ou

  • ordre chronologique (temporel). Ex = chronique judiciaire, journal intime, étude historique

cf. L'Œil du loup de PENAC (bouleversement chronologique) La Fée Carabine (difficile en 4e, mieux en 2e)

Le mode de liaison (modalités)[modifier | modifier le wikicode]

- enchainement - enchâssement - entrelacement

L'espace romanesque[modifier | modifier le wikicode]

Dans les nouvelles et contes = brèves indications Différent pour le roman = cadre spatiotemporel joue un rôle (ne pas se limiter à l'espace référentiel) : cf. description de la pension Vauquier chez BALZAC Voir où se déroule l'action / comment l'espace est représenté / pourquoi est-il représenté ainsi (description symbolique) Voir si espace fermé / ouvert - réel / merveilleux La représentation repose toujours sur des techniques Sa fonction Il est plus que la somme des lieux décrits. Il est lié au fonctionnement de l'œuvre romanesque (NB = mettre en relation, lier, rechercher l'effet-texte. Cf. l'incipit de Germinal = il y a tout dedans]

Le temps romanesque[modifier | modifier le wikicode]

Il faut distinguer :

  • le temps extérieur à l'œuvre = temps du romancier / temps de l'époque / temps du lecteur
  • le temps interne = durée de la fiction et façon dont la narration en tient compte

Le temps extérieur (celui de l'écrivain) est influencé par l'époque, la mode, le moment où il écrit (début ou fin de vie. Cf. HUGO). Le temps du lecteur dépend aussi de son âge. En ce qui concerne le temps historique = la fiction peut se dérouler à une autre époque (romans historisés ou d'anticipation. Pour la projection dans le futur, voir 1984, Le meilleur des mondes, Fahrenheit). Le temps interne est le temps de la fiction ou le temps raconté = déroulement de l'action. Selon le roman = quelques heures, qq. Mois... une page ou 389 pages (pour Degrés de BUTOR = une heure de classe sur 389 pages). Le roman est un produit fabriqué par le narrateur. Le roman peut se vivre à travers des jalons transparents (La Chartreuse de Parme dure 34 ans 1796-1830) ou suggéré par le vieillissement des personnages, la transformation des lieux Le temps de la narration est le temps "racontant".

Schéma[modifier | modifier le wikicode]

(N pour narration et F pour fiction) N = F => le dialogue N > F => la description = ralentissement, pause descriptive, mise en valeur de l'écriture N < F => accélération = sommaire (NB =ellipse = saut dans le temps) N # F => digression (PROUST)


Références[modifier | modifier le wikicode]

  • Cours IUFM CAPES Lettres Modernes