Leçons de niveau 14

La Révolution française/Les causes de la Révolution française

Une page de Wikiversité.
Aller à : navigation, rechercher
Début de la boite de navigation du chapitre
Les causes de la Révolution française
Icône de la faculté
Chapitre no 1
Leçon : La Révolution française
Retour auSommaire
Chap. suiv. :5 mai 1789 : Ouverture des États-Généraux à Versailles
fin de la boite de navigation du chapitre
Icon falscher Titel.svg
En raison de limitations techniques, la typographie souhaitable du titre, « La Révolution française : Les causes de la Révolution française
La Révolution française/Les causes de la Révolution française
 », n'a pu être restituée correctement ci-dessus.

Afin de comprendre les causes qui ont amené la Révolution française, il convient d'étudier le contexte au sein duquel celle-ci éclate. Il ne s'agit pas seulement de se pencher sur les causes immédiates de la Révolution mais d'adopter une perspective plus large en dressant un tableau de la France sous l'Ancien Régime. Pourquoi l'Ancien Régime est-il contesté en 1789 ? Par qui est-il contesté ?

La société française d'Ancien Régime[modifier | modifier le wikicode]

En 1789, la France est le pays le plus peuplé d'Europe avec 26 millions d'habitants. La population a augmenté de 32 % au cours du XVIIIe siècle, cette augmentation est liée à la baisse de la mortalité, due au recul des guerres, des épidémies et des famines. La population française est jeune puisque la moitié des Français a moins de 25 ans, mais elle aussi rurale puisque 85 % des Français sont des ruraux. Il s'agira de comprendre l'organisation de cette société d'Ancien Régime en étudiant sa composition et sa hiérarchie. Il s'agit d'une société divisée en trois ordres : le clergé, la noblesse et le tiers-état qui représente 97 % de la population. Cette division est issue du Moyen-âge elle est censée être juste et complémentaire puisque chaque ordre dispose d'une fonction particulière, les nobles aussi appelés bellatores, se chargent de défendre les populations en combattant, les membres du clergé, les oratores, assurent un soutient spirituel en priant pour le salut des Français et enfin les membres du tiers-état, les laboratores, travaillent pour nourrir les Français. Mais en 1789, la dimension équitable de cette division de la société est remise en cause, il convient de se demander en quoi la société d'ordres de 1789 est inégalitaire ?

Le clergé français sous l'Ancien Régime[modifier | modifier le wikicode]

En 1789, clergé compte 150.000 membres, 80.000 se trouvent dans le clergé séculier1 et 70.000 dans le clergé régulier2. Le clergé dispose de fonctions religieuses, il se charge des messes, des offices, des confessions, des sacrements, mais il dispose également de prérogatives civiles puisqu'il est en charge de l'état civil, il recense les naissances, les baptêmes, les mariages, les décès. L'ordre clérical est un ordre privilégié puisqu'il est exempté d'impôts, il peut néanmoins contribuer aux finances royales de façon volontaire avec la pratique du Don Gratuit. Les clercs ne sont pas jugés par les tribunaux civils mais par des tribunaux ecclésiastiques, nommés officialités et gérés par les évêques, ce qui constitue une autre forme de privilège non négligeable. Cependant, il ne faudrait pas considérer que le clergé est un ordre uni puisqu'il existe de nombreuses disparités au sein de ce dernier. Il convient en effet de distinguer le haut-clergé du bas-clergé. Parmi le haut-clergé figurent 130 évêques et archevêques, ainsi que les abbés et les supérieurs du clergé régulier. Les membres du haut-clergé sont tous recrutés au sein de la haute noblesse, ils sont nommés par le roi qui dispose du droit de nomination depuis le concordat de Bologne de 1516. Les membres du bas-clergé sont au contraire recrutés au sein du tiers-état, leurs revenus sont plus faibles et surtout inégaux puisqu'ils ne perçoivent pas de salaire mais une part de l'impôt, nommée portion-congrue, ce qui créé des inégalités en fonction des revenus fiscaux régionaux et locaux.

La noblesse française en 1789[modifier | modifier le wikicode]

En 1789 la noblesse compte 300.000 membres. Au Moyen-Âge la noblesse était un ordre qui se consacrait entièrement au combat, mais au XVIIIe siècle cette fonction s'est estompée, seule une minorité d'aristocrates sert dans l'armée, en tant qu'officiers, les troupes étant constituées par les membres du tiers état. Cependant, l'aristocratie française souhaite maintenir son monopole sur les fonctions de commandement militaire, en 1781 est publié l'édit de Ségur qui réserve les fonctions d'officier aux aristocrates pouvant témoigner de quatre quartiers de noblesse3 du côté paternel. La noblesse engagée dans l'armée se nomme aussi noblesse d'épée, elle se distingue de la noblesse de robe qui désigne les aristocrates qui disposent de fonctions de gouvernement. La noblesse d'épée est généralement héréditaire, alors que la noblesse de robe peut être acquise par un roturier4 fortuné avec l'achat d'une charge. La noblesse dispose d'avantages, tout comme le clergé, elle est exemptée d'impôts directs comme la taille ou la capitation, et ses membres sont jugés par les Parlements, c'est-à-dire par leurs pairs. Les nobles concentrent à eux seuls environ 20 % des terres en France en 1789, cependant il existe d'importantes inégalités au sein de la noblesse. Il convient de distinguer la Haute noblesse, la noblesse de cour ou noblesse présentée, qui disposent de plusieurs domaines répartis dans le royaume, on compte environ 250 familles de Haute noblesse. Puis vient la Bonne noblesse de province, qui dispose de revenus confortables, d'un château rural, de domestiques, 10.000 familles environ font partie de cette catégorie. Enfin vient la petite noblesse, qui représente la grande majorité de l'aristocratie avec 40.000 à 50.000 familles, il s'agit d'une noblesse rurale, ses membres sont également appelés hobereaux, leur mode de vie demeure modeste.

Qu'est-ce que le tiers état[modifier | modifier le wikicode]

« Qu'est-ce que le Tiers-État ? Le plan de cet Écrit est assez simple. Nous avons trois questions à nous faire.

1º Qu’est-ce que le Tiers-État ? Tout.

2º Qu’a-t-il été jusqu’à présent dans l’ordre politique ? Rien.

3º Que demande-t-il ? À y devenir quelque chose. »

Emmanuel Sieyès, Qu'est-ce que le Tiers-État ?

Crise économique et crise financière[modifier | modifier le wikicode]

L'économie française en 1789[modifier | modifier le wikicode]

Une agriculture en difficulté[modifier | modifier le wikicode]

L'endettement de l’État et la crise financière[modifier | modifier le wikicode]

Le pouvoir royal en crise[modifier | modifier le wikicode]

Les idées des Lumières[modifier | modifier le wikicode]

La désacralisation du monarque[modifier | modifier le wikicode]

L'échec des réformes et la crise politique[modifier | modifier le wikicode]

Notes[modifier | modifier le wikicode]

  1. Le clergé séculier désigne les ecclésiastiques vivant au milieu des laïcs, il s'agit des prêtres officiant dans les églises ainsi que leur hiérarchie : évêques, archevêques...
  2. Le clergé régulier désigne les ecclésiastiques vivant selon une règle monastique, isolés du monde des laïcs, dans des couvents, des monastères, des abbayes, il s'agit des moines et de leur hiérarchie.
  3. Chaque quartier de noblesse correspond à un ascendant noble .
  4. Personne ne faisant pas partie de la noblesse.