Leçons de niveau 1

Khmer/Initiation/Écriture

Une page de Wikiversité.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Début de la boite de navigation du chapitre
Écriture
Icône de la faculté
Chapitre no 4
Leçon : Initiation à la langue khmère
Chap. préc. :Langue parlée
fin de la boite de navigation du chapitre
Icon falscher Titel.svg
En raison de limitations techniques, la typographie souhaitable du titre, « Initiation à la langue khmère : Écriture
Khmer/Initiation/Écriture
 », n'a pu être restituée correctement ci-dessus.

L’écriture khmère dérive de celles des Pallava et des Cӑlukya, deux dynasties de l’Inde du Sud dont les alphabets prennent leurs origines, comme toutes les écritures indiennes, dans le brӑhmi.

Lecture alpha-syllabique[modifier | modifier le wikicode]

Ordre de lecture du mot kʰmaɛɹ (khmer)
​1. En noir, la première consonne ()
​2. En rouge la souscrite (m)
​3. En vert, la voyelle ()
​4. En bleu, la deuxième consonne (ɹ)

L’alphabet khmer est composé de 33 consonnes, 24 voyelles et d'une quinzaine de voyelles dites indépendantes. Si l’écriture se fait bien de gauche à droite, comme pour l’essentiel des langues européennes, les voyelles se mettent, suivant le cas, à gauche, à droite, en haut ou en bas de la consonne avec laquelle elles s’accordent.

De plus, si une syllabe est composée d’une deuxième consonne avant la voyelle, cette seconde se placera généralement en dessous de la première, utilisant une forme particulière appelée souscrite ou pied de consonne.

Ces particularités, partagées avec la plupart des écritures indiennes, fait que la lecture ne se fera pas lettre par lettre, mais syllabe par syllabe.

Deux classes de consonnes[modifier | modifier le wikicode]

Les consonnes sont toujours phonétiquement associées à une voyelle ; quand cette dernière n’est pas écrite, la consonne utilisera ce qu’on peut appeler une voyelle implicite ou inhérente dont le son dépendra du groupe auquel appartient cette consonne.

Les consonnes légères ou ouvertes sont au nombre de 15 et se prononce avec la voyelle implicite ɞ (Son inconnu en français, situé entre le a de parallaxe et le o de pomme)

Les consonnes fermées, sourdes ou lourdes, sont au nombre de 18 et se prononce avec la voyelle implicite ɔ (comme dans le o de pomme).

Ces voyelles implicites font que les mots uniquement composés de consonnes sont courants dans la langue khmère.

De la même manière les voyelles changeront de son suivant qu’elles soient associées à une consonne ouverte ou fermée.

Deux écritures[modifier | modifier le wikicode]

Le nom de Norodom Sihanouk en écriture ronde
Le même nom de Norodom Sihanouk en écriture droite

Si l’alphabet ne fait pas de distinguo entre des minuscules ou des majuscules, on trouve toutefois, comme dans la plupart des langues du sud-est asiatique, deux principaux types d’écritures :

  • L’écriture ronde (ɞksɞ mul) était à l’origine affectée aux textes sacrés et aux écrits religieux. De nos jours, il sert également à noter les titres d’ouvrages ou de chapitres, voire les noms propres, ainsi que les enseignes et panneaux administratifs.
  • L’écriture droite (ɞksɞ tʃɔ) était, et reste utilisée pour les écrits administratifs ou civils. Il sert aussi, dans les copies de textes sacrés aux annotations en khmer. Ces caractères composent aujourd’hui le corps de la plupart des ouvrages.

Pas de séparation des mots[modifier | modifier le wikicode]

L’une des grandes difficultés pour le lecteur débutant, et pour les logiciels de traitement de texte qui doivent gérer les retours automatiques à la ligne, est que l’espace n’est pas utilisé pour séparer les mots, mais plutôt pour marquer une pause dans la phrase, là où les langues européennes mettraient des virgules.

Le fait d’avoir ainsi les mots accolés les uns aux autres peut dérouter au départ, mais avec un peu d’entrainement, la difficulté est rapidement contournée.

Sources[modifier | modifier le wikicode]