Leçons de niveau débutant

Introduction au mormonisme/Autres mouvements issus du mormonisme

Une page de Wikiversité.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Début de la boite de navigation du chapitre
Autres mouvements issus du mormonisme
Icône de la faculté
Chapitre no 6
Leçon : Introduction au mormonisme
Chap. préc. :Église de Jésus-Christ des saints des derniers jours
Chap. suiv. :Culture et pratiques
fin de la boite de navigation du chapitre
Icon falscher Titel.svg
En raison de limitations techniques, la typographie souhaitable du titre, « Introduction au mormonisme : Autres mouvements issus du mormonisme
Introduction au mormonisme/Autres mouvements issus du mormonisme
 », n'a pu être restituée correctement ci-dessus.

Tel que vous l'avez appris au chapitre précédent, l'Église de Jésus-Christ des saints des derniers jours comprend la majorité des adhérents au mormonisme. Il existe tout de même d'autres Églises et communautés qui sont issues du mouvement mormon lancé par Joseph Smith. Celles-ci ont leur propre doctrine et ne sont pas reconnues par l'Église de Jésus-Christ des saints des derniers jours. La plupart sont issus de la crise de succession ayant eu lieu après l'assassinat du fondateur de la religion, Joseph Smith, en 1844. De celles-ci, la Communauté du Christ est la deuxième plus grande dénomination après l'Église de Jésus-Christ des saints des derniers jours. De plus, depuis le XXe siècle, des groupes mormons fondamentalistes se sont séparés de l'Église de Jésus-Christ des saints des derniers jours après que celle-ci ait abandonné des doctrines et des pratiques historiques telles que le mariage plural. Les sections ci-dessous présentent brièvement les différents mouvements issus du mormonisme.

Communauté du Christ (joséphite)[modifier | modifier le wikicode]

Au moment de la mort de Joseph Smith, William Marks était président du Grand Conseil dirigeant les congrégations du mouvement et il se considérait comme étant le successeur légitime du prophète ; ce que supportait d'ailleurs la femme de Joseph Smith, Emma Smith. Il était su le point d'être désigné comme le nouveau président par un groupe de dirigeants. Cependant, par la suite, il abandonna ses prétentions pour plutôt supporter Sidney Rigdon (voir ci-dessous). Plus tard, Marks rejoignit d'autres mormons rejetant Brigham Young, incluant Zenas H. Gurley, Jason W. Briggs et William H. Blair, qui conclurent que le seul successeur légitime était le fils aîné du prophète, Joseph Smith III. C'est ainsi qu'ils convainquirent ce dernier de prendre la tête de leur mouvement et fondèrent l'Église réorganisée de Jésus-Christ des saints des derniers jours. Un autre qui se rallia au mouvement mené par le fils de Joseph Smith est Lyman Wight qui avait reçu les instructions de Joseph Smith de fonder des colonies à la frontière du Texas et du Mexique ; c'est ce qu'il fit en demeurant indépendant de Brigham Young pour mener son propre mouvement, connue sous le nom de wighdite, jusqu'à ce qu'il se rallie à Joseph Smith III en 1849. En 2001, l'Église réorganisée des Jésus-Christ des saints des derniers jours changea de nom pour devenir la Communauté du Christ.

De nos jours, la Communauté du Christ compte environ 250 000 membres ; ce qui en fait la deuxième plus grande dénomination mormone après l'Église de Jésus-Christ des saints des derniers jours. Elle a des doctrines plus libérales que l'Église de Jésus-Christ des saints des derniers jours et se rapproche davantage du protestantisme traditionnel.

Églises issues de la Communauté du Christ[modifier | modifier le wikicode]

Le côté libéral de la Communauté du Christ cause des mouvements dissidents à émerger d'elle tels que l'Église de Jésus-Christ des saints des derniers jours du rétablissement, l'Église de Jésus-Christ rétablie en 1830 et l'Église restante de Jésus-Christ des saints des derniers jours.

Église de Jésus-Christ des Enfants de Sion (rigdonite)[modifier | modifier le wikicode]

Sidney Rigdon était le premier conseiller de Joseph Smith et, après sa mort, ii devint le seul membre restant de la Première Présidence, organe qui dirigeait l'Église. Ainsi, certains virent en lui le successeur logique du prophète. En 1844, Rigdon affirma qu'il ne pouvait y avoir de réel successeur au défunt prophète et se proposa pour devenir le « tuteur » de l'Église. Ces prétentions furent rejetées par le Collège des douze apôtres qui décida de l'excommunier en 1844. Rigdon excommunia à son tour le Collège des douze apôtres et fonda l'Église de Jésus-Christ des Enfants de Sion, également connue sous le nom d'Église du Christ de Pittsburgh ou rigdonite, à Pittsburgh en 1844. Il organisa une Première Présidence composée de trois membres dont lui-même et des collèges de la prêtrise à l'image de ce qui existait déjà dans le mormonisme. En 1847, ce mouvement connut des problèmes internes et la plupart de ses membres se dispersèrent. Rigdon continua de vivre dans la région de Pittsburgh et d'affirmer être l'héritier légitime de Joseph Smith jusqu'à sa mort en 1876.

Église du Christ (bickertonite)[modifier | modifier le wikicode]

En 1847, lorsque l'Église rigdonite se dispersa, William Beckerton lui demeura fidèle ; il avait d'ailleurs été converti au mormonisme lors de l'une de ses prêches. Cependant, puisqu'il se retrouva sans organisation structurée, il envisagea de rejoindre l'Église de Jésus-Christ des saints des derniers jours. Cependant, en 1852, des émissaire envoyés par Brigham Young lui demandèrent de reconnaître et d'enseigner le mariage plural ; ce qu'il refusa. Ainsi, en désaccord avec plusieurs doctrines professées par les partisans de Brigham Yougn, particulièrement la polygamie, Bickerton décida de réorganiser le mouvement rigdonite dispersé et fonda, en 1862 à Green Oak en Pennsylvanie, l'Église du Christ formée de plusieurs branches existantes qui décidèrent de se regrouper. Beckerton en devint le président.

De nos jours, l'Église du Christ rassemble environ 15 000 membres et son siège se trouve à Monongahela en Pennsylvanie.

Églises issues de l'Église du Christ[modifier | modifier le wikicode]

À la suite de désaccord sur le rôle du Collège des douze apôtres, deux mouvements dissidents firent leur apparition, l'Église réorganisée de Jésus-Christ, en 1907, et l'Église primitive et Jésus-Christ, en 1914. Par la suite, ceux-ci fusionnèrent en une seule Église qui est aujourd'hui disparue.

.Églises issues de l'Église de Jésus-Christ des saints des derniers jours (brighamite)[modifier | modifier le wikicode]

Église de Jésus-Christ (cultérite)[modifier | modifier le wikicode]

L'Église de Jésus-Christ, d'abord appelée Vraie Église de Jésus-Christ, et connue sous le nom de cultérite, fut créée par Alphaeu Cutler qui avait fondé sa propre colonie en Iowa et s'était progressivement éloigné de Brigham Young, bien qu'il soutint ses prétentions à la direction de l'Église. De nos jours, il ne reste que quelques dizaines de cultérites.

Église du Christ Potter[modifier | modifier le wikicode]

Alnord Potter soutint les prétentions de Brigham Young à la direction de l'Église, mais, après avoir été envoyé comme missionnaire en Australie, il acquit la conviction qu'il devait devenir le prophète de l'Église. C'est ainsi que, de retour aux États-Unis, il fonda une colonie en Iowa avec quelques dizaines de membres avec des doctrines qui frôlaient avec l'ésotérisme et l'occultisme. De nos jours, les anciens membres de cette colonie ont abandonné le mormonisme au profit de groupes ésotériques.

Église de Sion (godbéite)[modifier | modifier le wikicode]

En 1868, William S. Godbe émit, avec plusieurs autres mormons, des critiques contre la politique économique imposée par Brigham Young ; ce qui conduisit à leurs excommunications en 1869. Godbe souhaitait réformer l'Église mormone ; c'est ainsi qu'il fonda l'Église de Sion, également connue en tant qu'Église godbéite. Celle-ci délaissa une partie des doctrines mormones pour s'ouvrir davantage au spiritualisme et au mysticisme. Elle se désagrégea dans les années 1880.

Église de Jésus-Christ des saints des derniers jours (strangite)[modifier | modifier le wikicode]

Peu après la mort de Joseph Smith, James J. Strang affirma que celui-ci l'avait désigné comme successeur en présentant une lettre prétendument de sa part, reçue une semaine avant son décès. Strang affirma également qu'un ange lui était apparu au moment de la mort du prophète et que celui-ci l'avait ordonné comme son successeur. Bien que Strang n'était pas un membre prééminent du mouvement mormon à cette époque, ses affirmations convainquirent un bon nombre de mormons, pensant que le nouveau prophète devait être désigné comme Joseph Smith, à savoir par une manifestation divine et non pas par une décision des dirigeants de l'Église. Ainsi, plus de 12 000 mormons acceptèrent ses affirmations à ce moment-là, mais tous ne le suivirent pas lorsqu'il quitta la région de Nauvoo en Illinois en 1848 avec ses partisans. Stang conserva le nom d'Église de Jésus-Christ des saints des derniers jours pour son mouvement.

En 1845, Strang aurait découvert une série de plaques antiques à Voree dans le Wisconsin, connues, plus tard, sous le nom de plaques de Voree, qui étaient couvertes d'inscriptions incompréhensibles. Stang affirma qu'il était capable de les traduire en vertu de son appel prophétique, de la même manière que Joseph Smith l'avait fait pour le Livre de Mormon. Il produisit ainsi le prétendu récit d'un ancien habitant de l'Amérique. Les plaques disparurent par la suite.

En 1848, Strand décida l'exode de son mouvement vers l'île de Beaver, une île du groupe Manitou dans le haut du lac Michigan. Bien que précédemment opposé à la polygamie, il en introduisit également le principe dans sa communauté en 1849. Il organisa un comté qu'il représentait dans la législature de l'État du Michigan et, en 1850, il se fit couronner roi de l'île de Beaver, une cérémonie sans précédent aux États-Unis.

En 1856, plusieurs opposants et membres excommuniés du mouvement organisèrent un attentat contre leur « roi » en tirant plusieurs coups de fusil contre lui et en s'acharnant sur son corps. Strang fut grièvement blessé, mais il parvint à survivre quelques semaines. Durant cette période, il refusa de désigner un successeur, affirmant que seul Dieu pouvait choisir un nouveau prophète en envoyant un ange pour l'ordonner. Ainsi, il fut impossible pour un nouveau prophète de prendre sa succession et, puisque les nouveaux apôtres devaient être nommés directement par le prophète, il ne fut pas possible d'en nommer de nouveaux non plus. Le dernier apôtre ordonné des mains de Strang mourut en 1900.

Le mouvement est désormais dirigé par un grand prêtre président, qui ne prétend pas avoir l'autorité de Joseph Smith, ni celle de James J. Strang. De nos jours, il compterait quelques centaines de personnes.

Église de l'Agneau[modifier | modifier le wikicode]

Jacob Syfrit soutint les prétentions de James J. Stang à la tête de l'Église et dirigea, sous son égide, la branche de Philadelphie de 1846 à 1848. Cependant, en 1848, il quitta le mouvement strangite pour établir l'Église de l'Agneau au Missouri. Elle est depuis désagrégée.

Église du Christ (Temple Lot) (hedrickite)[modifier | modifier le wikicode]

Graville Hedrick rejoignit le mouvement en 1843 et fut rapidement ordonné ancien, mais le délaissa, déçu par les évolutions théologiques de Joseph Smith. À la mort de ce dernier, il envisagea d'abord de rejoindre Brigham Young, mais les doctrines de ce dernier et la crise de succession le poussèrent à partir s'installer en Illinois où il s'associa avec d'autres mormons rejetant Brigham Young.

Dans les années 1850, il existait plusieurs congrégations mormones indépendantes en Illinois qui refusaient de se soumettre à Brigham Young, en raison de leur désaccord sur plusieurs points de doctrine, dont la polygamie. En 1857, Hedrick parvient à rassembler plusieurs de ces congrégations en une conférence générale à laquelle assista John E. Page, un des anciens apôtres de l'Église originelle. Celui-ci encouragea ces congrégations à se fédérer. En 1863, Hedrick fut ordonné apôtre par Page et accéda à la direction du mouvement.

Hedrick affirma, par la suite, avoir reçu des révélations divines lui confirmant que Joseph Smith s'était égaré à la fin de sa vie. Ainsi, les hedricktes rejettent les doctrines liées à la polygamie, à la pluralité des dieux, au mariage céleste et à l'exaltation. En 1864, Hedrick affirma avoir reçut la révélation que l'Église devait retourner au Missouri pour s'installer à l'endroit d'où les mormons avaient été chassés en 1838. Ainsi, en 1877, les hedrickites acquirent un terrain sur lequel le temple de la Nouvelle Jérusalem devait être bâti, selon une révélation de Joseph Smith, afin de préparer la seconde venue du Christ. En raison de ce terrain « stratégique », ils furent, dès lors, connus sous le nom d'Église du Christ (Temple Lot).

L'Église du Chrit (Temple Lot) refuse le principe d'un prophète-président et est dirigée par un Collège des douze apôtres. Elle accepte le Livre de Mormon et les Doctrines et Alliances auxquels elle ajoute ses propres textes, mais rejette la Perle de Grand Prix. De nos jours, elle compterait environ 5 000 membres.

Église du Christ « avec le message d'Élias »[modifier | modifier le wikicode]

Otto Fetting était un apôtre de l'Église du Christ (Temple Lot). En 1927, il affirma avoir reçu plusieurs fois la visite de Jean-Baptiste qui lui apparut comme un ange. Celui-ci lui aurait donné un ensemble de messages, le tout étant nommé le « message d'Élias » dont certains décrivaient les dimensions du future temple que les hedrckites devaient bâtir. En creusant la terre, il aurait découvert deux petites pierres enfouies par Joseph Smith portant les mentions des dimensions du temple.

À la suite de désaccord avec les autres dirigeants, Fetting et ses partisans se séparèrent des hedrickites et formèrent l'Église du Christ « avec le message d'Élias ». À sa mort, en 1933, Fetting aurait reçu un total de 30 messages de la part de Jean-Baptiste.

L'Église du Christ « avec le message d'Élias » connut elle-même une scission après la mort de Fetting lorsque W.A. Draves prétendit, en 1937, avoir reçu à son tour des messages de Jean-Baptiste. Il affirma en avoir reçu 90 au cours de sa vie. À sa mort, son mouvement éclata lui aussi en diverses branches.

De nos jours, les diverses branches de l'Église du Christ « avec le message d'Élias » rassembleraient environ 12 000 membres. Elles sont chacune dirigées par des Collèges des douze apôtres se rejetant l'un l'autre et diffèrent par le nombre de messages de Jean-Baptiste qu'elles reconnaissent comme véridiques.


Fondamentalisme mormon[modifier | modifier le wikicode]

Mormonisme réformé[modifier | modifier le wikicode]

Église de Jésus-Christ du rétablissement[modifier | modifier le wikicode]

L'Église de Jésus-Christ du rétablissement a été fondée en 1985 par Antonio A. Feliz et d'anciens membres de l'Église de Jésus-Christ des saints des derniers jours. Elle rassemble essentiellement des personnes homosexuelles adhérant au mormonisme.

Outre les Écritures traditionnelles du canon mormon, l'Église de Jésus-Christ du rétablissement inclut également le livre Les promesses et trésors cachés qui rassemble les révélations reçues par leurs dirigeants. Pour celle-ci, l'homosexualité n'est pas considérée comme étant un péché. Les femmes peuvent recevoir la prêtrise et le concept de Dieu comprend un Père céleste et une Mère céleste. De nos jours, elle rassemblerait environ 500 personnes.