Leçons de niveau 14

Introduction à la thermodynamique/Applications du troisième principe

Une page de Wikiversité.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Début de la boite de navigation du chapitre
Applications du troisième principe
Icône de la faculté
Chapitre no 12
Leçon : Introduction à la thermodynamique
Chap. préc. :Troisième principe de la thermodynamique (Nernst)
Chap. suiv. :Chaleur
fin de la boite de navigation du chapitre
Icon falscher Titel.svg
En raison de limitations techniques, la typographie souhaitable du titre, « Introduction à la thermodynamique : Applications du troisième principe
Introduction à la thermodynamique/Applications du troisième principe
 », n'a pu être restituée correctement ci-dessus.

À la limite du zéro absolu (température qui ne saurait être atteinte), l'entropie d'équilibre d'un système tend vers une constante indépendante des autres paramètres intensifs, constante qui est prise nulle (Troisième principe).

Cela donne un sens à une valeur déterminée de l'entropie (et non pas « à une constante additive près » comme nous l'avons vu avec la variation de la formule décrite dans le second principe).


Ce principe est irréductiblement lié à l'indiscernabilité quantique des particules identiques.


Aucun corps ne pourrait atteindre une température inférieure au zéro absolu[1]. Cela reviendrait à dire qu'une bouteille est "moins que vide", qu'un corps a une masse négative ou un volume négatif...

Notes[modifier | modifier le wikicode]

  1. Néanmoins, comme la température est la variable intensive associée à l'entropie S, en thermodynamique statistique, dans des cas particuliers, on peut avoir des températures négatives mais dans ce cas cela n'a rien à voir avec la notion thermique de chaud et de froid; la température T n'est alors uniquement que le paramètre intensif associé à S tel que T = (δU / δS)V,N .