Leçons de niveau 15

Introduction à l'acoustique/Modes propres

Une page de Wikiversité.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Début de la boite de navigation du chapitre
Modes propres
Icône de la faculté
Chapitre no 5
Leçon : Introduction à l'acoustique
Chap. préc. :Réflexion, réfraction, impédance acoustique
Chap. suiv. :Énergie acoustique
fin de la boite de navigation du chapitre
Icon falscher Titel.svg
En raison de limitations techniques, la typographie souhaitable du titre, « Introduction à l'acoustique : Modes propres
Introduction à l'acoustique/Modes propres
 », n'a pu être restituée correctement ci-dessus.

Jusqu'ici, nous avons considéré que les ondes se propageaient dans des milieux « infinis ». Si cela est un modèle acceptable dans certaines conditions, il est difficile de s'y tenir pour faire des expériences — lesquelles seront toujours délimitées dans l'espace.


Nous montrerons que, bien qu'une infinité de tels « modes » existent, on peut les dénombrer (c'est-à-dire qu’il y a un mode 1, un mode 2, 3 ... mais pas de mode 1,2 ou 4,78 par exemple). D'autre part, nous montrerons comment l'étude de ces modes propres suffit à étudier tout problème d'onde (au premier ordre) dans le milieu.

Pour cela, nous considèrerons la vitesse (au lieu de la pression) qui a le bon goût de s'annuler aux limites de notre système d'étude, fournissant ainsi des conditions de bord. Cela est avant tout une question de simplicité — on peut tout à fait mener l'étude avec la pression, qui forme des « ventres » près des murs — mais cela est plus difficile à justifier physiquement.

Position du problème[modifier | modifier le wikicode]

On considère un problème à une dimension, par exemple un tube très fin et relativement long (de longueur L) — une paille ou une fibre optique. Nous cherchons les solutions stationnaires à l'équation d'onde pour v (c'est-à-dire une solution stationnaire de l'équation de d'Alembert) qui satisfasse les conditions de nullité aux bords.

L'équation de d'Alembert vérifiée par la vitesse, projetée sur l'axe, est :

Les conditions de bord sont :

On suppose connue l'amplitude de ces ondes, notée A.

Résolution[modifier | modifier le wikicode]

On cherche des solutions stationnaires, c'est-à-dire de la forme :

Relation de dispersion[modifier | modifier le wikicode]

Alors, l'équation de d'Alembert s'écrit :

On obtient :

D'où une première relation, qui n’est pas fondamentale, mais qui nous ramène à une seule inconnue (le nombre d'onde k) :

Cette équation est appelée « relation de dispersion ».

Nombres d'onde[modifier | modifier le wikicode]

Vérifions maintenant dans quels cas les conditions aux limites sont vérifiées.


À compléter...


On peut voir déjà que tous les paramètres de l'onde sont fixés : vitesse (par le milieu), amplitude (par l'opérateur), nombre d'onde et pulsation.

Longueur d'onde[modifier | modifier le wikicode]

Pour mieux comprendre ce que sont ces modes propres, calculons la longueur d'onde qui leur est associée :


La longueur d'onde (en mètres) est égale à la célérité divisée par la fréquence (on pourrait aussi dire que c’est le produit de la célérité et de la période).

Son symbole est la lettre "lambda".

Un exemple: Sachant que la célérité du son dans l'air (à 20 °C) est de 343 mètres par seconde, la longueur d'onde correspondante a une fréquence de 343 Hz est 1 mètre.

Cas général[modifier | modifier le wikicode]

Théorème de Fourier[modifier | modifier le wikicode]

Résolution[modifier | modifier le wikicode]

Exemple[modifier | modifier le wikicode]