Leçons de niveau 17

Intelligence Stratégique/Les fondamentaux de l’intelligence stratégique

Une page de Wikiversité.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Début de la boite de navigation du chapitre
Les fondamentaux de l’intelligence stratégique
Icône de la faculté
Chapitre no 1
Leçon : Intelligence Stratégique
Retour auSommaire
Chap. suiv. :Un outil d’aide à la décision
fin de la boite de navigation du chapitre
Icon falscher Titel.svg
En raison de limitations techniques, la typographie souhaitable du titre, « Intelligence Stratégique : Les fondamentaux de l’intelligence stratégique
Intelligence Stratégique/Les fondamentaux de l’intelligence stratégique
 », n'a pu être restituée correctement ci-dessus.

Définition et objectif[modifier | modifier le wikicode]

L'intelligence stratégique est une démarche managériale intégrée, de maîtrise et de protection de l'information stratégique pertinente, dont l'objectif final est de permettre de se développer et d'innover. Elle permet aux nouvelles entreprises de saisir les éléments périphériques qui peuvent impacter l'activité de l'entreprise, afin d'anticiper les mouvements extérieurs pour pouvoir déployer les leviers d'influence qui correspondent aux besoins de l'entreprise.

Les quatre piliers de l'intelligence stratégique[modifier | modifier le wikicode]

D'après Claude Lepère dans son livre "Small business intelligence", l'intelligence stratégique permet à l'entreprise de se développer de façon maîtrisée en prenant en compte les comportements offensifs et défensifs à travers quatre piliers de l'intelligence stratégique:

Pilier n°1: Collecte, veille et monitoring: les activités de veilles sont dans le livre de Claude Lepère, décomposées en deux sous-catégories:

  • Activités défensives : surveiller tout ce qui se dit sur les produits et services de l'entreprise.
  • Activités offensives : collecter l'information afin de réaliser les projets de l'entreprise.

Pilier n°2: Partage et enrichissement: l'intelligence stratégique se pratique en collectif, tous les collaborateurs doivent s'impliquer.

Pilier n°3: Protection: défensive par nature, la protection de l'information concerne : la sécurité physique comme par exemple le contrôle d'accès contre les vols et les intrusions; la sécurité vis-à-vis de fuites humaines par le chantage ou les techniques d'élicitation; la sécurité informatique (stockage des données, virus…) et la propriété intellectuelle par les marques, brevets et modèles.

Pilier n°4: Influence: dans ce pilier les réseaux liés aux NTIC ont de l'importance pour l'intelligence stratégique. En effet, cela permet d'informer au mieux l'organisation et d'influencer les acteurs externes grâce à l'impact de prescripteurs qui agissent via des caisses de résonnance spécifiques.

Cependant ces piliers ne sont pas traités de la même manière, tout dépend de la culture des chefs d'entreprises et de la taille des entreprises.

L'intelligence stratégique, une approche qui dépasse les anciens modèles[modifier | modifier le wikicode]

L'intelligence stratégique ne résout pas tous les problèmes mais elle propose de dépasser les modèles classiques (les 5 forces du modèle de Porter, la matrice du BCG…) en proposant une approche centrée sur l'écosystème de l'entreprise. Cinq notions distinguent l'intelligence stratégique des autres modèles:

  • L'influence: les autres méthodes ne permettent pas d'influencer l'opinion, elles permettent juste de gérer le portefeuille de produits/services.
  • Le recours au non-conventionnel n'est pas la solution.
  • Le fonctionnement en mode offensif: la posture offensive est nécessaire dans la collecte d'informations et l'utilisation de celle-ci.
  • Des modes d'action indirects.
  • La prise en compte du morcellement des centres de pouvoirs: les autres modèles n'intègrent pas tous les acteurs, notamment les nouveaux acteurs (lobbys, politiques, médias, opinion publique, groupes d'experts, managers charismatiques, employés modestes…) qui jouent un rôle essentiel car ils permettent de créer des stratégies collaboratrices.

L'intelligence stratégique peut être considérée comme une approche plus formalisée et plus structurée que les anciens modèles. Claude Lepère, fait référence à une transition entre l'intelligence stratégique et "l'information governance", grâce notamment à des nouvelles méthodes inspirées de l'assurance qualité et des systèmes normatifs. Elle apporte, aux organisations qui l'utilisent un atout supplémentaire. Si les petites structures parvenaient à se fédérer des approches offensive et efficaces, alors elles deviendraient plus influentes. Cependant, cette approche souffre encore trop souvent de l'amalgame faite avec l'espionnage. Il faut à tout pris que les entreprises passent à autres choses et revendiquent la pratique de l'intelligence stratégique et notamment de l'influence, tout en restant dans la légalité. Il ne faut surtout pas que les entreprises divulguent leurs méthodes et les stratégies indirectes car ce sont elles qui permettront de faire la différence en matière de compétitivité.