Leçons de niveau 14

Institutions de l'Empire romain/Annexe/Lucius et Caius César

Une page de Wikiversité.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Lucius et Caius César
Image logo représentative de la faculté
Annexe 1
Leçon : Institutions de l'Empire romain

Cette annexe est de niveau 14.

Précédent :Sommaire
Icon falscher Titel.svg
En raison de limitations techniques, la typographie souhaitable du titre, « Annexe : Lucius et Caius César
Institutions de l'Empire romain/Annexe/Lucius et Caius César
 », n'a pu être restituée correctement ci-dessus.




Cette annexe vise à détailler un peu plus le chapitre 3 du cours sur les Institutions de l'Empire romain, portant sur le culte impérial. Pour ce faire, nous allons nous intéresser à la figure des deux fils adoptifs d'Auguste, Caius et Lucius César. En introduction, il sera utile de consulter la biographie de chacun d'entre eux: Caius et Lucius.

Introduction[modifier | modifier le wikicode]

Buste de Caius César

Caius et Lucius Julius Caesar Vipsanianus sont les deux fils de Julia (la fille unique d'Auguste) et d'Agrippa. Dès leur naissance, ils sont adoptés par l'Empereur, qui prépare sa succession. Malheureusement, l'ambition de celui-ci sera stoppée par la mort inopinée de Lucius en 2, puis de Caius en 4.

Principes iuventutis[modifier | modifier le wikicode]

Déjà de leur vivant, ils ont incarné une sorte de modèle pour la jeunesse de l'Empire romain, et ont reçu tous les deux le titre de Princeps iuventutis. Ce titre honorifique indiquait, outre une reférence évidente au ralliement de la jeunesse, qu’ils étaient destinés à succéder à Auguste. Dans le cadre du culte impérial, ils se trouvent donc dans une situation particulière, puisqu’ils sont alors également destinés à recevoir l'apothéose à leur mort.

De nombreuses traces archéologiques montrent en effet qu’ils recevaient un véritable culte dans différents endroits de l'Empire: Italie, Gaule, Germanie ou Macédoine...

Autel funéraire, Reims (CIL XIII, 3254)

[Dii Manibus C(aii) Caesaris Augusti fili(i), Divi] nepotis Pontificis Consuli[s Im]peratoris | [et L(ucii) Caesaris Augusti fili(i) Divi nepo]tis Principis iuventutis Co(n)s(ulis) design(ati) Auguris | Ciuitas [Remorum].

« Aux dieux Mânes de Caius César, fils d'Auguste, petit-fils du Divin, pontife, nommé consul et salué imperator, et de Lucius César, fils d'Auguste, petit-fils du Divin, prince de la jeunesse, désigné consul, augure. De la part de la cité des Rèmes. »
Autel à Trèves (CIL XIII, 3671)

[Dis Manibus] L(ucii) Caesaris Aug[(usti) f(ilii) Auguris Co(n)s(ulis) design(ati)] Principis [iuventutis et C(aii) Caesaris Aug(usti) f(ilii) Pontificis] Co(n)s(ulis) Im[p(eratoris) | Principis iuventutis].

« Aux dieux Mânes de Lucius César, fils d'Auguste, augure, désigné consul, prince de la jeunesse et Caius César, fils d'Auguste, pontife, nommé consul et salué imperator, prince de la jeunesse. »

La Maison Carrée (Nîmes)[modifier | modifier le wikicode]

Vue actuelle sur le temple

Dans la ville de Nîmes, c’est plus encore qu'un autel qui a été dédié aux deux frères, puisque l’ensemble du temple aujourd’hui connu comme la Maison Carrée leur était dédiée.

Comme on peut le constater dans ce cas, c’est bien plus qu'un simple artifice religieux voire qu'une démonstration de zèle de la part de l'une ou l'autre communauté pour se faire bien voir de l'empereur. Lucius et Caius César recevaient bel et bien un culte officiel. La question qui se pose dès lors est de savoir si, à l'image du culte impérial, celui-ci était institué pour l’ensemble de l'Empire ?

Il est difficile d'apporter une réponse à cette question, car les sources sont trop peu nombreuses. Aucune, en tout cas, n'en fait mention. Sans s'agir d'un culte institutionnalisé, il s'agit tout de même d'une étape importante vers un culte de la personnalité institué autour de la personne de l'Empereur et de ses proches.