Leçons de niveau 8

Imparfait du subjonctif en français

Une page de Wikiversité.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche


Emblem of La Francophonie.svg
 
Interwikis

Sur les autres projets Wikimedia :

Système du récit et du discours au subjonctif

L'imparfait du subjonctif (aussi appelé subjonctif imparfait) est un temps de la conjugaison des verbes français.

Il remplace le subjonctif présent lorsque l'action est au passé, et parfois au conditionnel présent

Utilisation[modifier | modifier le wikicode]

Le subjonctif imparfait est employé à la place du subjonctif présent dans les propositions subordonnées introduites par une principale au passé simple, à l'imparfait, au plus-que-parfait, au passé antérieur, au passé composé (s'il n'a pas valeur purement aspectuelle), ou au conditionnel présent à valeur d'irréel du présent. Cependant, son usage a considérablement reculé depuis le début du xixe siècle1, sous l'effet de la complexité de ses formes et de leur ressemblance avec celles du passé simple2. Aujourd'hui, il n'est quasiment plus utilisé à l'oral[réf. nécessaire] (contrairement au cas des autres langues romanes, où il demeure très usuel). Cependant, il figure encore dans les textes littéraires, les discours formels ou bien encore dans des articles de journaux tels que Le Figaro ou Le Monde. Il peut aussi être employé à des fins humoristiques, à cause des jeux de motspar homophonie parfois graveleux qu’il permet. Par exemple, « Faut-il que je le sache ? » devient au passé « Fallait-il que je le susse ? », etc.

Le subjonctif imparfait remplace le subjonctif présent dans une proposition subordonnée quand la principale est au passé et que l'action de la subordonnée est simultanée avec l'action de la principale ou est antérieure à celle-ci.

Exemples :

  • La phrase « Il est nécessaire qu’il parle. » devient à l'imparfait « Il était nécessaire qu’il parlât. »
  • La phrase « Je veux que tu viennes. » devient à l'imparfait « Je voulais que tu vinsses. »
  • La phrase « Ils voudront que la France redevienne un Empire. » devient à l'imparfait « Ils voudraient que la France redevînt un Empire. »

Toutefois, quand l'action de la subordonnée est postérieure au temps présent, il vaut mieux utiliser le subjonctif présent. La phrase « Il m'a donné de l’argent hier pour que j'achète un poulet demain. » illustre très bien cette particularité. On voit bien ici la différence de sens entre « Il m'a donné de l’argent pour que j'achète un poulet. » et « Il m'a donné de l’argent pour que j'achetasse un poulet. » Dans la première phrase, le poulet n’est pas encore acheté ; tandis que dans le seconde, il l'est.

Également, le subjonctif présent est à utiliser quand l'action n'a pas de date précise, et peut concerner aussi bien le passé que le futur. Exemple :

  • « Il a œuvré pour que tous les hommes vivent heureux. » est préférable à « Il a œuvré pour que tous les hommes vécussent heureux. »
  • « Toute ma vie, je n'ai cessé de servir ma Nation afin qu'elle aille mieux. » est préférable à « Toute ma vie, je n'ai cessé de servir ma Nation afin qu'elle allât mieux. »

Cas spécial du conditionnel présent[modifier | modifier le wikicode]

L'arrêté ministériel du 31 juillet 1900 (modifié par l'arrêté ministériel du 26 février 1901) indique3 :

Le conditionnel présent peut être suivi du subjonctif présent ou du subjonctif imparfait. Il y a cependant à l'usage une différence entre les deux, que l’on peut percevoir plus clairement en se référant aux deux valeurs qu’il peut prendre. En effet, le conditionnel présent en français recouvre les deux notions de potentiel et d'irréel du présent en grammaire latine. Dans le premier sens, on peut le faire suivre du subjonctif présent, alors que dans le second l'imparfait s'impose. Ainsi, la différence entre, par exemple,« Mieux vaudrait que le comité se prononçât en toute sérénité. » et « Mieux vaudrait que le comité se prononce en toute sérénité. » réside dans le degré de probabilité de la subordonnée. Dans le premier exemple, il s'agit d'un vœu pieux (le locuteur pense que le comité est incapable de se prononcer en toute sérénité), tandis que le deuxième est plus optimiste (le locuteur a bon espoir de voir l'événement se réaliser).

Par extension, cela permet de donner un ordre de manière plus aimable. Exemple:

  • « Il faudrait que tu rangeasses ta chambre. » laisse la liberté à la personne à qui l’on s'adresse de ranger sa chambre ou non. Il s'agit plutôt d'un conseil.
  • « Il faudrait que tu ranges ta chambre. » a une valeur plus impérative. Le locuteur pense très sérieusement que la personne à qui il s'adresse va ranger sa chambre, ou du moins lui ordonne plus vivement que dans la première phrase. Il s'agit plutôt d'un ordre.

Conjugaison[modifier | modifier le wikicode]

Principe général de formation[modifier | modifier le wikicode]

Le subjonctif imparfait est plus précieux que véritablement difficile à construire. Sa construction ne requiert que la connaissance du passé simple, souvent intuitive dans la mesure où ce temps est d’emploi plus courant dans la littérature, temps dont il emprunte exactement le radical, et ce pour la totalité des verbes français. Il suffit d'ajouter à ce radical les terminaisons :

  • (je) -sse
  • (tu) -sses
  • (il) ^t
  • (nous) -ssions
  • (vous) -ssiez
  • (ils) -ssent

La conséquence de cette règle est qu'un verbe qui n'a pas de passé simple (par exemple, le verbe éclore), n'a, ipso facto, pas d'imparfait du subjonctif.

Verbes du premier groupe[modifier | modifier le wikicode]

  • Que j'aimasse
  • Que tu aimasses
  • Qu'il, qu'elle, qu'on aimât
  • Que nous aimassions
  • Que vous aimassiez
  • Qu'ils, qu’elles aimassent

Verbes du deuxième groupe[modifier | modifier le wikicode]

  • Que je finisse
  • Que tu finisses
  • Qu'il, qu'elle, qu'on finît (Exception: Qu'il, qu'elle, qu'on haït)
  • Que nous finissions
  • Que vous finissiez
  • Qu'ils, qu’elles finissent

Verbes du troisième groupe[modifier | modifier le wikicode]

Radical en -i[modifier | modifier le wikicode]

  • Que je misse
  • Que tu misses
  • Qu'il, qu'elle, qu'on mît
  • Que nous missions
  • Que vous missiez
  • Qu'ils, qu’elles missent

Radical en -u[modifier | modifier le wikicode]

  • Que je connusse
  • Que tu connusses
  • Qu'il, qu'elle, qu'on connût
  • Que nous connussions
  • Que vous connussiez
  • Qu'ils, qu’elles connussent

Radical en -in[modifier | modifier le wikicode]

Ce modèle ne concerne que les verbes venirtenir et leurs composés :

  • Que je vinsse
  • Que tu vinsses
  • Qu'il, qu'elle, qu'on vînt
  • Que nous vinssions
  • Que vous vinssiez
  • Qu'ils, qu’elles vinssent

Avoir[modifier | modifier le wikicode]

  • Que j'eusse
  • Que tu eusses
  • Qu'il, qu'elle, qu'on eût
  • Que nous eussions
  • Que vous eussiez
  • Qu'ils, qu'elles eussent

Être[modifier | modifier le wikicode]

  • Que je fusse
  • Que tu fusses
  • Qu'il, qu'elle, qu'on fût
  • Que nous fussions
  • Que vous fussiez
  • Qu'ils, qu'elles fussent

Exercice[modifier | modifier le wikicode]

Complétez les phrases suivantes avec le(s) verbe(s) entre parenthèse conjugué(s) à l'imparfait du subjonctif :

  1. Je n'ai jamais voulu que tu ... ici. (venir)
  2. Aurais-tu pu éviter qu’ils ne ... ? (s'approcher)
  3. Que voulez-vous qu’il ... d'autre ? (faire)
  4. Je souhaite que Camille et son mari ...(partir)
  5. Fallait-il vraiment qu'on en ... à ce point ?! (arriver)
  6. Je pense que vous ne ... pas venir ici. (devoir)
  7. Où que vous ..., quoi que vous ..., il fallait que vous ...(être), (faire), (se retirer)
  8. « Voudriez-vous que je ... un tel pêché ? » Dom Juan (1665), Acte III, Scène 2 (commettre)
  9. Le gouverneur s'opposa formellement a ce que nous ... la route de Paris. (prendre)
  10. L'infirmière m'a dit qu’il fallait que je ... en classe. (retourner)