Leçons de niveau avancé

Hockey sur glace/Palet et crosse

Une page de Wikiversité.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Début de la boite de navigation du chapitre
Palet et crosse
Icône de la faculté
Chapitre no 5
Leçon : Hockey sur glace
Chap. préc. :Équipements
Chap. suiv. :Casque
fin de la boite de navigation du chapitre
Icon falscher Titel.svg
En raison de limitations techniques, la typographie souhaitable du titre, « Hockey sur glace : Palet et crosse
Hockey sur glace/Palet et crosse
 », n'a pu être restituée correctement ci-dessus.
Ice hockey puck - 2.jpg

Le palet, la rondelle, le disque, le ou la puck est le disque rond et épais qui sert à jouer au hockey sur glace. Le joueur lance le palet vers le but de l’adversaire à l'aide d'une crosse ou bâton de hockey.

Fabrication[modifier | modifier le wikicode]

Le palet est fabriqué en caoutchouc vulcanisé de 2,54 cm d'épaisseur (un pouce) et 7,62 cm de diamètre (trois pouces). Il pèse entre 156 et 170 grammes (5,5 à 6 onces).

Historique[modifier | modifier le wikicode]

Le palet de hockey sur glace fut créé en 1877 par William F. Robertson, en coupant une balle en deux, pour éviter les rebonds incessants vers les spectateurs. La vitesse maximale enregistrée d'un tir de palet a été de 183,67 km/h par Aleksandr Riazantsev lors du quatrième Match des étoiles de la Ligue continentale de hockey. Dû à cette grande vitesse, toutes les patinoires internationales ont, au dessus du plexiglas, un filet pour empêcher le palet de sortir.

La chaîne de télévision Fox, dans le but de rendre les matchs de la Ligue nationale de hockey plus faciles à suivre à la télévision, inventa le FoxTrax, rondelle munie de diodes électroluminescentes.

Diverses appellations[modifier | modifier le wikicode]

En France et en Belgique francophone, on utilise le terme « palet ». En Suisse romande, c’est le terme puck (au masculin) qui est le plus courant, prononcé autrefois « pok », mais le terme « palet » est aussi utilisé, ainsi que le terme « rondelle ». Au Canada français, on emploie les termes « rondelle », « disque » et puck (féminin ou masculin ; dans le langage familier).

Le mot anglais puck est utilisé dans de nombreuses langues, dont l’allemand, le néerlandais et l’italien. Son origine est incertaine et ne semble liée ni à la mythologie, ni à Shakespeare ; l'Oxford English Dictionary suggère que le mot vient du verbe to puck.

Crosse[modifier | modifier le wikicode]

Joueur de hockey poussant le palet avec sa crosse

La crosse ou le bâton de hockey désigne le bâton recourbé utilisé pour diriger le palet — également appelé puck, rondelle ou disque au hockey sur glace. La crosse désigne aussi le jeu d'origine amérindienne.

Description[modifier | modifier le wikicode]

Dimensions maximales en centimètres pour la crosse du joueur et du gardien de but, autorisées par l’IIHF.

D'une longueur variable de 163 cm maximum, elle est prolongée par une palette incurvée d'une longueur maximum de 32 cm. La hauteur de la palette est comprise entre 5 et 7,5 cm. Composée de bois ou de différents matériaux composites comme le kevlar ou la fibre de verre.

La crosse du gardien est plus coudée et la palette plus large (dessin de droite).

Appellations[modifier | modifier le wikicode]

Chaque région francophone possède un vocabulaire propre, totalement inusité dans les autres régions : la « crosse » est le terme francophone utilisé en Europe. Le terme utilisé dans l'Amérique du Nord francophone, est soit le « bâton de hockey » ou tout simplement le « hockey », parce que le terme crosse désigne l'équipement utilisé dans un autre sport collectif, surtout populaire en Amérique du Nord. En Suisse, on utilise également le terme « canne de hockey ».

Procédé de fabrication[modifier | modifier le wikicode]

Il n’est pas rare de nos jours de voir des bâtons en graphite, d’autre en fibre de carbone, en plastique ou même en titane. Mais, à l'origine, la crosse de hockey était constituée d’un seul morceau de bois. En 1855, les joueurs confectionnaient eux-mêmes leur crosse en hêtre blanc. L'industrialisation de la fabrication des crosses date seulement du début du XXe siècle.

L’angle de la palette est très important. Les différents angles possibles sont définis par une norme. Les angles possibles sont numérotés de 1 à 6. Plus le chiffre est grand, plus l’angle entre la palette et le bout de la crosse est grand. Il existe plus de 6 000 modèles de palette. La courbure est obtenue après passage dans une machine à vapeur qui la rend malléable.

Afin d’améliorer ses tirs au but, quelques joueurs plaçaient la palette de leurs crosses sous un poids afin d’en augmenter la courbure. Cela donnait un meilleur contrôle de la trajectoire du palet et plus de puissance aux tirs. Rapidement les autres joueurs de la ligue nationale firent de même.