Leçons de niveau intermédiaire

Histoires pour apprendre le français/Intermédiaire

Une page de Wikiversité.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Histoires pour apprendre le français - Intermédiaire


Département
Alphabétisation
Emblem of La Francophonie.svg
 


Les Fables D'Esope[modifier | modifier le wikicode]

Le Corbeau et le Renard[modifier | modifier le wikicode]

de La Fontaine, version simplifiée

Un Corbeau est perché sur un arbre. Il est perché sur une branche en haut de l’arbre.  Dans son bec il a un fromage.

Un renard est par terre.  Le renard est connu parce qu’il est très intelligent, il est rusé, et il prend les poulets des paysans. Donc, pour ce renard, l’odeur du fromage est appétissante donc il est attiré par l’odeur du fromage.  Il veut manger le fromage.

Le renard dit au corbeau: “Hé!  Monsieur le Corbeau, Que vous êtes joli ! que vous êtes beau !”  Le renard complimente le corbeau.  Il dit: “je trouve que vous êtes très joli. Je trouve que vous êtes très beau. Je dis la vérité – ce n’est pas un mensonge.  Si votre chant est aussi beau que vos plumes, vous êtes le plus bel oiseau de cette forêt.”

Quand il entend les paroles du renard, le corbeau est très heureux.  Et pour montrer au renard son beau chant, parce qu’il veut que le renard écoute son chant… Le Corbeau ouvre sa bouche très très grande et le fromage tombe.

Donc, le renard prend le fromage très vite. Et il dit au corbeau: “Mon bon Monsieur, je vous donne une leçon. Ma leçon est : Il ne faut pas faire confiance à la flatterie.”  Le renard, c’est un flatteur, mais ses compliments ne sont pas vrais.

Alors, le corbeau a honte et il se sent stupide.  Il est désolé d’avoir perdu le fromage.  Il se sent stupide d’avoir écouté et d’avoir cru le renard.

Le corbeau promet qu’il n’écoutera plus les flatteurs et qu’il ne sera plus dupé.  Maintenant il est sage.  Il sait qu’il ne faut pas faire confiance à quelqu’un qui flatte.

La cigale et la fourmi[modifier | modifier le wikicode]

Adapté d’une fable de La Fontaine

C’est l’histoire d’une cigale qui avait chanté tout l’été. Elle avait chanté, et chanté, et chanté mais elle n’avait pas pensé à se préparer pour l’hiver. Et donc, quand l’hiver est arrivé, elle n’avait ni à manger, ni à boire. Elle n’avait rien !

Alors elle a décidé d’aller voir sa voisine la fourmi et lui a demandé de lui donner à boire et à manger. Elle lui a même proposé de la rembourser ! Mais la fourmi a refusé. Elle avait travaillé tout l’été pendant que la cigale chantait et elle ne voulait pas donner à manger et à boire à sa paresseuse voisine.

La fourmi lui a même dit : « vous chantiez pendant l’été ? Eh bien, dansez maintenant ! » Heureusement, le gentil scarabée lui a donné à boire et à manger… de la bouse de vache.

Les Contes Traditionnels[modifier | modifier le wikicode]

La Parure, version simplifée[modifier | modifier le wikicode]

par Guy de Maupassant


C’est une jolie et charmante fille, mais elle vient d’une famille pauvre.  Elle n’a pas d’espoir.  Elle veut se marier avec un homme riche et distingué, mais elle se marie avec un homme qui n’a pas beaucoup d’argent.  Il travaille pour le gouvernement.  Elle est simple et malheureuse.

Elle souffre constamment.  Elle pense qu’elle mérite toutes les délicatesses et tous les luxes.  Elle n’aime pas sa maison simple.  Elle n’apprécie pas sa maison ni son mari.  Elle est torturée par la simplicité de son existance.  Elle pense toujours à une grande maison de luxe.  Elle n’est pas satisfaite.

Quand elle s’assoit pour diner à la table avec son mari, il déclare, “Ah!  Une bonne soupe!  C’est délicieux”.  Et elle pense aux dîners très fins et luxueux.  Elle pense à un château où elle mange sur des belles assiettes, où elle mange des plats comme le steak ou le poisson.

Elle adore les bijoux et les jolies robes, mais elle n’en a pas.  Elle est très malheureuse.

***

Un soir, son mari rentre et il est très content.  Il a une large enveloppe.

-Tiens, dit-il, voici quelque chose pour toi.

Elle ouvre l’enveloppe.  C’est une invitation à un bal, lundi le 18 janvier.

Mais elle n’est pas contente.  Au contraire, elle jette l’invitation à son mari, et elle dit, Qu’est-ce que je fais avec cela?

Mais ma chérie, je pensais que tu serais contente.  Tu adores les bals.  C’était très difficile pour moi d’obtenir cette invitation.  Tout le monde veut aller à ce bal.

Elle le regarde, irritée, et elle déclare avec impatience:

Qu’est-ce que je vais mettre pour aller là?

Mais la robe que tu mets pour aller au théâtre. C’est joli, je trouve…

Mais sa femme pleure.

Qu’est-ce qu’il y a? il lui dit.

Elle dit, Je n’ai pas de jolie robe ni de bijoux donc je ne peux pas aller à ce bal.

Il dit, “combien d’argent as-tu besoin pour acheter une nouvelle robe pour le bal?”

Elle réfléchit.  Et puis elle dit, “400 francs”.

“D’accord”, il lui dit.  “Je te donne 400 francs.  Trouve une belle robe.”

***

Le jour du bal approche.  Mme Loisel a sa jolie robe.  Cependant, elle est anxieuse, nerveuse, et triste.  Son mari lui dit un soir:

Qu’est-ce qu’il y a?  Tu n’es pas contente depuis trois jours.

Elle répond:  Je suis triste de ne pas avoir de bijou.  Je n’ai pas de collier, pas de boucles d’oreilles.  J’ai besoin de bijoux pour le bal.  Je ne veux pas aller au bal si je n’ai pas de bijou.

Son mari dit, Tu peux mettre des fleurs naturelles.  Pour dix francs tu peux avoir deux ou trois roses magnifiques.

Elle n’est pas d’accord.  Non, elle dit.  Je ne veux pas avoir l’air pauvre parmi toutes ces femmes riches.

Son mari dit, Va trouver ton amie Mme Forestier, et demande-lui de te prêter des bijoux.  C’est une bonne amie.

Elle est ravie.  “C’est vrai!  Je n’ai pas pensé à cela.  Quelle bonne idée!”

Donc, elle va chez son amie Madame Forestier.  Elle explique qu’elle n’a pas de bijou pour le bal et elle veut emprunter des bijoux.  Mme Forestier dit, “Choisis” et elle ouvre une boite avec des bracelets, un collier de perles, et des boucles d’oreilles.  Tout d’un coup elle voit un collier en diamants superbe.  Son coeur se met à battre.  Elle tremble.  Et puis elle lui demande, Peux-tu me prêter ce collier?

Mais oui, certainement, répond Mme Forestier.

Madame Loisel est très contente.

***

C’est le jour de la fête.  Mme Loisel est la plus jolie fille au bal: élégante, gracieuse.  Tous les hommes la regardent.  Tous les hommes veulent danser avec elle.  C’est un grand succès.  Elle quitte le bal à 4H00 du matin.

Quand elle rentre chez elle, elle se déshabille.  Et soudain elle pousse un cri: elle n’a plus le collier en diamants!

-Qu’est-ce qu’il y a? demande son mari.

-J’ai…..j’ai plus le collier en diamants de Mme Forestier!

-Quoi!  Comment!  C’est pas possible!

Ils cherchent partout, mais ils ne voient pas le collier.

Son mari suggère qu’elle l’a perdu dans la rue.  Donc il va chercher le collier.  Il cherche toute la journée, mais il ne trouve pas le collier.  Il rentre à la maison le soir, désespéré.  Il n’a rien trouvé.

Ils cherchent pour une semaine.  Après une semaine, ils décident de remplacer le collier, parce que le collier est perdu.

Ils vont à une boutique pour trouver un collier qui ressemble à celui qu’elle a perdu.  Ca coûte quarante mille francs.  N’oubliez pas, ils sont assez pauvres.  Ils ne sont pas riches.  Ils n’ont pas d’argent pour un collier en diamants.  Donc, ils empruntent l’argent de beaucoup de personnes, et ils achètent le collier.

Madame Loisel donne le collier à Mme Forestier.

***

Pendant dix ans, Mme Loisel et son mari ont une vie terrible pour payer cette dette de 40 mille francs.  Elle n’a pas une vie de luxe.  Elle travaille beaucoup.  Elle est femme de ménage, c’est-à-dire qu’elle nettoie beaucoup de maisons pour gagner de l’argent.  Ils ont un très petit appartement.  Son mari travaille tout le temps aussi.  Ils sont très malheureux.

Pendant dix ans, ils travaillent pour payer la dette, et leur vie est misérable.  A la fin de ces dix ans, leur dette est enfin payée.  Maintenant, Mme Loisel est vieille.  Elle n’est plus belle.  A cause de ce collier perdu un soir, sa vie a complètement changé.

***

Un dimanche, Mme Loisel fait une promenade dans le parc quand elle voit Mme Forestier.  Mme Foresteir est toujours très belle et très jeune.  Mme Loisel dit, “Bonjour, Jeanne”.  Mme Forestier dit, “Mais…Madame!  Je ne vous connais pas”.  Elle ne reconnaît pas son ami, parce que Mme Loisel a beaucoup changé.

Mme Loisel dit, “Je suis Mathilde Loisel”.

Son amie pousse un cri.  “Oh ma pauvre Mathilde, comme tu es changée!”

“Oui, ma vie est très difficile….et c’est à cause de TOI”.

“A cause de MOI?  Mais Mathilde…comment?”

Mathilde lui dit, “Tu te souviens d’un collier en dimants que tu m’as prêté il y a dix ans?”

Oui. Eh bien?

– Eh bien, j’ai perdu ce collier.

– Comment! Mais tu me l’as rapporté.

– Je t’ai rapporté un autre qui était identique. Et voilà dix ans que nous payons pour ce collier.  Notre vie est misérable, à cause de ce collier.

Mme Forestier lui dit,

– Tu dis que tu as acheté un collier en diamants pour remplacer mon collier ?

– Oui.

– Et Mme Forestier prend les deux mains de Mathilde, et elle lui dit :

– Oh! ma pauvre Mathilde! Mon collier avait de faux diamants. Elle valait au plus cinq cents francs!…


La légende de la Bête du Gévaudan[modifier | modifier le wikicode]

C’était il y a bien longtemps, en 1764, dans le centre de la France. Plusieurs jeunes femmes de la région du Gévaudan ont été attaquées et mutilées par une bête qui ressemblait à un grand loup. On le décrivait comme énorme, avec une grosse tête, une grosse queue et une raie noire sur le dos. Était-ce un loup? Était-ce un ours? Il ne ressemblait à aucun animal familier. Le plus curieux était qu’il tuait surtout des femmes et des enfants. Comment un animal pouvait-il choisir ses victimes? Et comment pouvait-il mutiler ses victimes?

Pendant trois ans, la bête a effrayé tous les habitants de la région. Personne ne voulait sortir de chez lui sans au moins un couteau. Près de cent personnes ont été tuées et mutilées! Les villageois ont essayé de tuer cette bête,  mais ils n’y sont pas arrivé. À Versailles, le roi Louis XV, qui venait juste de perdre le Canada et la Louisiane dans la guerre de Sept Ans contre les Anglais, a été informé de cette « affaire », et a promis une récompense de 6 000 livres à celui qui tuerait la Bête. Mais personne n’y est arrivé.

Finalement, après que plusieurs loups ont été tués, les massacres se sont arrêtés. La bête de Gévaudan n’était donc qu’un loup?

Aujourd’hui on pense qu’il s’agissait en fait d’un groupe de plusieurs individus, maquillés et déguisés, avec des chiens dressés pour tuer. En tout cas, c’est ce que l’expertise faite par des scientifiques sur un rapport d’autopsie de l’époque a révélé. Mais même avec ce que l’on sait aujourd’hui,  homme ou animal, le nom de « Bête du Gévaudan » reste justifié.

La fortune dans l’œuf[modifier | modifier le wikicode]

Conte de Chine (XVIème siècle)

Un pauvre homme, si pauvre qu’il gagnait à peine de quoi vivre, a trouvé un jour un œuf.

-Regarde ! a-t-il dit à sa femme. Nous allons être riche !

-Riche ? Mais comment ? a répondu sa femme.

-Avec cet œuf. Attends dix, douze ans seulement et tu verras, nous serons riches !

D’abord, je vais porter cet œuf chez la voisine. Elle a une poule qui couve, elle mettra l’œuf avec les autres. Ensuite, je rapporterai une poulette qui pondra à son tour. En un rien de temps, nous aurons au moins quinze poussins.

Deux ans après, nous aurons trois cents poulets que j’irai vendre au marché, dix taels de bronze chacun [monnaie chinoise]. Avec cet argent, j’achèterai cinq vaches qui nous feront des veaux. Au bout de trois ans, nous aurons au moins deux douzaines qui nous feront d’autres petits. Trois ans plus tard, nous aurons un troupeau d’au moins cent cinquante bêtes, que nous pourrons vendre sans peine trois cents taels d’argent…

Sa femme écoutait en silence. L’homme a continué ses calculs.

-Finalement, je dépenserai les deux tiers de cette fortune pour une maison neuve et un champ, et le tiers restant pour des serviteurs et une seconde épouse. Et voilà ! Qu’en penses-tu ?

Une nouvelle épouse ! C’est tout ce que sa femme a retenu du discours de son mari. Elle lui a arraché l’œuf des mains et l’a jeté par terre en criant :

-Voilà ce que j’en pense de tes beaux projets !

Elle a tué l’idée de la seconde épouse dans l’œuf !

La part du lion[modifier | modifier le wikicode]

Fable du Soudan (Afrique)

Un jour le lion, le loup et le renard sont allés chasser ensemble. Ils ont attrapé un âne, une gazelle et un lièvre. Le lion a dit au loup :

-Loup, c’est toi, aujourd’hui, qui feras le partage.

Le loup a dit :

-Il me semble équitable, sire, que vous receviez l’âne sauvage et que mon ami le renard prenne le lièvre. Quant à moi, je me contenterai de la gazelle.

A ces mots, le lion s’est mis en colère. Il a soulevé sa grosse patte puissante et a frappé la tête du loup. Le loup a eu le crâne brisé et est mort presque aussitôt.

Alors le lion a dit au renard :

-A ton tour, maintenant, d’effectuer le partage; et essaie de mieux t’y prendre.

Le renard  a dit solennellement :

-L’âne sera pour votre déjeuner, sire, la gazelle sera pour le souper de Votre Majesté et le lièvre vous revient, pour votre petit déjeuner de demain.

Le lion, surpris, lui a demandé :

-Et depuis quand es-tu aussi sage ?

Le renard a répondu :

-Depuis que j’ai entendu craquer le crâne du loup, Majesté.

Le faucon, le héron, la tortue et le lion[modifier | modifier le wikicode]

Fable de Douala (Cameroun- Afrique)

Le faucon et le héron vivent ensemble en toute amitié. Ils chassent ensemble et mangent ensemble. Un jour, le faucon mange toute la viande de la journée.

Le héron est en colère et attaque furieusement le faucon. La tortue, qui entend cette affreuse bataille, intervient pour les séparer.

A la fin du combat, le faucon a perdu un œil. Il a seulement un oeil! Le héron en colère accuse la tortue : “c’est toi qui as blessé le faucon !”, mais la tortue accuse le héron : “non, c’est toi qui as blessé le faucon !”.

Ils décident d’aller voir le lion pour lui demander son opinion. Le lion écoute l’histoire du faucon, du héron et de la tortue et décide:

– La tortue est innocente. Il n’y a pas assez de preuve, ni dans un sens, ni dans l’autre. Il est probable que ce soit toi, héron, qui as blessé le faucon avec ton bec. De plus, c’est toi qui te battais ; la tortue, elle, voulait seulement vous aider à faire la paix.