Leçons de niveau 8

Histoire de la chimie/Prédécesseurs de la chimie

Une page de Wikiversité.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Début de la boite de navigation du chapitre
Prédécesseurs de la chimie
Icône de la faculté
Chapitre no 1
Leçon : Histoire de la chimie
Retour auSommaire
Chap. suiv. :Chimie précoce
fin de la boite de navigation du chapitre
Icon falscher Titel.svg
En raison de limitations techniques, la typographie souhaitable du titre, « Histoire de la chimie : Prédécesseurs de la chimie
Histoire de la chimie/Prédécesseurs de la chimie
 », n'a pu être restituée correctement ci-dessus.

Il y a beaucoup d'influences qui ont conduit à l'émergence de la chimie en tant que science.

L'antiquité[modifier | modifier le wikicode]

On peut déjà considérer que les premiers hommes qui ont fabriqué des objets en fer ou en bronze étaient des précurseurs qui pratiquaient la chimie des matériaux et la métallurgie.

Mésopotamie, Babylone

Des tablettes sont des recettes de verrier ou des rituels accompagnant les opérations de métallurgie. Les Mésopotamiens utilisent, dans leurs recettes pour fabriquer de la pâte de verre coloré, un langage secret.

Grèce antique

Ils sont les ancêtres de l'alchimie et ont jeté les bases des différents principes qui ont mis des siècles à prouver ou à redécouvrir. Les philosophes grecs, alors qu’ils tentaient de se différencier de ce qui a été fait toute matière, sont les premières dont nous avons des références qui sont proches du concept de la chimie. Influencé par pierre égyptien magie et l'huile (pétrole), l'une des premières théories était la séparation en quatre éléments (terre, eau, air et feu), dont le mélange dans des proportions différentes sont à l'origine de tous les autres matériaux. Les grands philosophes tels que Thalès, Protagoras, Pythagore, Anaximandre, etc ont façonnées et spéculé sur le monde à partir de ces théories. Pythagore a ajouté un cinquième élément, l'éther. D'autres philosophes, comme Aristote et Archimède, ont fait diverses expériences alchimiques, ou chimiques et ont découvert la densité et divers composés toxiques. Une autre contribution de cette époque est le concept de l'atome comme un élément de base de toute la matière. Cette théorie atomique (άτομον (en grec ancien) signifie indivisible) dit que la matière est composée de petits éléments identiques dont les agrégations (nombre d'éléments) sont les différents matériaux et par leurs propriétés. Il est fondamentalement identique à la description générale qui a eu lieu au XVIIIe siècle pour décrire l'atome dans les différents modèles atomiques et actuellement pourrait être pris comme définition, pas très précis, protons et autres sous-particules aux propriétés périodiques.

Le laboratoire de l'alchimiste (1551)
par Jan van der Straet

L'Alchimie[modifier | modifier le wikicode]

L'alchimie a ses origines dans les prêtres égyptiens et est ensuite passée par les philosophes grecs pour atteindre les alchimistes arabes et à travers eux à l'Europe médiévale. L'alchimie est, à l'origine, une tentative de décrire le monde et les lois naturelles intégrées dans la philosophie.

Le Grand Œuvre avait pour but d'obtenir la pierre philosophale. L'alchimie était censée opérer sur une Materia prima (Première Matière) de façon à obtenir la pierre philosophale capable de réaliser la "projection", c'est-à-dire la transformation des métaux vils en or. la médecine universelle et === Les Arabes sont les premiers à donner à la pierre philosophale des vertus médicinales et c’est par leur intermédiaire que le concept de l'élixir de longue vie est arrivé en Occident Quand nous entendons parler d'Alchimie plus on pense de transformer le plomb en or (la Pierre Philosophale) ou dans l'eau de l'éternelle jeunesse. L'alchimie était aussi une discipline spirituelle et a été l'origine des différentes sciences comme la chimie, la médecine ou la physique.

L'alchimie n'a pas une origine claire car elle fait partie de nombreuses cultures et est présent dans toute l'histoire de l'humanité liée à diverses découvertes scientifiques en physique (densité, l'osmose) et la médecine (venins et sérums antivenimeux non organiques). Un aspect peu connu de l'alchimie nous la montre comme une source de remèdes médicaux en Chine et en Inde et aussi un grand médecin naturaliste dans l'Amérique précolombienne.

Pendant le boom il y avait peu de progrès Romain vraiment mémorable, mais il est une extension de diverses professions étroitement liées à l'alchimie (verriers, peintres ... mais alors ne sont pas les plus étroitement liées à celle-ci) et l'amélioration des processus et du matériel nécessaire pour les expériences. Après la chute de l'Empire romain d'Occident cette connaissance est pratiquement relégué à l'artisanat, jusqu'à ce que les Arabes (vrais conservateurs de la connaissance classique) retraitement de l'astronomie et l'alchimie. Grâce à des Arabes, c’est comme réapparaît en Europe, avec diverses modifications et améliorations. Une importante médiéval alchimiste Ramon Llull, Majorque écrivain et moine chrétien.

L'alchimie devient partie intégrante de la science appris (anatomie, la physiologie, la théologie, les mathématiques, l'astronomie et la musique) liée en partie à la physiologie et de l'astronomie (chaque cavalier a été influencée par une planète). Avec la Renaissance se pose (ou ressort) le côté philosophique de l'alchimie.

L'alchimie arabe[modifier | modifier le wikicode]

Jâbir ibn Hayyân, dit Geber, l'alchimiste arabe

L'alchimie arabe naît en 685 quand, dit la légende, le prince Khâlid ibn al-Yazîd commande au moine Marianus (ou Morienus), élève de l'alchimiste Étienne d'Alexandrie (vers 620), la traduction en arabe de textes alchimiques grecs ou coptes.

Au VIII-Xe siècles apparaît le Corpus Jabirianum, attribué à Jâbir ibn Hayyân. Jâbir ibn Hayyân, dit Geber (vers 770), pose comme première triade celle du corps, de l'âme et de l'esprit. Il insiste sur l'élixir comme remède et panacée, et l'élixir n’est pas seulement minéral. Geber pose aussi un septénaire, celui des sept métaux : or (Soleil), argent (Lune), cuivre (Vénus), étain (Jupiter), plomb (Saturne), fer (Mars), vif-argent (Mercure) ; un autre septénaire, celui des opérations : sublimation, distillation ascendante ou descendante (filtration), coupellation, incinération, fusion, bain-marie, bain de sable. L’argyropée est une étape, non une chute : elle s’intègre dans l’œuvre. Les quatre Éléments et les quatre Qualités sont autonomes. Dans toute substance des trois règnes il est possible d’augmenter, de diminuer la proportion, voire de faire disparaître le chaud, le froid, etc. et ainsi d'obtenir une tout autre substance.

On attribue à Geber la découverte de l'acide nitrique, obtenu en chauffant du salpêtre KNO3 en présence de sulfate de cuivre (CuSO4⋅5H2O) et d'alun (KAl(SO4)2⋅12H2O), et de l'acide sulfurique (le vitriol), et l'eau régale. Il a également isolé l'antimoine et l'arsenic de leurs sulfures (stibine et orpiment/réalgar).

Un certain nombre de traités arabes médiévaux de magie, d’astrologie ou d’alchimie sont attribués à Balînâs Tûwânî (Apollonius de Tyane). Au IXe siècle (vers 825), en lien avec ce mage pythagoricien, le Livre du secret de la Création. Kitâb sirr al-Khaleqa donne en arabe le texte de la Table d’émeraude, qui joue un rôle essentiel dans la tradition hermético-alchimique.

Al-Razi, dans le Recueil des traités de médecine de Gérard de Crémone, 1250-1260

Alchimie et spiritualité[modifier | modifier le wikicode]

La recherche de la pierre philosophale qui transforme le plomb en or (la plus parfaite pour les alchimistes) et l'eau soi-disant de la vie ou l'eau régale (acide chlorhydrique et d'acide nitrique) sont ceux de l'obscurité pour l'alchimie. Une des principales caractéristiques de l'aspect spirituel de l'alchimie est la "poursuite de l'amélioration faite à partir de la sublimation de l'âme». En d'autres termes:

«Le monde est imparfait parce que tout est mélangé».

L’église catholique n'a jamais condamné pour hérésie l'alchimie en tant que telle mais il y a eu des persécutions contre les alchimistes.

De l'alchimie à la chimie[modifier | modifier le wikicode]

The Sceptical Chymist (1661).

Robert Boyle qui croit à la possibilité de la transmutation des métaux, met en doute, dans The Sceptical Chymist (1661), la théorie des quatre éléments (la terre, l'air, l'eau et le feu) ainsi que celle des trois principes paracelsiens (soufre, mercure et sel), et introduits l’idée d'élément chimique comme élément indécomposable, et non transformable en un autre élément. On peut considérer que ce livre marque le début de la chimie moderne.

Les conclusions de Boyle l’amènent à considérer la matière comme composée de particules primaires. Il rejette donc une conception antique qui disait que toute matière est formée à partir de quatre éléments. Boyle devient donc un précurseur de la théorie des atomes sur des bases expérimentales. Il a laissé son nom à une célèbre liqueur fumante de son invention (sulfure hydrogéné d'ammoniaque).

Références[modifier | modifier le wikicode]

Liens[modifier | modifier le wikicode]