Leçons de niveau 14

Gestion professionnelle du temps/Historique

Une page de Wikiversité.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Début de la boite de navigation du chapitre
Historique
Icône de la faculté
Chapitre no 1
Leçon : Gestion professionnelle du temps
Retour auSommaire
Chap. suiv. :Objectifs et organisation de la gestion du temps
fin de la boite de navigation du chapitre
Icon falscher Titel.svg
En raison de limitations techniques, la typographie souhaitable du titre, « Gestion professionnelle du temps : Historique
Gestion professionnelle du temps/Historique
 », n'a pu être restituée correctement ci-dessus.


Histoire de la gestion du temps[modifier | modifier le wikicode]

Chronos, dieu du temps de la mythologie grecque, par Ignaz Günther.

La gestion du temps a toujours existé, l’homme a toujours cherché à comprendre le temps, le mesurer et le maîtriser. Déjà à l’époque de la civilisation mégalithique, il existait une représentation de repères temporels qui s’illustraient par les alignements de Carnac, ou encore les cercles de Stonehenge (en Grande-Bretagne) qui représentaient alors des repères astronomiques. Rappelons-nous également des premiers calendriers égyptiens et babyloniens qui utilisaient la notion de saison (on parle alors de cycle) en tant que repère. Ces premiers éléments étaient déjà des témoignages de la prise en compte de la problématique de la gestion du temps des anciennes civilisation. Plus récemment sont apparus les clepsydres, cadrans solaires, sabliers, horloges puis les montres, les réveils, les chronomètres, les minuteurs.

Le Temps et l’Art ou l’Art du Temps[modifier | modifier le wikicode]

De nombreux artistes ont été inspirés par ce paradoxe qu'est le temps. La notion du temps a ainsi été revisitée et illustrée au sein même de l’art. Il est possible de citer les « Montres molles » de Salvador Dali, qui représentait alors la perplexité devant un temps qui est devenu presque insaisissable, ingérable et surtout non renouvelable. La mythique Pénélope du peintre Bassano représente aussi l’envie de gérer le temps et de le repousser.

Le temps dans les théories du travail[modifier | modifier le wikicode]

C’est à partir de la naissance du Taylorisme (ouvrage de 1911 « La direction scientifique des entreprises » par Frederick Winslow Taylor) qu’est apparue une des premières théories d’organisation du travail sur laquelle reposait le souci de la gestion du temps. Le point de départ qu’évoque Taylor est issu de la constatation de la « flânerie » des ouvriers sur leur temps de travail. Ces fondements de la gestion et du contrôle du temps de travail ont été repris notamment dans le Fordisme. Ainsi, déjà la gestion du temps de travail était l'un des piliers de l’organisation efficace de l’entreprise et une garantie de sa survie et de son bon fonctionnement. L’environnement social a été également fortement affecté par la notion de gestion du temps : le temps de travail s’est considérablement réduit depuis quelques dizaines d'années avec l’apparition de la retraite, des congés payés, des temps partiels et également les différentes lois régissant le temps de travail (35 h par exemple); son optimisation est donc devenue primordiale pour l’entreprise.


La gestion du temps en période de crise[modifier | modifier le wikicode]

Suite aux crises financières successives, les organisations doivent être attentives et capable de s’adapter rapidement aux changements pour ne pas subir les fluctuations des marchés. Cela demande des ajustements continuels mais nécessaires à la sauvegarde des entreprises et donc des emplois. L’ensemble des entreprises doit se préoccuper davantage de la qualité des processus réalisés au sein de leur organisation. Il est donc essentiel d’aborder des sujets sur l'optimisation de la performance, dans ce contexte, la gestion du temps est une variable incontournable. Effectivement, il est indispensable d'évaluer, hiérarchiser et organiser ses différentes tâches et missions pour mener à bien des projets, tout en utilisant le moins de ressources possibles.

La gestion du temps implique de multiples facettes de la qualité globale puisque c’est à partir d'une parfaite connaissance de ses missions qu'un acteur pourra jouer sur la performance de ses actions.