Leçons de niveau 18

Fonctions mentales/Résilience

Une page de Wikiversité.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Début de la boite de navigation du chapitre
Résilience
Icône de la faculté
Chapitre no 17
Leçon : Fonctions mentales
Chap. préc. :Pathologique
Chap. suiv. :Motrice
fin de la boite de navigation du chapitre
Icon falscher Titel.svg
En raison de limitations techniques, la typographie souhaitable du titre, « Fonctions mentales : Résilience
Fonctions mentales/Résilience
 », n'a pu être restituée correctement ci-dessus.

Résilience[modifier | modifier le wikicode]

    La résilience n'est pas la destruction de cette partie malade, l'extermination de ce sens, car ce serait non seulement perdre l'expérience toujours précieuse qu'il contient mais aussi laisser perdurer les conséquences de ce traumatisme et surtout ses conséquences inconscientes faute de les avoir traitées. La résilience n'a d'autre but que de revenir à un état ordinaire, c'est-à-dire sain. Il y a deux choses à accomplir, d'abord dégonfler le trop-plein d'énergie puis traiter la partie malade.
    Pour agir sur le stress, il faut affronter la situation ancienne qui l'a provoqué, la revivre, plonger dans le souvenir mais sans se laisser totalement envahir par elle, en emportant avec soi la conscience de la situation présente et ce qu'elle a de relativement confortable. Il est important de créer un lien entre le passé et le présent afin qu'il crée les conditions d'une évidence qui permette aux fonctions mentales d'agir en conséquence, afin que ce stress apparaisse clairement comme inapproprié pour le présent et puisse s'éloigner en quelque sorte dans le passé. Au début c'est douloureux et il faut recommencer cette opération autant de fois que nécessaire en  notant à chaque fois la lente diminution du stress.
    Une situation de stress quand les circonstances qui lui ont donné naissance se sont prolongées, comme le traumatisme de guerre par exemple, s'est accompagnée de conséquences sur les comportements, les valeurs, les convictions de la personne. Si ces structures ont été appropriées pour faire face à ces circonstances exceptionnelles, elles ne le sont plus par la suite, mais peuvent continuer à la dominer sans qu'elle en ait pleinement conscience et affecter sa vie mentale. Il faut donc en prendre conscience en suivant à partir du stress les pistes qui y conduisent et débusquer toutes les séquelles que le stress a pu provoquer dans les structures comportementales, et analyser précisément pourquoi ces structures ne répondent plus aux besoins actuels. Ensuite il faut établir un lien entre le passé et l'actuel, ce qui compte c'est la concentration et la conscience, car il n'est pas nécessaire de tout comprendre, tout se passe comme si en amenant avec elles la synergie mentale au cœur du problème, cette synergie disposait naturellement des moyens pour le traiter et tout remettre en place. On pourra aussi employer la technique de la restructuration consciente qui a été évoquée dans le chapitre concernant la foi et dont le domaine d'application est plus général et plus large que le traumatisme.