FRA3826-Poster:UdeM Portfolio

Une page de Wikiversité.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche




Introduction

Chaque année, les étudiants de l’Université de Montréal produisent de nombreux travaux (compte-rendu, affiche, photo, vidéo, rapport de recherche, etc.), sous différents formats dans le cadre des cours de leur cheminement respectif. Certains obtiennent une note d’excellence (un A+) à cause de l’originalité et la qualité du travail. Cependant, ces travaux ne vont pas plus loin. Les seules personnes qui en ont connaissance sont les professeurs qui leur ont décerné la note A+, marqueur d’un travail rigoureusement réalisé, et les étudiants talentueux qui en sont les auteurs. Les réalisations des étudiantes et des étudiants témoignent de leur engagement, de leur créativité et de leur passion. Et si on pouvait donner de la visibilité à ces œuvres ?

Corpus

En faisant quelques recherches, j’ai découvert que certaines institutions ont mis en place des stratégies pour mettre en valeur les travaux de leurs étudiantes et étudiants. L’École d’Art Syn Studio, par exemple, organise l’Exposition d’Œuvres Étudiantes, un événement de vernissages qui a lieu à la fin de chaque session pour présenter les œuvres des étudiants au grand public et offrir à ces étudiants la possibilité de rencontrer d’autres artistes et professionnels de l’industrie. L’exposition annuelle Paramètres de l’UQAM qui réunit les œuvres d’étudiant(e)s sélectionnées par un jury composé d’artistes-professeurs de l’École des arts visuels et médiatiques. Elle souligne l’effervescence et la diversité des approches créatrices des étudiant(e)s ainsi que le professionnalisme auquel ils (elles) aspirent.

L’Université de Montréal a elle-même organisé en 2012, 2014 et 2016 l’Exposition ArtnUM (Art numérique de l’UdeM). C’est un événement multidisciplinaire ayant pour objectif la présentation des travaux de création des étudiants avec les arts numériques de différents départements et de différentes facultés. On y retrouve des œuvres d’artistes dont le cheminement à l’Université de Montréal varie : musiques numériques, histoire de l’art et études cinématographiques, informatique ou arts, création et technologies.


Ces expositions, bien qu’offrant de la visibilité à leur population estudiantine, ont lieu dans des locaux à des moments déterminés. Seuls ceux et celles qui en sont au courant et qui ont fait le déplacement peuvent découvrir et apprécier les créations mises de l’avant lors de ces événements. Pourtant le numérique offre la possibilité d’atteindre des milliers de gens sans limites de temps ou de frontières.

La conversion numérique en cours a un impact significatif sur toutes les dimensions de la vie. Ce bouleversement des phénomènes de déplacement des pratiques culturelles et des évolutions de la culture restructure le processus de production du savoir, de validation des contenus et de diffusion des connaissances[1]. Cette mutation peut être bénéfique si nous arrivons à exploiter les différentes possibilités ainsi que les outils qui en découlent pour élargir notre champ d’action.

Le projet

UdeM Portfolio vise à permettre la diffusion en ligne des meilleures œuvres réalisées par les étudiants de l’Université de Montréal pour chaque année académique. Un jury composé de professeurs et professeures, de différents départements sélectionnera ces œuvres. Une fois la sélection faite, une présentation multimédia sera créée avec l’outil projeqt en incorporant les différents travaux (photos, vidéos, jeux, documents, etc.). Cette présentation sera accessible en ligne.

UdeM Portfolio est gratuit et en libre accès. Les créateurs et créatrices de ses œuvres conservent le contrôle et l’entièreté de leurs privilèges en matière de droit d’auteur et l’utilisateur final s’engage à reconnaître et citer correctement la source lorsqu’il fait usage des documents rendus disponibles sur cette plateforme avec l’outil projeqt. Les réalisations seront accessibles directement sur la plateforme pendant cinq ans, puis seront archivées pour une durée déterminée.

Ce projet est tout aussi bénéfique pour les étudiants que pour l’Université pour les raisons suivantes :

  • Il permet la croissance de la notoriété de l’Université et le rehaussement de son image, ce qui favorise l’intérêt d’un plus grand nombre et d’étudiants et d’étudiantes potentiels (elles).
  • Augmentation du sentiment d’appartenance des professeurs et des autres employés.
  • Donne une valeur honorifique aux travaux des étudiants, ce qui peut inciter à l’excellence
  • Aide les étudiants à se faire remarquer par des employeurs potentiels

L'outil

Capture d'écran de la page Projeqt

Projeqt : est un outil numérique qui permet de créer des présentations multimédias, avec des diapositives dynamiques dans lesquelles on peut incorporer des cartes interactives, des liens, des questionnaires en ligne, des timelines Twitter des vidéos, des images, des PDF, PowerPoint, entre autres ; adaptées visuellement à différents appareils[2].

C’est une plateforme ouverte développée par l’équipe digitale centrale de TBWAbasée à New York, dirigée par David Lee, qui permet de manière très simple de présenter tout projet créatif sous la forme d’une histoire, imagée, intégrant des vidéos (formats YouTube ou Viméo), ou des flux RSS ou Twitter. C’est un CMS (Content Management System) qui se veut une « creative storytelling platform », pour permettre de présenter tout projet créatif sous la forme d’un slideshow. Conçue en HTML 5, cette plateforme fonctionne aussi bien sur un ordinateur que sur iPhone ou iPad. Chaque « slide » peut être soit une image, soit du texte avec ou sans image de fond, soit une vidéo, ou un flux RSS[3]. Les « slides » peuvent être regroupées et hiérarchisées pour permettre une navigation simple, et peuvent être présentées en ligne, en grille ou en plein écran. Il est possible de protéger son « projeqt » par un mot de passe pour préserver la confidentialité du projet.


L’avantage de l’utilisation de projeqt pour ce projet réside dans sa gratuité, l’accessibilité qu’il permet, et sa facilité d’apprivoisement. Cet outil permettra de faire une visite virtuelle de l’ensemble des meilleures réalisations académiques de l’année, tous types et tous formats confondus.

Recommandation

Vue la constante évolution du numérique et la multiplication des outils, il est important d’envisager l’intégration de nouveaux logiciels à ce projet pour assurer son efficacité et sa pérennité.

Bibliographie

1.    Asoun, Kinty. 2014. « Sept œuvres étudiantes exposées ». Quartier libre. http://quartierlibre.ca/sept-oeuvres-etudiantes-exposees/ [consulté le 20 novembre 2019].

2.    Alice, Mariette. 2016. « Expositions de recherche-création en arts numériques ». Quartier libre. http://quartierlibre.ca/36561/ [consulté le 18 novembre 2019]

3.    Chauhan, A. 2018. «11 Digital Education Tools For Teachers And Students». https://elearningindustry.com/digital-education-tools-teachers-students [consulté le 18 novembre 2019].

4.    Labelle, S. (2009). Milad Doueihi La grande conversion numérique , 2008, Seuil, Paris, 271 p.. Communication & langages, 160(2), 130-130. doi:10.4074/S0336150009002129.

5.    Paul, R. 2019. « Et si on apprenait à jeter ? ». Quartier Libre. http://quartierlibre.ca/et-si-on-apprenait-a-jeter/ [consulté le 18 novembre 2019].

6.    Projeqt. 2019. https://dmklee.com/projeqt [consulté le 20 novembre 2019].

7.    Syn Studio. 2019. « Exposition d’Œuvres Étudiantes ». https://synstudio.ca/fr/events/exposition-doeuvres-etudiantes/ [consulté le 18 décembre 2019].

8.    UdeM – Calendrier. 2012. « ArtnUM – L’événement en arts numériques de l’Université de Montréal ». https://www.calendrier.umontreal.ca/detail/148447 [consulté le 18 novembre 2019].

9.    UdeS – Bibliothèques. 2019. « Savoirs UdeS ». https://libguides.biblio.usherbrooke.ca/savoirs [consulté le 18 novembre 2019].

10. UQAM – École des arts visuels et médiatiques. 2019. « Expositions étudiantes ». https://eavm.uqam.ca/etudiant-es/expositions-etudiantes/ [consulté le 18 décembre 2019].

Références

  1. anglais Sarah Labelle, « Milad Doueihi La grande conversion numérique , 2008, Seuil, Paris, 271 p. », Communication & langages, vol. 2009, no  160, 2009-06, p. 130 (ISSN 0336-1500) [texte intégral lien DOI (pages consultées le 2019-12-20)]
  2. Mei Wu Hoyt, « Modeling Digital Work and Learning », dans Teacher Education, IGI Global, (ISBN 978-1-5225-0164-0, lire en ligne), p. 1297–1310
  3. (en) « Projeqt », sur DMKLEE (consulté le 20 décembre 2019)