Leçons de niveau 12

Europe du XVIIe au XIXe/Remise en cause de l'absolutisme XVII°s et XVIII°s

Une page de Wikiversité, la communauté pédagogique libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Début de la boite de navigation du chapitre
Remise en cause de l'absolutisme XVII°s et XVIII°s
Icône de la faculté
Chapitre no 3
Leçon : Europe du XVIIe au XIXe
Chap. préc. :Louis XIV : L'apogée de la monarchie absolue
fin de la boite de navigation du chapitre
Icon falscher Titel.svg
En raison de limitations techniques, la typographie souhaitable du titre, « Europe du XVIIe au XIXe : Remise en cause de l'absolutisme XVII°s et XVIII°s
Europe du XVIIe au XIXe/Remise en cause de l'absolutisme XVII°s et XVIII°s
 », n'a pu être restituée correctement ci-dessus.

Le premier échec de Louis XIV est son système fiscal injuste. Alors que Louis XIV créait de la richesse pour la France, il essayait de créer de la richesse pour lui-même et les nobles français. Il l'a fait en ne taxant pas les nobles et les fonctionnaires de l'église (le clergé) et en taxant lourdement les paysans français. Ce régime fiscal injuste restera en place jusqu'en 1789, date à laquelle il deviendra l'une des principales causes de la Révolution française.

Un 2ème échec de Louis XIV fut ses croyances religieuses. Dans un effort pour rendre son pouvoir absolu, Louis avait déjà limité le pouvoir des nobles, mais n'avait pas encore limité le pouvoir des huguenots (protestants français). Comme beaucoup de ses prédécesseurs, Louis XIV était un catholique fervent qui voulait écraser la foi protestante où qu'elle se trouve.

En 1685, Louis XIV a abrogé l'édit de Nantes, qui accordait aux huguenots la liberté religieuse et le droit de fortifier leurs villes. Louis XIV fit également une loi que les huguenots ne pouvaient plus pratiquer leur religion et que leurs enfants devaient devenir catholiques. Le résultat de cela a été l'émigration de 200 000 huguenots vers d'autres pays européens. Lorsque ces huguenots sont partis, la richesse qu'ils ont créée a fait de même. Ces huguenots étaient très actifs dans le commerce et le commerce, et constituaient une grande partie de l'économie française prospère. Cette perte d’activité économique a détruit l’économie française et la richesse du pays.