Leçons de niveau 18

DMS 2/Problèmes psychiques

Une page de Wikiversité.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Début de la boite de navigation du chapitre
Problèmes psychiques
Icône de la faculté
Chapitre no 5
Leçon : DMS 2
Chap. préc. :Naviguer dans le mental
Chap. suiv. :Pensée infralinguistique
fin de la boite de navigation du chapitre
Icon falscher Titel.svg
En raison de limitations techniques, la typographie souhaitable du titre, « DMS 2 : Problèmes psychiques
DMS 2/Problèmes psychiques
 », n'a pu être restituée correctement ci-dessus.

Monographie n°31 Régler les problèmes psychiques[modifier | modifier le wikicode]

L’introspection est notre outil naturel pour régler tous nos problèmes psychiques[modifier | modifier le wikicode]

    L'introspection est une méthode exploratoire de notre monde mental, qui vise à introduire tous ses aspects dans le contenant de notre conscience, afin de les étudier et de les comprendre. L'introspection est le seul moyen dont nous disposons de révélation et de connaissance de soi par soi-même. Nous pouvons exercer notre libre arbitre pour découvrir et explorer ce monde immense et merveilleux.
    Notre mental est constitué de milliards de percepts mentaux avec toutes leurs nuances qualitatives, des fonctions opératives, leurs interactions et leurs produits. C'est un monde d'une grande complexité, ce qui explique le relatif échec de la psychologie introspective faute des techniques appropriées et de modèles efficaces. De plus, les propriétés de notre monde mental sont complètement étrangères de celles du monde physique, et de ce fait peuvent paraître paradoxales. C'est un monde non spatial présent qui contient en lui tout son passé. Sa non spatialité lui offre un contenant non limité, de sens structuré et d'espaces virtuels, qui déjoue les règles des mathématiques et de la logique bijective.
    La méthode de développement personnel DMS offre à la fois des techniques d’introspection performantes fondées sur les ancrages des ressentis de nos fonctions mentales en mémoire, des procédures  d’analyse innovantes et diverses méthodes de traitement des problèmes en exploitant tous nos métacontextes mentaux, les états de rêve, de veille et de rêve lucide. 
    Toutes ces méthodes et techniques permettent à l’être qui les possède de résoudre en introspection méditative tous les désordres psychiques et mentaux qui pourraient subsister en lui, grâce en particulier à l’analyse holistique, à la maîtrise consciente du cycle mental, et à la restructuration consciente de ses structures superficielles, et s’il le faut il dispose avec la puissance de l’analytique en rêve lucide du moyen d’élaborer des outils encore plus appropriés.

Libérez votre sentiment du soi de l'égotisme[modifier | modifier le wikicode]

    Le sentiment du "soi" est un sous-produit de notre fonction volontaire 7. Il n'accomplit rien, car ce n'est pas une fonction mentale mais simplement du sens. L’"être" soi philosophique n'existe pas vraiment. Idéalement, il baigne en suspension dans le vide, sans aucune attache. Sa vacuité est une source de puissance et d'énergie.
    L'ego apparaît quand vous associez à ce sentiment des ambitions, des désirs, des avidités pour l'argent, le pouvoir et la domination des autres. Votre être vivant devient alors l'esclave de votre égotisme, et vous vivez dans l'enfer de cette aliénation.
    La psychologie est la science des caractères et des propriétés des mécanismes malsains qu'il est possible d'installer en soi et donc en vous. Mais ce sont des structures superficielles et il appartient à chacun de s'en délivrer en coupant un à un tout les liens qu'il a associé à son sentiment du soi.
    Enfin, l'égotisme enferme les gens dans une représentation monopolaire d'eux-mêmes, ils se perçoivent comme un moi qui fait tout, c'est une illusion. Ce moi ne fait rien, se sont nos fonctions mentales qui font. Aussi quand vous prenez conscience de la réalité de leurs activités, votre représentation de vous-même change, elle devient ennéanaire, et votre sentiment trouve dans ce contexte sa vraie place : un simple sens, certes attaché à votre direction volontaire, mais qui ne fait rien. Vous devenez alors ennéanaire, et la maîtrise de vos fonctions mentales, vous-mêmes, devient plus facile.

Quelques règles[modifier | modifier le wikicode]

Les 18 émotions primaires
    La rosace des émotions
    Il apparaît que pour éviter les situations mentales difficiles, quelques règles peuvent être respectées :
    • Pour vivre au mieux avec les pétales centraux de la rosace des émotions, il faut se contenter du nécessaire, c'est-à-dire de peu.
    • L'être vivant qui ne s'identifie plus à une personne sociale illusoire ne se compare plus aux autres, les pétales du second cercle disparaissent alors pour lui.
    • Concernant le troisième cercle, il faut préférer les pétales passifs aux actifs. C'est-à-dire le mépris à la colère, la sérénité à la joie, l'attente paisible à l'enthousiasme, et la soumission au monde, en admettant que dans sa globalité le monde extérieur est plus fort, il n'y a aucune faute à le faire, et pratiquer l'évitement. Le maître de l'évitement ne peut être atteint par le monde, il évite tout conflit, le sachant, il n'a plus de raison d'avoir peur.
    Ces règles ne sont pas nouvelles, elles sont présentes dans le Tao tö king de Lao-Tseu. 
    Lao-Tseu et quelques autres ont entrevu que l'accès aux structures universelles de notre être lui permettait de se libérer du fardeau des émotions.

Se libérer de la colère[modifier | modifier le wikicode]

Le cube des émotions primaires
    Un ami me dit : Je viens de divorcer d’une perverse narcissique qui me manipulait et m’a fait vivre un enfer. Un enfant va naître dans quelques mois dont je n’aurais pas la garde, et actuellement je souffre d’une colère qui me taraude, et me pourrit la vie. Que faire ?
    Il faut savoir que la colère est une émotion négative active par laquelle nous donnons à l’autre (personne, objet, événement passé) le pouvoir de nous nuire, il faut donc s’en libérer au plus vite, ce qui ne demande pas une maîtrise particulière de nos fonctions mentales. Pour cela il suffit de la transformer en mépris, l’émotion passive qui lui correspond. Le mieux c’est de vous coucher et de pratiquer en méditation, les yeux fermés. Revivez la cause de la colère, en l’occurrence cette personne malfaisante, et méprisez-la pour ses actes indignes de votre confiance, elle ne mérite pas l’honneur de votre colère mais seulement votre plus grand mépris. Votre colère envers cette personne ne tardera pas à laisser la place au mépris pour elle, une émotion passive qui s’effacera vite de votre conscience et ne laissera pas de séquelles à long terme dans votre mémoire. Au besoin, recommencez cette pratique méditative à plusieurs heures d’intervalle, vous constaterez une baisse d’intensité émotionnelle à mesure de l’installation du mépris et de la disparition de la colère.
    Les désordres psychiques proviennent principalement des mécanismes de défense du moi. Parce que 7d est une fonction volontaire, elle est également libre de faire des erreurs qui lui nuisent, menacent l’efficacité de ses comportements comme d’effacer des cases utiles, installer des microstructures comportementales la privant de certains possibles et réduisant sa liberté. C’est pourquoi il est toujours sain de connaître son tableau de bord et de soigner ce qui a pu être malencontreusement dégradé suite à des échecs, des traumatismes et des épreuves.