Leçons de niveau 18

Développement mental/Conscience 5

Une page de Wikiversité.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Début de la boite de navigation du chapitre
Conscience 5
Icône de la faculté
Chapitre no 18
Leçon : Développement mental
Chap. préc. :Restructuration mentale
Chap. suiv. :Remémoration 1
fin de la boite de navigation du chapitre
Icon falscher Titel.svg
En raison de limitations techniques, la typographie souhaitable du titre, « Développement mental : Conscience 5
Développement mental/Conscience 5
 », n'a pu être restituée correctement ci-dessus.

MONOGRAPHIE n°18 Analysez votre fonction conscience 5[modifier | modifier le wikicode]

    Cette monographie et les huit suivantes sont destinées à vous permettre d’approfondir vos ressentis des émergences et des produits de vos fonctions mentales afin de les ancrer dans votre mémoire, pour cela chacune doit faire l’objet d’une méditation  après lecture et de les inscrire dans la grille ennéanaire.
    Certaines personnes sont certes conscientes, c'est-à-dire qu'elles possèdent des images, la perception consciente de leur corps et de l'environnement du monde physique qui nous entoure, mais ne font pas l'expérience ontologique fondamentale de la conscience d'être conscient. C'est ce qui ressort de l'œuvre littéraire de Martin Heidegger et de La Nausée, ainsi que L’Être et le Néant de Jean-Paul Sartre. D'éminents philosophes et psychologues (dont je tairai les noms) se prétendant experts dans leur domaine m'ont clairement répondu qu'il était impossible d'être conscient d'être conscient. Ceci pourrait expliquer le développement du matérialisme éliminativiste et du physicalisme au XXe siècle qui font de l'esprit une propriété de la matière, sans réalité propre, constituant une conception erronée de l'être humain et du vivant, une thèse culturellement dominante actuellement qui fonde les interprétations des neurosciences, et amène à concevoir l'homme comme un robot biologique.
    L'inconscience d'être conscient ne semble donc pas être une exception mais plutôt la règle de la majorité des hommes. D'autant plus qu'on trouve dans la littérature des témoignages de vécu tardif de cette conscience, présenté comme une expérience structurante ayant changé leur vie.
    Le fait que certains enfants naissent avec cette expérience de soi, et d'autres pas, pourrait être interprété comme un indice de preuve de l'existence de la réincarnation, cette faculté ayant été acquise lors de vies antérieures. 
    La conscience est un contenant révélateur de l'activité de nos fonctions mentales, qui s'efface dans le sommeil et réapparaît dans le rêve. L'actualité intemporelle de sa présence est aussi celle de notre être singulier. Son rôle principal consiste à partager les activités de nos fonctions mentales, émergences, produits et interactions. Ainsi il ne peut y avoir des réalités contradictoires, ce qui serait le cas si chacune d’elles réfléchissait l’ensemble des autres selon ses propres modalités.
    À chaque instant elle déborde des produits et des émergences de nos fonctions mentales et de leurs synergies. A chaque instant d'autres émergences succèdent aux émergences précédentes. Comme ces produits ont des saveurs différentes, il en résulte le sentiment d'une fluidité un peu confuse, alors qu'elle reste égale à elle-même.
    Si à l'amont nous devinons une activité inconsciente qui la précède, à l'aval nous ressentons qu'une partie de son contenu disparaît et qu'une autre s'écoule et perdure dans notre mémoire, qui quoique inconsciente en partage le même présent, condition indispensable pour qu'elle soit disponible à la remémoration. Le champ de son contenant est étroit, limité, il nous évite d'être submergés par le contenu immense de notre mémoire. Cependant notre mémoire s'y diffuse légèrement sans perturber notre conscience, mais suffisamment pour que par la concentration nous puissions y accéder et voyager dans notre mémoire. 
    La conscience est notre fonction mentale essentielle, car sans elle nous n'aurions pas de vie mentale. Nous vivrions sans doute difficilement sans l'une ou l'autre des autres fonctions, mais sans cette conscience il n'y aurait rien, c'est d'ailleurs ce qui se passe dans le sommeil profond.
    La conscience n'est ni une grandeur physique, ni un concept mathématique, mais sans elle il n'y aurait ni physique ni mathématiques. La conscience n'appartient pas au monde concret qui nous entoure. Sa nature est autre, de ce fait à elle seule elle crée un monde, des mondes, des univers mentaux personnels. La conscience n'est pas mesurable, d'ailleurs personne n'a jamais essayé de construire un détecteur de conscience. La conscience ne nous apparaît que dans l'expérience mentale elle-même, et quand nous sommes conscients nous pouvons la qualifier d'une certaine saveur, une saveur qui n'appartient qu'à elle-même, c'est la saveur de son monde. Par la méditation et la concentration cette saveur nous paraît plus intense, mais cela ne nous apprend pas grand chose de plus.
    La conscience nous apparaît comme la borne d'un éternel présent. En son absence, il y a une continuité temporelle mais il n'y a pas de présent. La conscience réalise une incarnation temporelle, dans une singularité qui reste soumise à la temporalité puisqu'elle subit son écoulement. C'est une fonction indépendante, elle n'est ni dominante, ni dominée, elle ne sollicite pas les autres fonctions, ni ne répond à leurs sollicitations. C'est une fonction monotone, toujours égale à elle-même, elle s'efface dans le sommeil, réapparaît dans le rêve, souvent elle me montre la transition du rêve à l'éveil sans être affectée par ce changement de programme et de synergie pour les autres fonctions. Elle joue le rôle d'un contenant révélateur, elle révèle l'émergence des fonctions et leur production dans sa propre émergence mais à chaque instant elle déborde, elle ne révèle ni l'intimité opérative de ces fonctions, ni ce que devient le flux de ces produits, et à chaque instant d'autres émergences succèdent aux émergences précédentes, les produits à d'autres produits, et comme ces produits, qui agissent les uns sur les autres, ont des saveurs diverses et variées, nous en éprouvons le sentiment d'une fluidité continue complexe et un peu confuse.
    La conscience 5 se situe à la source mais ne va pas à l'amont de cette source, ni à l'aval. A l'amont il y a nécessairement au sein des opérations des fonctions mentales une partie qui reste inconsciente. A l'aval je sens que si une partie de cette production disparaît une autre perdure dans ma mémoire, qui quoique inconsciente partage le même présent que ma conscience, condition pour qu'elle reste disponible à la remémoration qui possède la capacité d'en extraire les produits pour les restituer à ma conscience. Donc ma conscience ne recouvre pas l'ensemble de mon existence mentale. Son contenant est limité, son champ étroit, mais cette limitation fait partie de sa fonctionnalité. En effet si l'ensemble de ma mémoire envahissait ma conscience, ma vie mentale serait submergée par ces informations et ne pourrait rien exploiter. Cependant ma mémoire diffuse et en particulier mes expériences récentes, mais cette diffusion est relativement floue et suffisamment faible pour ne pas perturber ma vie mentale, il me semble même qu'elle joue un rôle en particulier en faveur de la concentration dont le pouvoir est de retenir des produits dans la durée au sein de ma conscience.
    En résumé, notre conscience en apparence ne fait rien, mais c'est en ne faisant rien qu'elle remplit au mieux son rôle, car elle ne pourrait faire et réfléchir, et pouvoir se parer des couleurs et des saveurs éphémères des produits qui la traversent, c’est en étant limitée qu'elle nous protège.
    Il y a bien sûr des états de conscience altérés, certains rêves particuliers, les extases mystiques, les situations que connaissent certains autistes dans lesquelles la conscience semble pouvoir contenir beaucoup plus qu'à l'ordinaire, mais ces phénomènes me semblent dépendre davantage de l'exaltation ou de l'altération d'autres fonctions mentales que de la conscience elle-même.
    Chacun de ces états est déterminé par une synergie particulière de nos fonctions mentales. Bien quelles restent toutes présentes, agissant de concert, réagissant l’une sur l’autre et sur leur ensemble, elles peuvent être dominantes ou en servitude, effacées ou exaltées. Une fonction est dominante soit quand elle impose par des contraintes son activité aux autres, soit quand elle les sollicite spécifiquement ou globalement. Elle est en servitude quand elle répond à ces sollicitations, ce qui n’exclut pas qu’elle soit primordiale dans l’activité en cours. En outre, cette dominance peut être partagée, c’est ce qui caractérise le rêve lucide quand la dominance est partagée par la fonction analytique et la fonction volontaire.