Département:Psychiatrie/Présentation du département

Une page de Wikiversité.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

La psychiatrie est une spécialité médicale traitant de la maladie mentale. L'étymologie du mot provient du mot grec psyche (ψυχή), signifiant « âme ou esprit », et iatros qui signifie médecin (littéralement médecine de l'âme).

Elle s'occupe de maladies, d'affections, d'atteintes.... Mais de quel organe ? De la Psyché, d'où la Psychiatrie ? La Psyché, c’est l'esprit. L'anatomie ne nous en révèle pas la localisation. Il y a le cerveau, c’est bien là que la Psyché se tient, non ? Mais déjà la neurologie s'occupe de ces maladies là. La psychiatrie, une sous branche de la neurologie ? C’est bien ce sur quoi les modernes insistent. Il ne s'agit pas de neurologie, mais les sciences du système nerveux, les neurosciences expliquent bien ce par quoi la Psyché fonctionne et s'exprime. Les maladies de la psyché sont les atteintes des processus par quoi l'esprit travaille.

Tout est donc simple, me direz vous. Que nenni, diront d'autres. Bien entendu l'esprit fonctionne au travers du système nerveux mais ne se résume pas à lui. L'esprit interagit, vit et s'enrichit des relations avec d'autres esprits, s'exprime à travers des stéréotypes sociaux variables. L'esprit se guérit parfois par l'esprit.

Le Département de Psychiatrie persistera dans son refus de choisir. Il fuira la partialité et demandera à ses contributeurs de présenter sincèrement leur point de vue sur la discipline, en ne lançant aucun anathème, en n'excluant aucune possibilité. Le département de psychiatrie ne se cachera pas derrière quelque classification que ce soit, aussi internationale ou reconnue qu'elle soit, car, c’est un fait connu de tous, les classifications en psychiatrie reflète le consensus actuel des autorités psychiatriques tout autour du monde et dépendent donc plus de l'air du temps que des données de la science. Si bien que le département de psychiatrie pourra abriter des professeurs d'opinions contraires ou expliquer différemment des faits identiques. Car ces paradoxes sont nécessaires pour qu'un semblant de vérité puisse advenir.

Vous qui entrez ici, quittez toute certitude... Et bon voyage !