Leçons de niveau 14

Cytométrie en flux/Introduction à la cytométrie en flux

Une page de Wikiversité.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Début de la boite de navigation du chapitre
Introduction à la cytométrie en flux
Icône de la faculté
Chapitre no 1
Leçon : Cytométrie en flux
Retour auSommaire
Chap. suiv. :La fluorescence
fin de la boite de navigation du chapitre
Icon falscher Titel.svg
En raison de limitations techniques, la typographie souhaitable du titre, « Cytométrie en flux : Introduction à la cytométrie en flux
Cytométrie en flux/Introduction à la cytométrie en flux
 », n'a pu être restituée correctement ci-dessus.

La cytométrie en flux est une technique de laboratoire de biologie cellulaire, utilisant des techniques et matériels hautement spécialisés et sophistiqués. Sa conception relève des sciences de l'ingénieur, de la chimie organique, de la biophysique. Ses applications sont multiples, et sont au fil du temps de plus en plus diversifiées. Il y a à cela plusieurs raisons.

Pourquoi la « cytométrie en flux » ?[modifier | modifier le wikicode]

Comme son nom l'indique, la cytométrie en flux se propose de mesurer des paramètres de cellules dans un flux. Il s'agit en fait d'examiner une à une les particules d'une suspension, et d’en déterminer certaines caractéristiques.

L'immense avantage de la méthode par rapport à d’autre consiste en deux points :

  • contrairement à la microscopie optique à fluorescence, la cytométrie permet d'analyser un très grand nombre de cellules ;
  • contrairement aux techniques de biologie moléculaire, qui permettent de travailler sur un ensemble de cellules, la cytométrie permet d’établir des paramètres cellule par cellule.

Comment la cytométrie ?[modifier | modifier le wikicode]

La cytométrie utilisant des marqueurs fluorescents permettra de savoir, cellule par cellule, et pour un très grand nombre de cellules, la présence ou l'absence d'un marqueur : une cellule est-elle activée ? est-elle mourante ? est-elle prête à se diviser ?

La cytométrie permettra de distinguer facilement des populations, parfois indifférenciables, à l'œil du microscope par la présence de marqueurs membranaires spécifiques de populations. Ainsi, tous les lymphocytes T portent l'antigène CD3. Avec un anticorps anti-CD3 conjugué avec un fluorochrome, le cytomètre pourra classer les cellules selon l'intensité de la fluorescence. C’est la base de l'immunophénotypage et du tri cellulaire.

Applications[modifier | modifier le wikicode]

Les applications sont multiples. Avec la cytométrie, il est possible de :

  • suivre une population de cellules par la taille et la granulosité du cytoplasme ;
  • évaluer la présence de protéines membranaires sur des cellules vivantes ;
  • trier des cellules vivantes selon l’expression de ces marqueurs ;
  • évaluer la présence de protéines cytosoliques sur des cellules perméabilisées ;
  • suivre un gène rapporteur fluorescent après transfection ;
  • évaluer la viabilité d'une population de cellule, sa mortalité et le type de mort (apoptose ou nécrose).
  • ...

De plus, la technique de cytométrie peut concerner toute suspension, quelle que soit la nature des particules en suspension.