Leçons de niveau 18

Conscience 5/Filtres

Une page de Wikiversité.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Début de la boite de navigation du chapitre
Filtres
Icône de la faculté
Chapitre no 4
Leçon : Conscience 5
Chap. préc. :Rôle
fin de la boite de navigation du chapitre
Icon falscher Titel.svg
En raison de limitations techniques, la typographie souhaitable du titre, « Conscience 5 : Filtres
Conscience 5/Filtres
 », n'a pu être restituée correctement ci-dessus.

Des filtres de protection de notre conscience[modifier | modifier le wikicode]

   Dans le chapitre précédent nous avons vu que le rôle de notre conscience 5 était de partager du contenu efficace entre toutes nos fonctions mentales. Or, compte tenu de la quantité indénombrable de structures de sens présentes au sein de notre mémoire, des structures comportementales des processus mentaux, de la complexité des opérations de la fonction analytique pour gérer cette mémoire, construire des rêves et répondre aux sollicitations qui demandent son aide, l'irruption de tous ces contenus dans notre conscience serait confusionnelle, et donc ne pourrait pas être efficace. D'où la nécessité impérative de filtres. 
    Ces filtres, ou cette sélection de contenus, est gérée par une structure comportementale automatique, certains diront un métaprogramme, de l'analytique 2 qui opère sur ses sens structurés p2 qu'il envoie en conscience, et qui s'adapte à chaque instant aux besoins des circonstances et aux intentions de la direction volontaire 7d. Cependant, ces filtres n'interdisent pas d'explorer les recoins les plus cachés de que certains appellent à tort, notre inconscient, grâce au fin balayage de la concentration 6 pilotée par 7d. Que dans certaines expériences, comme les expériences de mort imminente, les images conscientes sont plus intenses et la perception plus acérée, comme en hyper définition, et manifeste des effets de zoom. Il faut aussi remarquer que si l'élaboration de capacités nouvelles se fait pas à pas en pleine conscience, les processus mentaux qui permettent de les exploiter s'inscrivent en mémoire, et qu'ils sont ensuite activables par des gestes mentaux sur des raccourcis ou boutons qui n'exigent plus la conscience des détails, pour enfin s'actionner par de simples intentions à peine conscientes. C'est ainsi que Daniel Tammet a développé sa synesthésie (la représentation des nombres par des couleurs et de formes imbriquées) pour parvenir à faire des opérations de calcul rapide impressionnantes sans le moindre effort.