Leçons de niveau 18

Conscience 5/Avertissement

Une page de Wikiversité.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Début de la boite de navigation du chapitre
Avertissement
Icône de la faculté
Chapitre no 1
Leçon : Conscience 5
Retour ausommaire
Chap. suiv. :Opératif
fin de la boite de navigation du chapitre
Icon falscher Titel.svg
En raison de limitations techniques, la typographie souhaitable du titre, « Conscience 5 : Avertissement
Conscience 5/Avertissement
 », n'a pu être restituée correctement ci-dessus.

AVERTISSEMENT[modifier | modifier le wikicode]

    La confusion conceptuelle et la polysémie qui entourent ce terme de (conscience) est extrême. De même que le (sens) ce terme est un élément de métalangue, c'est donc un terme qui ne peut être défini par d'autres termes et qui ne peut être perçu que mentalement dans une expérience immédiate ineffable et indubitable qui se nomme un quale, que tout homme éprouve à chaque instant de sa période de veille et même dans les métacontextes de rêve et de rêve lucide, sinon il ne pourrait point vivre et serait réduit à un état végétatif de mort mentale propre au coma profond irréversible ou au cas d'école du zombi automate, utilisé dans certaines démonstrations de philosophie de l'esprit, mais dont l'existence n'est qu'une hypothèse qui sert une démonstration par l'absurde, et qui n'a aucune réalité jusqu'à preuve du contraire dans le règne des êtres vivants, dont nous pouvons qualifier l'état d'une machine informatique et d'un robot, qui n'en sont pas, et ne sont que de la matière inerte animée de mouvements déterminés par les lois de la physique, comme le sont les nuages qui passent dans le ciel, les rivières qui s'écoulent au creux des vallons, et les planètes qui gravitent autour de leur étoile. Ce quale de conscience devient particulièrement lucide dans ce qu'on nomme l'expérience d'être conscient, peut être intensifié par la concentration 6 et distingué des autres qualia issus de nos autres fonctions mentales par l'analytique 2. Il n'y a pas de limite formelle à ce que nous pouvons découvrir, parcourir et analyser grâce à des techniques mentalistes dans notre monde mental.
    La confusion qui règne en linguistique, une science des significations que certains ont déclaré définitivement sans espoir de se sortir de ses paradoxes et probablement nuisible à la santé de la race humaine (Alfred Korzybski dans Science and Sanity), entretient les idées fausses et les théories les plus toxiques concernant cette fonction mentale. Des expressions courantes de notre langage vernaculaire nous induisent en erreur, tels que les syntagmes : (prendre conscience de) c'est découvrir intuitivement, (avoir conscience que) c'est prendre en considération, (en son âme et conscience) c'est invoquer notre éthique. De ce fait, il est courant de voir attribuer tout et n'importe quoi, à cette conscience, dans un amalgame des plus hétéroclite, du soi à l'intuition en passant par l'intention, l'imaginaire et la raison, et souvent de la confondre avec tout notre être. Les théories psychanalytique et de l'hypnose en rajoutent en parlant du conscient et de l'inconscient, des entités substantivées que les mentalistes ne découvrent pas en explorant leur mental. Cette leçon aura donc pour but d'y voir un peu plus clair en ce domaine, de préciser ce que la conscience est et ce qu'elle n'est pas, afin de sortir de cette incohérence ambiante dans notre culture occidentale, la première étape indispensable pour commencer à comprendre le fonctionnement de notre être mental.