Leçons de niveau 14

Connectivisme (théorie de l'apprentissage)

Une page de Wikiversité.
Aller à : navigation, rechercher
Interwikis

Sur les autres projets Wikimedia :

Qu'est-ce que le Connectivisme ?[modifier | modifier le wikicode]

Le 'Connectivisme', théorie d'apprentissage à l'ère numérique, a été développé par George Siemens et Stephen Downes. Elle s’appuie sur leur analyse des limites du behaviorisme, du cognitivisme et du constructivisme afin d'expliquer les effets que la technologie a sur la façon dont nous vivons, communiquons et apprenons[1]

La théorie du connectivisme est similaire au néo-constructivisme (théorie élaborée par Lev Vygotski) qui exploite pleinement les ressources des nouvelles sciences & technologies de l'information et de la communication.

Ce qui suit est un extrait de l’article fondamental de George Siemens sur le Connectivisme[2] :

Le Connectivisme est l'intégration des principes explorés par les théories du chaos, théories des réseaux, la théorie de l'information, le Système complexe, la Systémique et les théories de l’Auto-organisation. L'apprentissage est un processus qui se produit dans des environnements nébuleux composés d'éléments de base en mouvement et le processus d'apprentissage n’est pas entièrement sous le contrôle de l'individu. L'apprentissage (processus défini comme la connaissance pouvant être activée) peut résider en dehors de nous (au sein d'une organisation ou d'une base de données), et se concentre sur la connexion d'ensembles d'informations spécialisées, les liens qui nous permettent d'apprendre davantage sont plus importants que l'état actuel de notre connaissance.

Le Connectivisme est motivé par la compréhension que les décisions sont basées sur des fondations qui se modifient rapidement. De nouvelles informations sont constamment acquises. La capacité d’établir des distinctions entre l'information importante et sans importance est vitale. La capacité de reconnaître quand de nouvelles informations modifient le paysage en fonction des décisions prises hier est également critique.

En d'autres termes, "savoir-faire" et "savoir-quoi" sont complétés avec des "savoir-où" (la compréhension de l'endroit où tu trouveras la connaissance quand elle est nécessaire), ainsi le méta-apprentissage devient aussi important que l'apprentissage lui-même[2].

Plus d'informations sur Wikipédia.

Distinguer les théories de l'apprentissage[modifier | modifier le wikicode]

Souligné par Mergel sur Ertmer et Newby's : "cinq questions définitives pour distinguer les théories de l'apprentissage" (en distinguant la section apprentissage, ¶ 1 ) fournit un cadre pour organiser les différentes théories :

  1. Comment l’w:apprentissage se produit-il ?
  2. Quels facteurs influent sur l'apprentissage ?
  3. Quel est le rôle de la w:Mémoire ?
  4. Comment le transfert du savoir se produit-il ?
  5. Quelles w:pratiques d'apprentissage sont mieux expliquées par cette théorie ? (¶ 2)

En quoi le Connectivisme diffère[modifier | modifier le wikicode]

Le tableau ci-dessous analyse les différentes théories d'apprentissage, et leur variance par rapport au Connectivisme[3] :

Domaines

Behaviourisme

Cognitivisme

Constructivisme

Humanisme

Connectivisme

Théoriciens de l'apprentissage

Thorndike, Pavlov, Watson, Guthrie, Hull, Tolman, Skinner

Koffka, Kohler, Lewin, Piaget, Ausubel, Bruner, Gagné

Piaget, Vygotsky

Maslow, Rogers

Siemens, Downes

Comment l'apprentissage se fait

Black box-comportement observables :l'objectif principal

Structurés, de calcul (computationnelle)

Signification sociale, créés par chaque apprenant (personnelle)

Réflexion sur l'expérience personnelle

Distribué dans un réseau, social, technologiquement renforcée, reconnaître et interpréter les modèles

Facteurs d'influence

La nature de la récompense, la punition, les stimuli

Schémas Existants, les expériences précédentes

Engagement, participation, social, culturel

La motivation, les expériences, les relations

Diversité du réseau, la force des liens, le contexte de survenue

Rôle de la mémoire

La mémoire est le Câblage réel d'expériences répétées, où la récompense et la punition sont les plus influents

Encodage, le stockage, la récupération

La connaissance précédente remixée au contexte actuel

Détient l'évolution du concept du soi

Modèles Adaptifs, représentatifs de l'état actuel, existant dans les réseaux

Comment le Transfert se produit

Stimulus, réponse

Duplication de structures de connaissance des «connaisseurs»

Socialisation

La facilitation, la transparence

Connexion à (et ajout) les nœuds et agrandissement du réseau (sociale / conceptuelle / biologiques)

Pratiques d'apprentissage expliqué par cette théorie ?

(Task-Based Learning) Apprentissage basé sur des tâches.

Raisonnement, des objectifs clairs, la résolution de problèmes

Social,
vagues ( «mal définies»)

Auto-dirigé

Apprentissage Complexes, changement rapide de noyaux (de valeurs), sources diverses d'information et de formation

Méthodes et Aspects pratiques pour développer des approches connectivistes[modifier | modifier le wikicode]

Source : traduit de l’article de Georges Siemens : "Commencer à mettre en place le connectivisme", parlant de ces choix en termes de connectivisme. D'autres choix technologiques sont possibles : la technologie est un outil aux possibilités quasi illimitées, la limite ne vient que de notre capacité à imaginer ces possibilités : donc ne prenez pas cet exemple comme marche à suivre dans l'absolu.

  1. Créez des blogs pour la classe ... Compilez les travaux dans un agrégateur - comme PageFlakes - qui fournira aux apprenants une seule page regroupant ce que les autres apprenants ont blogué.
  2. Utilisez des activités d'apprentissage collaboratif (au travers d’un wiki par exemple).
  3. Ouvrez vos propres ressources à la collaboration et au partage.
  4. Pour être mises en réseau, les ressources et les conversations ont besoin d'un certain degré d'ouverture. Cela peut mettre mal à l’aise… il est important de créer aussi des environnements plus sécurisés qui rassureront !
  5. Utiliser les systèmes ouverts de ressources éducatives dans la planification et la prestation de matériel didactique : des jeux, des vidéos, des podcasts, des interviews. De nombreuses ressources existent déjà pour ce type de contenu... et la liste s'allonge tous les jours.
  6. Si la classe est centrée sur un théoricien ou scientifique, au lieu de parler de lui, facilitez l’écoute directe à la source (conférence, visioconférence, conférence web, podcast …etc)
  7. Facilitez la recherche des ressources - exemple : citez quelques théoriciens et affichez-les sur votre blog pour de futures références de classe.
  8. Expérimentez différents outils et approches pédagogiques. exemple : Visitez Second Life avec la classe. Créez des podcasts. Faites participer les apprenants. Les faire réfléchir sur les activités d'apprentissage.
  9. Fournissez aux apprenants les ressources qui permettront de continuer à nourrir leur apprentissage après que le cours soit terminé. Les orienter vers des blogs, des forums, des réseaux ning, ou d'autres collectivités et réseaux. Le contenu d'une discipline va changer. Quand les apprenants sont branchés à un réseau, ils ont l’occasion de se tenir au courant.
  10. Développez les compétences de l'apprenant à participer et à contribuer aux réseaux. Méta-évaluez des compétences telles que l'authenticité de l'information ... les encourager à développer des compétences conceptuelles -comme accepter l'ambiguïté et le fonctionnement dans un environnement incertain.
  11. Combinez les mondes et les expériences - exp : à l’Université du Manitoba, les 3e année ont écrit le texte du livre pour les étudiants de première année (http://webmail.cs.umanitoba.ca/mediawiki/index.php/Main_Page)
  12. Enrichissez les cours grâce à un réseau d'experts externes et d'autres apprenants (cycles supérieurs, les autres institutions).

Les critiques[modifier | modifier le wikicode]

Voir Wikipédia.

Le caractère distinctif[modifier | modifier le wikicode]

Qu'est ce que nous trouvons de distinctif pour le Connectivisme[3] ?

  1. Les théories actuelles de l'apprentissage ne tiennent pas compte de l'expansion et de la création de connaissances (ce que Bereiter appelle le paradoxe de l'apprentissage: «Si les apprenants construisent leur propre savoir, comment est-il possible pour eux de créer une structure cognitive plus complexe que celle qu’ils possèdent déjà (cité à Cambridge Handbook of Sciences de l'apprentissage, p. 103). Le Connectivisme et l'apprentissage en réseau, d’autre part, suggèrent une expansion continue des connaissances. Les connexions nouvelles et neuves ouvrent de nouveaux mondes et créent de nouvelles connaissances.
  2. La primauté de la connexion - toutes les autres formes d'apprentissage découlent d'une première connexion à quelque chose - une personne, un concept, et à l'idée. Le Connectivisme insiste sur la primauté de la connexion et suggère la compréhension que l'apprentissage se trouve dans la compréhension de comment et pourquoi les connexions se forment. Les connexions sont formées à divers niveaux : neuronal, cognitif / conceptuel et social.
  3. La croissance de l'abondance et de la complexité des connaissances. La quantité d'informations disponibles pour la plupart des gens aujourd’hui est écrasante. Comment pouvons-nous faire face ? Comment les théories existantes de l'apprentissage peuvent-elles nous aider à embrasser l'information comme un processus continu, plutôt que d'un évènement (le constructivisme s'en rapproche t'il à cet égard) ? Comment tenons-nous compte de l'auto-organisation ? Par la complexité ? De toute évidence, une théorie de l'apprentissage est une théorie qui devrait servir de canal pour considérer l'acte d'apprentissage lui-même et nous informer quant à la façon dont les aspects multiples de la création de l'information interagissent et évoluent.
  4. Technologie. J'hésite à mettre l'accent sur la technologie car elle suggère une étreinte avec l'utopique buzz Web 2.0. Mais il est difficile d'ignorer la technologie. Une recherche à travers notre histoire nous révèle l'importance de la technologie dans l'ouverture de nouvelles portes - de l'écriture manuscrite aux voyages aériens. La technologie est un catalyseur de nouvelles opportunités. Bien que nous ayons rencontré des années de matraquage publicitaire, l'internet est vraiment une invention unique qui rassemble le monde entier.
  5. Le Connectivisme regroupe des concepts de différents domaines d'une manière nouvelle. Il est rare d’avoir une idée singulièrement unique. Même les théories existantes - béhaviorisme, constructivisme et cognitivisme, ne s'imposent pas comme des idées totalement achevées et originales. Ce qui rend chacune de ces théories unique, c’est la manière dont elles regroupent des recherches et des concepts de premier plan au cours de leur âge. Le constructivisme est une agrégation de pensées qui vont de Dewey à von Glaserfeld à Papert. Dans un sens similaire, le Connectivisme est unique en rassemblant les idées des neurosciences, sciences cognitives, la théorie des réseaux, des systèmes complexes, et des disciplines connexes. Bien qu’il s'agisse encore d'un mélange un peu maladroit (on ne peut se contenter de mots à la mode dans une casserole et appeler cela une théorie), autant (peut-être encore plus) qu’il existe de preuves pour les affirmations-clé dans le Connectivisme, de même que dans toute autre théorie de l'apprentissage. Le but même de ce cours est d'élargir la base du Connectivisme et d'explorer les principes qui sont impliqués dans la théorie.

Questions[modifier | modifier le wikicode]

  1. Quelle est la différence entre Connectivisme et w:d'apprentissage en réseau? [1]
  2. Quelle est la différence entre Connectivisme et w:constructivisme?
  3. Quelle est la différence entre Connectivisme et sociale / apprentissage situé comme dans w:Les communautés de pratique?
  4. Quelle est la différence entre Connectivisme et autopoïèse?

((ancrage | blogues))

Blogs / Blog posts[modifier | modifier le wikicode]

  1. Connectivisme et le constructivisme, Christy Tucker
  2. Connectivisme Décrypter, Avril Hayman
  3. CCK09, James Neill

Références[modifier | modifier le wikicode]

  1. Downes, S. (2005). Une introduction à la connaissance conjonctif. Dans T. Hug (Ed.) (2007)médias, le savoir et l'éducation - Exploration de nouveaux espaces, Relations and dynamics in Digital Media Ecologies. Actes de la Conférence internationale qui s'est tenue les 25-26 juin 2007. Novembre 27, 2007.
  2. Downes, S. (2007). [Qu'est-ce http://halfanhour.blogspot.com/2007/02/what-connectivism-is.html Connectivisme est],demi-heure: un lieu d'écrire, une demi-heure, chaque jour, juste pour moi
  3. Siemens, G. (2005). [Connectivisme http://www.itdl.org/journal/jan_05/article01.htm: Une théorie de l'apprentissage à l'ère du numérique],International Journal of Instructional Technology & Distance Learning,2(1) .
  4. Siemens, G. (2008). Quelle est l’idée unique dans Connectivisme?,Connectivisme: L'apprentissage en réseau et sociale.

Voir aussi[modifier | modifier le wikicode]

descriptif indisponible
Wikipédia possède un article à propos de « Connectivisme (théorie de l'apprentissage) ».

Liens externes[modifier | modifier le wikicode]

Références[modifier | modifier le wikicode]

  1. Donald G. Perrin, directeur de rédaction à l'International Journal of Instructional Technology and Distance Learning dit de la théorie qu'elle « combine les éléments pertinents de nombreuses théories d'apprentissage, des réseaux sociaux et des technologies afin de créer une théorie solide pour l'apprentissage à l'ère numérique ».
  2. 2,0 et 2,1 http://www.elearnspace.org/Articles/connectivism.htm
  3. 3,0 et 3,1 George Siemens, Qu'est-ce que Connectivisme?, septembre 12, 2009, licence

{{en:connectivism}}