Leçons de niveau 18

Coaching/Votre conscience

Une page de Wikiversité.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Début de la boite de navigation du chapitre
Votre conscience
Icône de la faculté
Chapitre no 4
Leçon : Coaching
Chap. préc. :Votre image kinesthésique
Chap. suiv. :Vos émotions
fin de la boite de navigation du chapitre
Icon falscher Titel.svg
En raison de limitations techniques, la typographie souhaitable du titre, « Coaching : Votre conscience
Coaching/Votre conscience
 », n'a pu être restituée correctement ci-dessus.

§C3. VOTRE CONSCIENCE[modifier | modifier le wikicode]

    La conscience est une fonction révélatrice des activités de nos fonctions mentales, mais pas de toutes leurs activités, car elle est protégée par des filtres, ce qui lui évite une surcharge de contenu qui lui empêcherait de remplir son rôle. Par ailleurs, ce terme (conscience) est très polysémique impliquant une multitude de confusions entre perception et éthique, intention et jugement, soi et âme, etc. ce qui crée un amalgame ontologique flou de toutes les capacités mentales de l’être, donc en définitive une représentation conceptuelle non seulement fausse mais confusionnelle dès que l’on aborde ce sujet. Enfin, les neurosciences ne nous parlent pas de la conscience des choses mais des choses conscientes, en ignorant sa véritable propriété.
    Il faudra insister sur le fait que si notre conscience nous révèle un contenu, elle n’est pas la source du contenu qu’elle révèle, sauf dans le cas où elle se révèle à elle-même. Elle n’est qu’un contenant, et cette source de contenu est la production des synergies de nos fonctions mentales. Nous ne pouvons pas définir ce terme (conscience) à l’aide d’autres termes, et nous avons besoin d’un cadre conceptuel particulier pour décrire les propriétés de ce qu’il désigne et lui trouver une place dans ce cadre. La conscience est une fonction mentale, elle possède un pouvoir opératif et celui-ci est de révéler, et nulle autre chose. Nous remarquons deux choses essentielles : Tout d’abord, si notre conscience révèle des activités mentales, réciproquement nos activités mentales ne peuvent être révélées que par cette fonction, et qu’en conséquence en son absence, il n’y a rien, même le vide ou le néant auraient besoin d’une conscience pour être révélés, et dans ce cas : ce vide serai envahi par notre conscience et ne serait donc point vide. Ensuite, notre conscience ne nous révèle pas la réalité du monde physique, ni même les informations codées que contient le cerveau, elle nous révèle un enchaînement de qualia, qui certes peuvent nous parler de ce monde, mais qui n’existent et ne sont produit que dans notre mental, il en est ainsi pour s’en convaincre, que d’examiner les couleurs et les saveurs, qui sont des créations qualitatives intimes absentes de la réalité du monde, et qui constituent cependant notre propre réalité mentale.

Méditation[modifier | modifier le wikicode]

    Allongez-vous confortablement, le verbe être présente le danger de nous identifier à ce que nous ne sommes pas. Le verbe vivre présente moins de danger que le verbe être. Vivons consciemment la continuité de la succession de nos qualia. Fermons les yeux et savourons l'authenticité de notre expérience présente immédiate. Dans ce quale distinguons deux choses : son contenu et son contenant. Son contenu ne cesse de se transformer, parfois rapidement agité par nos pensées, et d'autres fois plus lentement en inspirant et en expirant profondément comme maintenant. Son contenant est dans une continuité immobile paisible notre pouvoir révélateur de ce contenu, c'est notre conscience. Notre conscience est un verbe opératif sans lequel rien ne serait, vivons intensément la conscience de lui-même...
    Oublions le monde qui nous entoure, nous allons à présent respirer profondément neuf fois sur un rythme lent de quatre temps pour une inspiration et quatre temps pour une expiration, ne lâchez pas prise mais restez intensément conscients, ce n’est pas une séance d’hypnose. Le coach comptera neuf fois pour guider le rythme de la respiration des participants, le chiffre neuf n’est pas symbolique c’est simplement que si vous allez plus loin vous risquez de plonger les personnes que vous guidez en hypnose profonde, ce qui n’est pas le but ici. Ces respirations ont pour but d’installer un état mental serein.
    Ressentez cet état mental paisible presque vide de contenu, à part les impressions vagues émanant de l’image kinesthésique de votre corps dont nous allons nous éloigner, dominé par votre fonction conscience. Vous pouvez maintenant pleinement goûter sa saveur particulière. Appelez la grille ennéanaire, votre fonction remémoration 1 vous la fournit immédiatement. Vous n’avez pas à chercher, son image est apparue dans votre contenu conscient. Elle n’est pas très grande mais cela suffit, dirigez-vous vers la position du chiffre 5 en bas à droite et associez y votre ressenti de votre fonction conscience. Ceci a pour but de l’ancrer fortement dans votre mémoire sémantique afin que votre fonction analytique 2 construise une architecture de différenciation et d’accès permanent à vos fonctions mentales. Vous n’avez pas besoin de vous en soucier davantage, le lien est à présent réalisé, et nous allons maintenant le nourrir un peu plus.
    En faisant maintenant un peu le vide dans vos pensées il apparaît en général des traces sensorielles, l’une visuelle que nous pouvons appeler la lumière noire et une auditive : le sifflement léger de votre oreille interne. Mais si je vous demande d’examiner les propriétés de votre fonction conscience, et d’abord sa présence immobile dans la durée alors que nous savons que le temps s’écoule, ensuite son absence d’étendue, bien qu’elle puisse contenir les espaces virtuels que construit notre fonction analytique 2, enfin la fluidité insaisissable des phénomènes qui la parcourent à moins d’exercer la rétention partielle d’une expérience grâce à la concentration 6, guidé par votre intention 7d, vous avez perdu, comme vous pouvez le constater maintenant, ces traces sensorielles. Vous vous trouvez alors dans la solitude de votre monde mental hors de toute réminiscence matérielle, tout simplement parce qu’en suivant mes paroles vous avez laissé votre vie mentale s’absorber dans la concentration, la distinction et l’analyse de ce que mes paroles vous ont suggéré. C’est toujours ce qui arrive quand nous explorons intensément notre vie mentale avec la passion et la ténacité d’y découvrir des choses nouvelles. Tout ce qui est mouvant et qui se succède dans votre ressenti, c’est le contenu de votre pleine conscience qui vous a révélé les interactions de vos fonctions mentales.
    A présent nous allons simplement respirer doucement et calmement pendant une minute en restant conscients de cette conscience, sans désirer vouloir faire quoi que ce soit, sans se préoccuper, sans même essayer de se concentrer. Le coach comptera une minute, pas plus longtemps, puis : avant de quitter cette méditation et de rouvrir les yeux, rappelez un bref instant la grille ennéanaire et associez la saveur du ressenti de votre conscience, en bas à droite à la position du chiffre 5. Si certains participants se sont endormis, le coach les réveillera.
    Le texte précédent n’est qu’une suggestion que le coach pourra moduler à sa convenance selon ce qu’il ressent. Il n’y a rien ici d’imposé comme dans toutes les séances de coaching.  

Débriefing[modifier | modifier le wikicode]

    La restitution est importante car elle permet au coach de savoir si tous les participants ont vécu paisiblement cette expérience, si certains n’ont pas éprouvé des difficultés ou une gêne à vous suivre dans cette méditation dirigée. Essayez de faire en sorte que tous puissent s’exprimer, invitez ceux qui ne l’auraient pas fait à le faire, mais n’insistez pas en cas de refus car chacun a le droit de ne pas témoigner de son vécu intime et de préférer y réfléchir davantage seul plus tard sans les interférences et les jugements des autres et de vous-même.