Leçons de niveau 18

Coaching/Informations générales aux coachs

Une page de Wikiversité.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Début de la boite de navigation du chapitre
Informations générales aux coachs
Icône de la faculté
Chapitre no 1
Leçon : Coaching
Retour auSommaire
Chap. suiv. :Grille ennéanaire et ancrages
fin de la boite de navigation du chapitre
Icon falscher Titel.svg
En raison de limitations techniques, la typographie souhaitable du titre, « Coaching : Informations générales aux coachs
Coaching/Informations générales aux coachs
 », n'a pu être restituée correctement ci-dessus.

Informations générales aux coachs[modifier | modifier le wikicode]

    En principe, les participants aux séances de coaching connaissent déjà les rudiments de la méthode DMS, soit qu’ils auront lu des livres concernant cette méthode de Développement personnel Mental Sémantique, soit qu’ils suivent en parallèle le cours de l’académie, soit encore, et se sera le plus souvent le cas, parce qu’ils auront déjà participé à une séance de coaching, lors d’un stage précédent ou lors du même stage, ses stages se déroulant en soirée à heures fixes, ou lors d’un week-end, ou lors de séminaires prolongés dont la durée ne devra pas dépasser une semaine. Cependant, chaque séance devra impérativement rappeler les principes généraux de la méthode, et les raisons pour lesquelles les participants sont là pour vous écouter et pour  suivre vos directives. Chaque séance se déroulera donc en deux parties : une partie relativement brève de rappel des principes et des raisons, et la seconde partie consacrée au thème de la séance proprement dite, qui se terminera par un débriefing. L’ensemble d’une séance pouvant durer environ deux heures, pas plus afin de ne pas fatiguer les participants et conserver leur attention soutenue. Deux séances consécutives, ainsi que nous pouvons l’imaginer au cours d’une après-midi entre 13 et 19 heures, devront impérativement être séparées d’une sieste réparatrice d’une durée minimale d’une demi-heure.

Première partie : Les principes et les raisons[modifier | modifier le wikicode]

    Pourquoi est-il nécessaire de rappeler ces données à des gens censés les connaître ? Tous simplement parce ces personnes vivent en permanence dans le cadre matérialiste ordinaire dominant notre culture occidentale, il faut donc les recentrer au  début de la séance de coaching. Sinon tout le bénéfice qu’elles attendent du coaching risque d’être perdu, car elles continueront à penser selon le mode conceptuel verbal, sans pouvoir détacher leur esprit de leur corps, du milieu extérieur physique spatio-temporel qui les entoure et d’un cadre de représentation qui, constituant un blocage, ne leur permettra pas de découvrir et d’accéder aux percepts de leurs fonctions mentales pour pouvoir pratiquer réellement le yoga mental proposé par la séance. Cette première partie ne devait pas s’étendre sur plus d’un quart d’heure, sauf si ce sont des novices de la méthode et qu’ils posent des questions demandant de nombreuses explications. Le coach aura alors recours à la séance type C1 consacrée à la technique de base de la méthode : l’apprentissage de la grille ennéanaire et la réalisation de premiers ancrages, au cours de laquelle il pourra donner libre cours aux questions et réponses  et réduire la seconde partie : la méditation dirigé comme bon lui semblera. Par contre, en cas de séminaires prolongés se déroulant sur plusieurs jours, cette première partie pourra se réduire à quelques minutes pour les séances qui suivront la première. Les coachs n’oublieront pas de rappeler aux participants les raisons de cette première partie de rappel qui constitue une part du recentrage. Cette première partie comprend deux phases : la formulation des principes de la méthode DMS et le rappel des raisons qui ont poussés d’entreprendre ces séances

Les principes[modifier | modifier le wikicode]

Carte heuristique
    Le principe de la méthode DMS consiste à passer du cadre matérialiste spatiotemporel que la société et les médias nous imposent, au cadre perceptuel, hors du monde propre à notre réalité mentale sémantique, puis à associer à l’outil mentaliste : la grille ennéanaire les percepts ressentis de nos fonctions mentales, afin de les distinguer et les ancrer dans notre mémoire.
    Le coach décrira sommairement ces fonctions en commençant par la base horizontale : Conscience 5, pathologique 3, motrice 4, énergie 8, puis il  remontera par le coté droit du triangle : volontaire 7, concentration 6, avant de passer au coté gauche : analytique 2, remémoration 1, pour finir au joker 9, la source de la confiance de l’être. Il dessinera la carte heuristique de la grille sur un tableau de papier ou plus rapidement encore, il la présentera sur un tableau pré imprimé, ou sur les tablettes et les Smartphones des participants.

Les raisons[modifier | modifier le wikicode]

    Le coach rappellera aux participants les motivations qui les ont poussés à entreprendre cette séance de coaching. Cela peut être dans l’espoir de résoudre un problème psychique, mais plus généralement c’est pour découvrir leurs fonctions mentales, mieux les exploiter, développer leur perception mentale et acquérir des techniques mentalistes. Ceci dans l’unique but de les recentrer. Il demandera aux participants s’ils ont des questions à poser et y répondra rapidement. Il renverra les questions générales concernant la méthode DMS à la fin de la séance. Enfin il présentera rapidement le thème de la séance avant de passer à la seconde partie.

Deuxième partie : La séance proprement dite[modifier | modifier le wikicode]

    Ces séances consisteront en de rares exceptions près pour le coach à conduire des méditations dirigées, la méthode DMS pouvant être assimilée à une forme particulière de yoga mental. Il faudra donc comme pour le yoga retenir un lieu approprié, soit dans une salle (les salles de yoga ou de sports martiaux pourront très bien convenir, mais compte tenu du faible nombre des participants limité à douze personnes, un grand salon aménagé fera l’affaire), soit dans la nature, dans un lieu ombragé (le soleil est absolument à éviter), avec un sol herbeux (le gazon anglais de plus d’un siècle, avec tout son moelleux serait évidemment  parfait, mais il est difficile à trouver dans votre environnement immédiat et à entretenir). Il faudra veiller que tous les participants disposent du nécessaire pour leur confort de méditation, donc si le lieu n’est pas spécialement aménagé, avoir des tapis de sol ou des nattes de paille de riz. Ces méditations se pratiqueront allongés sur le dos, les yeux fermés. A partir d’un certain niveau de maîtrise, ce n’est plus nécessaire, car il suffit alors de fermer les yeux assis dans un fauteuil pour se connecter au mental profond. Quant-aux ataraxiques, ils y sont connectés en permanence les yeux ouverts, mais ils n’ont bien sûr pas besoin de coaching.
    Une fois toute l’équipe bien installée, le coach dirigera la méditation qui devrait durer entre une heure et une heure et demie. Il expliquera que ce sont des méditations en pleine conscience et non des séances d’hypnose dirigée. Les méditations commenceront toujours par un exercice de respiration dans le but d’installer un mental serein, comme explicité dans la fiche § C3. Enfin, si ces fiches proposent un certain processus dans un certain cadre, le coach pourra les adapter selon les circonstances de sa propre initiative.

Le débriefing[modifier | modifier le wikicode]

    Le débriefing ou restitution ne doit pas être négligé, car cela permet au coach de se rendre compte de l’avancement des participants, et à ceux-ci de lui poser des questions et à discuter en commun. Il pourrait durer environ une demi-heure avant que le groupe ne se sépare pour aller se reposer. Dans cette partie certains participants pourraient évoquer des problèmes psychopathologiques personnels, le coach y répondra en prodiguant des conseils et en proposant des techniques de traitement propres au DMS, ce qui permettra à tous d’en profiter, car ces problèmes sont généralement  récurrents et d’autres pourraient en avoir besoin. En cas de problèmes complexes, le coach prendra à part cette personne souffrante après la séance, et lui indiquera des praticiens capables selon lui de l’aider.