Leçons de niveau 14

COBOL/Variables

Une page de Wikiversité.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Début de la boite de navigation du chapitre
Variables
Icône de la faculté
Chapitre no 3
Leçon : COBOL
Chap. préc. :Structure du programme
Chap. suiv. :Conditions
fin de la boite de navigation du chapitre
Icon falscher Titel.svg
En raison de limitations techniques, la typographie souhaitable du titre, « COBOL : Variables
COBOL/Variables
 », n'a pu être restituée correctement ci-dessus.

Les variables sont des données que vous stockez en mémoire et auxquelles vous associez un identificateur : un nom pour les référencer dans le programme. Vous pouvez effectuer plusieurs opérations sur les variables : les afficher, les saisir au clavier, en modifier la valeur (contrairement aux constantes), etc.

Définitions[modifier | modifier le wikicode]

Les variables sont définies dans la WORKING-STORAGE SECTION dans la DATA DIVISION. Voici à quoi ressemble une définition de variable :


N est un entier qui indique le niveau de la variable, il prend une valeur de 01 à 49 pour les variables complexes ou bien 77 pour les variables simples. identificateur est le nom de la variable, il doit être unique. L'image correspond à la représentation de votre variable en mémoire.

Tout d’abord, il y a 5 types de variables : le type numérique pour stocker des nombres, le type alphabétique qui stocke des lettres de l'alphabet, le type alphanumérique qui peut stocker tous les caractères de votre clavier et le type numérique édité (respectivement alphanumérique édité) qui permet de stocker des valeurs numériques (respectivement alphanumériques) destinées à être affichées à l'écran.

Image d'une variable[modifier | modifier le wikicode]

L'image (PIC) de la variable est une suite de caractères, les caractères que vous utilisez vont conditionner le type de la variable :

  • numérique : 9 (chiffre) S (signe) V (virgule)
  • alphabétique : A (lettre majuscule, minuscule ou espace)
  • alphanumérique : X (n’importe quel caractère)
  • numérique édité : B (espace) V Z (zéro non affiché) 9 0 (zéro) / + - , .
  • alphanumérique édité : A X B 0 /

Voici quelques exemples d'images de variables pour comprendre le fonctionnement :

  • une note : valeur numérique sur 2 positions entières et pouvant contenir 2 décimales : 99.99 : type numérique ;
  • idem en n'affichant pas les zéros superflus : ZZ.ZZ : type numérique édité ;
  • 7 lettres de l'alphabet (ou espaces) : AAAAAAA : type alphabétique ;
  • chaîne de 4 caractères quelconques : XXXX : type alphanumérique ;
  • chaîne de 10 caractères pouvant stocker une date telle que 01/12/1998 : 99/99/9999 : type numérique édité ;
  • chaîne de 7 caractères contenant 2 mots de 3 caractères séparés par un espace : AAABAAA : type alphanumérique édité

Il existe un raccourci d'écriture pour nous simplifier la vie : mettre le nombre d'occurrences d'un caractère entre parenthèses plutôt que de toutes les écrire. Par exemple, XXXX peut se réécrire X(4), c’est valable pour tous les types de caractères.

Début de l'exemple
Fin de l'exemple


Initialisation de variables[modifier | modifier le wikicode]

Lorsque vous définissez vos variables, vous pouvez leur donner une valeur, cette valeur doit être compatible avec leur image. C'est à ça que sert la clause VALUE.

Début de l'exemple
Fin de l'exemple


Après ces définitions, annee contient 2008, vide contient une chaîne vide de 20 caractères et prenom contient la chaîne "Aristote" suivie de 12 espaces. Vous pouvez afficher ces variables à l'aide de l'instruction DISPLAY vue précédemment.

Constantes figuratives[modifier | modifier le wikicode]

Il est également possible d’utiliser des constantes figuratives pour ces initialisations. En voici une liste :

  • ZERO, ZEROS, ZEROES
  • SPACE, SPACES
  • HIGH-VALUE, HIGH-VALUES
  • LOW-VALUE, LOW-VALUES
  • QUOTE, QUOTES

On peut les utiliser comme suit :

Début de l'exemple
Fin de l'exemple


Ainsi annee est initialisée à 0000 et vide contient une série d'espaces. Ces constantes figuratives peuvent également être affichées à l'écran via l'instruction DISPLAY.

Représentation numérique en mémoire[modifier | modifier le wikicode]

Il est également possible de modifier la représentation des types numériques en mémoire, en précisant la clause USAGE lors de la déclaration de variables. Voici la liste des différentes représentations possibles :

  • BINARY : base 2
  • COMP[UTATIONAL] pour faciliter les calculs
  • DISPLAY : par défaut, code ASCII (1 digit sur 8 bits)
  • PACKED-DECIMAL : base 10 (1 digit sur 4 bits)

Cette clause permet d'optimiser la place occupée en mémoire par nos variables.

Saisir les entrées au clavier[modifier | modifier le wikicode]

L'instruction ACCEPT permet de stocker dans une variable ce qui provient de l'entrée standard, dans notre cas le clavier. Nous pouvons expliciter cette source en ajoutant la clause FROM suivie de l'identifiant console. Voici donc le synopsis de cette instruction :


La variable réceptrice doit être déclarée et avoir une image compatible avec la donnée entrée.

Variables complexes[modifier | modifier le wikicode]

Les variables complexes sont des variables qui peuvent avoir plusieurs niveaux de subdivisions. Le niveau d'une variable complexe est 01, le niveau de chaque subdivision doit être supérieur à celui de sa souche (de 01 a 49). Ce type de structure permet de hiérarchiser les données. Voici un exemple de variable complexe :

Début de l'exemple
Fin de l'exemple


Une image ne peut être définie que pour le dernier niveau des variables, c’est pourquoi nous n'en définissons pas pour naissance et personne.

Exemple : saisie d'une date de naissance[modifier | modifier le wikicode]

Voici un programme récapitulatif qui stocke dans une structure complexe une date de naissance composée de l'année, du mois et du jour. On demande tout d’abord à l'utilisateur de rentrer ces données au clavier avant de les afficher.

Début de l'exemple
Fin de l'exemple