Leçons de niveau avancé

Athlétisme/Matériel

Une page de Wikiversité.
Aller à : navigation, rechercher
Début de la boite de navigation du chapitre
Matériel
Icône de la faculté
Chapitre no 3
Leçon : Athlétisme
Chap. préc. : Épreuves
Chap. suiv. : Techniques
fin de la boite de navigation du chapitre
Icon falscher Titel.svg
En raison de limitations techniques, la typographie souhaitable du titre, « Athlétisme : Matériel
Athlétisme/Matériel
 », n'a pu être restituée correctement ci-dessus.

L'athlétisme nécessite, comme tous les sports, du matériel ; cependant, une pratique non compétitive ne nécessite pas de matériel. Ce matériel peut parfois nécessiter un apprentissage de son usage.

Matériel commun[modifier | modifier le wikicode]

Vêtements[modifier | modifier le wikicode]

Matériel de course[modifier | modifier le wikicode]

Starting-block[modifier | modifier le wikicode]

Avant l'apparition du starting-block, les coureurs creusaient des trous au sol, comme ici

Les blocs de départ, ou starting-blocks en anglais sont utilisés seulement lors des épreuves de sprint, tant lors des compétitions en plein-air que celles en salle. Le starting-block est un élément important des courses de sprint, surtout dans le 60 m et le 100 m, course où le temps de poussée est beaucoup plus court que le 200 m ou le 400 m, ce qui rend le départ très important. On n'utilise pas de « starts » pour les évènements de plus longue durée parce qu’ils ne nécessitent pas de départs explosifs.

Départ d'un 100 m, les sprinteurs sont placés dans les blocs et attendent le commandement du starter.

On doit la popularisation du placement qui engendrera l'invention du starting-block à l'américain Thomas Burke qui sera double-champion olympique en 1896 sur 100 et 400 mètres. Avant l'invention du starting-block, et à l'image de Jesse Owens ou des coureurs de la finale d'Athènes ci-contre, les sprinteurs creusaient la cendrée afin d’avoir un appui stable avant le départ. Peu à peu et avec l'apparition des « Pointes », les starting-blocks se sont transformés en outils permettant un départ bas essentiel à la bonne poussée du sprinteur. Il est devenu un élément obligatoire dans les courses de haut niveau, preuve de son utilité et de son utilisation massive.

Leur utilisation nécessite un apprentissage. D'abord, chaque sprinteur règle ses starting-blocks à l'aide des éléments déplaçable de façon à avoir sa jambe la plus forte devant. Il faut ensuite apprendre à se placer dans les blocs ; pour ce faire, il suffit de s'accroupir devant les blocs puis d'y poser les pieds tout en gardant les mains au sol. On ramènera après les mains derrière la ligne en attendant le commandement du starter. Une fois le « prêt » (set en anglais) du starter annoncé, le coureur se place en déséquilibre (cela aidera la poussée qui va suivre le départ) en avançant ses épaules jusqu'à ce qu’elles dépassent la ligne. Au coup de feu, le sprinteur appuiera très fort sur les blocs et poussera encore après le début de la course.

Chaussures à pointes[modifier | modifier le wikicode]

Les pointes désignent les extrémités pointues et fines souvent vissées ou parfois moulées sur la semelle des chaussures de course, de lancer de javelot ou de saut qui permettent notamment d'améliorer l'adhérence.

Il s'agit de jeu de pointes qui se fixent à l'aide d'une « clé ». Très souvent en acier, avec une forme pyramidale ou en aiguille, elles existent en plusieurs tailles : 4 mm, 6 mm, 9 mm, 12 mm, 15 mm, voire 17 mm. Plus celles-ci sont longues, plus elles correspondent à la pratique du cross-country avec des terrains boueux et herbeux par exemple, tandis que les courtes sont plus adaptées à la pratique d'épreuves sur piste. Elles ont une utilité proche de celle des crampons au rugby ou au football.

Matériel de lancer[modifier | modifier le wikicode]

Matériel de saut[modifier | modifier le wikicode]

Conclusion[modifier | modifier le wikicode]