Ameliorer la presentation de l information-Notions de base

Une page de Wikiversité.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Mise en œuvre de l’accessibilité numérique[modifier | modifier le wikicode]

Menu [modifier | modifier le wikicode]

Durée de la vidéo : 6 minutes 20 secondes[modifier | modifier le wikicode]

Transcription textuelle de la vidéo[modifier | modifier le wikicode]

Une nouvelle page vient d’être créée dans laquelle vous devez insérer des contenus, tant texte que multimédia : composer le texte, ses paragraphes, ajouter par exemple un schéma graphique, sans oublier sa légende, etc.

Mais comment un utilisateur daltonien peut-il comprendre votre graphique ? Et saviez-vous que la lecture à l’écran reste peu aisée pour de nombreux internautes ? Comment mettre en forme le texte, pour améliorer sa lisibilité ?

Les choix graphiques et la composition du texte ont une incidence sur l’accessibilité. Il vous faudra aux contrastes et couleurs utilisées dans la page à la mise en forme du texte — c’est-à-dire les espaces, interlignages, etc. qui conditionnent sa lisibilité.

Remarque : sauf exception, les points abordés dans ce chapitre relèvent du niveau AAA d’accessibilité. Pour la plupart, ce sont des critères de confort, dans la mesure où ils ne sont pas bloquants, l’habillage graphique d’un site web pouvant être en tout ou partie modifié par l’utilisateur final. Mais ils sont faciles à mettre en œuvre, pour un résultat immédiat. Cela peut constituer les premières petites victoires d’une démarche d’accessibilité où l’on progresse pas à pas.

Notons aussi que ces aspects concernent autant la composition du texte et des documents insérés par les contributeurs que la charte graphique qui habille l’ensemble d’un site web. Il est donc possible que vous n’ayez pas toute latitude pour apporter les améliorations souhaitables.

Lisibilité typographique[modifier | modifier le wikicode]

Respecter l’orthographe[modifier | modifier le wikicode]

L’une des premières choses à faire pour l’accessibilité du texte, est d’écrire sans faute c’est-à-dire en respectant des règles orthographiques et typographiques de la langue utilisée.

Par exemple, l’accentuation des lettres capitales est… capitale.

En français, l’accent a pleine valeur orthographique. En ne permettant pas à la synthèse vocale de prononcer le mot correctement, l’absence d’accent induit des erreurs de compréhension du texte.

Notons cependant que ceci n’est pas considéré comme un point bloquant d’accessibilité, dans la mesure où la difficulté de compréhension est la même pour un utilisateur valide que pour un utilisateur ayant une limitation visuelle.

Augmenter l’interlignage — AAA[modifier | modifier le wikicode]

Un interligne (hauteur de ligne) trop faible ralentit la lecture parce que le haut et le bas de la ligne sont en même temps balayés par le regard qui ne peut focaliser sur deux éléments. C’est particulièrement gênant pour les utilisateurs dyslexiques.

Favoriser un interlignage suffisant réduit ces difficultés. L’interlignage par défaut des navigateurs est trop faible. En augmentant la hauteur de ligne de 150 % (ou 1,5) minimum , les textes deviennent tout de suite plus lisibles.

Éviter les lignes longues — AAA[modifier | modifier le wikicode]

Si une ligne est trop longue, le lecteur aura du mal à bien voir où une ligne commence et termine. Il sera plus difficile de trouver la prochaine ligne sur ce long bloc de texte.

Favoriser des lignes de texte ne dépassant pas 80 caractères — et s'assurer que ce nombre de caractères ne soit pas dépassé suite à la réduction ou à l’agrandissement de la taille de la fenêtre du logiciel de consultation — réduit ces difficultés.

Ne pas justifier — AAA[modifier | modifier le wikicode]

Certains utilisateurs éprouvent des difficultés à lire les textes justifiés du fait de l'alignement artificiel des fins de ligne à droite et de l'irrégularité consécutive des espaces entre chaque mot, qui lézardent le pavé de texte.

Sur le Web, la justification ne peut être mise en œuvre aussi finement que pour un texte imprimé, faute de césure, notamment. De plus, la largeur de la colonne de texte est variable, selon la largeur du terminal de consultation. Si bien que la justification des textes ne peut être maîtrisée sur le Web. Les difficultés de lecture sont alors accentuées.

L'absence de justification permet de réduire ces difficultés de lecture.

Pouvoir agrandir le texte — AA[modifier | modifier le wikicode]

Certains utilisateurs peuvent éprouver le besoin d'agrandir la taille des caractères des documents numériques qu’ils consultent.

Le document numérique doit être conçu de façon à ce que ces utilisateurs puissent agrandir la taille des caractères sans perdre d'informations. L’utilisateur doit pouvoir effectuer un zoom texte au moins 2 fois supérieur.

Ce point est particulièrement important et relève du niveau AA.

Remarque : peu importe la taille initiale du texte, pourvu que la possibilité soit laissée à l’utilisateur de le redimensionner selon son besoin.

Contrastes et couleurs[modifier | modifier le wikicode]

Contrastes suffisants — AA[modifier | modifier le wikicode]

La lisibilité est aussi affaire de contraste. Certains utilisateurs peuvent éprouver des difficultés à lire les contenus proposés du fait de contrastes insuffisants entre les couleurs de texte et les couleurs d'arrière-plan.

L'utilisation de contrastes suffisants permet de réduire ces difficultés de lecture.

Pour qu'un contraste soit suffisant, le rapport de contraste doit être d'au moins 3:1 pour les grands textes et de 4,5:1 pour les autres textes. Plusieurs outils permettent d’effectuer cette mesure.

Couleurs informatives — A[modifier | modifier le wikicode]

Bien que le code couleur soit une méthode visuelle efficace pour attirer l'attention du lecteur, ce n’est pas la seule façon de communiquer cette information. Certains utilisateurs peuvent éprouver des difficultés à percevoir les couleurs. C’est pourquoi l’information ne doit pas reposer sur la couleur seule.

C’est le point le plus important de cette séquence, car l’information véhiculée par la couleur seule n’est pas accessible. C’est un point bloquant, qui relève donc du niveau A.

L'utilisation d'une distinction visuelle, en complément de la couleur quand celle-ci véhicule une information, permet à ces utilisateurs d'exploiter les contenus proposés.

Enfin, pour les utilisateurs non voyants, un texte doit permettre d’avoir la restitution de l'information véhiculée par la couleur.

Par exemple un site web de réservation de vols propose dix trajets dont quatre apparaissent en rouge pour signaler qu’ils sont complets. Une solution est d'indiquer clairement les vols non disponibles par le mot « complet », en plus de la couleur rouge.

< Précédent | Suivant >