Leçons de niveau 11

Aménager la ville/Étude de cas : Jakarta

Une page de Wikiversité.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Début de la boite de navigation du chapitre
Étude de cas : Jakarta
Icône de la faculté
Chapitre no 2
Leçon : Aménager la ville
Chap. préc. :Étude de cas : Vancouver
Chap. suiv. :Étude de cas : Ungersheim
fin de la boite de navigation du chapitre
Icon falscher Titel.svg
En raison de limitations techniques, la typographie souhaitable du titre, « Aménager la ville : Étude de cas : Jakarta
Aménager la ville/Étude de cas : Jakarta
 », n'a pu être restituée correctement ci-dessus.

Étude de cas : Jakarta, développement d’une métropole du Sud[modifier | modifier le wikicode]

Jakarta est la capitale de l’Indonésie avec plus de 8 millions d’habitants. Notons que pour l’Organisation des Nations unies, une mégalopole accueille plus de 5 millions d’habitants. Son aire urbaine concentre 10 % de la population et connaît une croissance démesurée puisque la population a été multipliée par 5 en 50 ans.

Organisation de l'espace[modifier | modifier le wikicode]

Cette croissance dévore l’espace et augmente la fracture socio-spatiale en mettant fin à une certaine mixité sociale des quartiers traditionnels horizontaux. La croissance s’est canalisée le long des axes routiers. Désormais, l’étalement urbain prend la forme de quartiers homogènes, logements sociaux ou bidonvilles, à côté des quartiers aisés. Ce caractère spectaculaire de la croissance de Jakarta est le reflet de l’émergence économique du pays mais aussi du mal développement. La conséquence de cet étalement urbain est aussi la croissance urbaine désordonnée.

Congestion automobile[modifier | modifier le wikicode]

Jalan Jenderal Sudirman, avenue principale et quartier des affaires de Jakarta.

Jakarta est aussi une métropole asphyxiée par l’automobile. Le développement économique accompagne le développement automobile qui a été privilégié au détriment des moyens de transport en commun. En ville, la vitesse maximale est de 20 km/h à cause des bouchons : les déplacements sont compliqués. Le choix de l’automobile a été volontaire entraînant l’augmentation du marché automobile et de l’énergie. Des mesures ont été prises et mises en place pour lutter contre l’automobile : des voies propres pour les bus ont été installées mais encombrées par les motos et l’interdiction de circuler avec moins de 3 personnes dans chaque véhicule (forme de covoiturage) mais entraînant un trafic illégal.

Jakarta est congestionnée puisque les emplois sont concentrés, les moyens de transport en commun n’existent pas ou presque pas et le transport est plus important que les axes pour circuler. La congestion est un problème majeur de presque touts les métropoles du sud. Cette situation est la conséquence des choix précédents à la fois concernant les priorités des modes de transport et le zonage des lieux de travail, d’activités et d’habitation.

Risque d’inondation[modifier | modifier le wikicode]

La rivière Ciliwung traverse Jakarta.

Jakarta doit faire face à des risques comme les inondations. En effet, elles sont causées par l’enfoncement de la ville, l’étalement urbain sur les pentes des volcans et le mauvais entretien des canaux. Les conséquences sont économiques et sociales puisqu’en cas d’inondation, le centre-ville est paralysé tout comme l’économie, les populations doivent se déplacer, les rues sont insalubres et les nappes d’eau douce sont salinisées. Une solution existe : construire une muraille permettrait d’éviter les tsunamis mais risque cependant de retenir de l’eau.

Politique[modifier | modifier le wikicode]

Les problèmes sont aussi d’ordre politique puisqu’il faut inverser le fonctionnement de la ville en privilégiant les moyens de transports collectifs, en déconcentrant les emplois ou en luttant contre les inondations.

Les métropoles du sud doivent adopter un nouveau modèle de développement : durable.