Accessibilite numerique-Inspecter chaque page humainement-Notions de base

Une page de Wikiversité.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Mise en œuvre de l’accessibilité numérique[modifier | modifier le wikicode]

Menu [modifier | modifier le wikicode]

Compétences détaillées[modifier | modifier le wikicode]

  • Pratiquer les premiers tests manuels, basiques
  • vérifier l’accessibilité de l’interface web
  • Afficher les alternatives pour évaluer la pertinence des alternatives et transcripts

Durée de la vidéo : 5 minutes 32 secondes[modifier | modifier le wikicode]

Transcription textuelle de la vidéo[modifier | modifier le wikicode]

Vous souhaitez vérifier l’accessibilité de votre projet web. Que vous ayez préalablement effectué des tests automatiques ou pas, par quoi faut-il compléter ? Quel type de tests manuels faut-il effectuer ? et qui peut les pratiquer ?

Plusieurs aspects sont à tester, de préférence dans cet ordre : d’abord la présence des dispositifs techniques, puis l’utilisabilité de l’interface et enfin la pertinence des alternatives.

La présence des dispositifs techniques peut être testée de façon automatisée, comme nous l’avons vu dans la séquence précédente. L’accessibilité de l’interface et des contenus ne peut être vérifiée que par une inspection humaine. Cette inspection nécessite en effet de comprendre le message délivré par les contenus du site.

Pratiquez les tests de base[modifier | modifier le wikicode]

Les tests permettant de vérifier la conformité, nombreux, sont listés dans le RGAA. Mais il possible, sans se lancer dans une démarche experte de vérification, de pratiquer quelques tests permettant de se faire une idée de si oui ou non l’accessibilité est traitée de façon basique.

Certains tests sont aisés à pratiquer. Les connaître vous rend indépendant et autonome pour un premier examen de l’accessibilité de votre site web :

  • Ils ne nécessitent pas de connaissance du code.
  • Ils se pratiquent directement dans le navigateur, sur n’importe quelle page s’y affichant, en local ou publiée en ligne.
  • N’importe qui peut les effectuer.


Notez cependant qu’une page web qui passe ces tests peut encore contenir des blocages d’accessibilité. Une vérification complète, plus experte, sera nécessaire pour traiter tous les points, de façon complète. C’est le rôle du RGAA.

Séparation fond / forme[modifier | modifier le wikicode]

Une des caractéristiques les plus importantes d’un document numérique, fondamentale pour l’accessibilité, est la séparation du fond et de la forme, c’est-à-dire du message et de sa présentation.

Contrairement au document papier, où fond et forme ne sont pas dissociables — on ne peut pas isoler la couleur et la taille des caractères du mot imprimé — le document numérique est construit de plusieurs couches techniques, où le contenu est séparé de sa présentation.

Cette séparation permet aux aides techniques utilisées par les personnes en situation de handicap, d’extraire ce qui leur est utile. Par exemple, une synthèse vocale n’utilise que 2 couches : celle de contenus et celle de structuration HTML, dont elle extrait les textes, structurés, afin de les transformer en sons.

Cette séparation est donc un prérequis à l’accessibilité numérique. Il faut donc vérifier que le document a bien été fabriqué ainsi.

C’est facile à vérifier : il suffit d’afficher la page dans un navigateur et de retirer successivement ses couches constitutives, en désactivant le JavaScript, puis les styles CSS.

En supprimant ainsi l’habillage graphique, vous êtes face au contenu pur, textuel, de cette page. Vous voyez là ce qui sera lu par un lecteur d’écran, indexé par les moteurs de recherche. Il est donc capital, qu’à ce stade, l’information soit encore présente, mais aussi compréhensible, c’est-à-dire hiérarchisée.

Vérifier l’accessibilité de l’interface[modifier | modifier le wikicode]

Vérifier l’accessibilité de l’interface consiste à apprécier l’utilisabilité de l’interface, sa navigabilité mais aussi sa robustesse.

Ainsi, il est facile de vérifier ces aspects de l’interface :

  • la séparation fond/forme : le contenu est-il bien distinct de sa mise en forme, de son habillage graphique ?
  • la navigation au clavier : est-elle utilisable, sans souris ni pointeur ?
  • le zoom texte : les textes restent-ils lisibles, lorsque les caractères sont agrandis ?
  • et quelques aspects basiques des formulaires.

Vérifier l’accessibilité des contenus[modifier | modifier le wikicode]

L’accessibilité a déjà été prise en compte lors de la production des contenus de votre projet web, notamment par la rédaction d’alternatives textuelles. Mais comment vérifier leur pertinence ? Et qui doit faire cette vérification ?

Avant de vérifier la pertinence des différents libellés, de liens, de titres, et des alternatives, il faut d’abord s’assurer de leur présence. C’est pourquoi cette vérification doit intervenir en dernier, après les tests sur l’interface, qu’ils soient automatiques et manuels.

Par exemple, avec les tests automatiques, nous avons pu vérifier que toutes les images étaient bien pourvues d’un attribut « alt » afin de corriger le cas échéant. Mais cet attribut contient-il les alternatives pertinentes ? Seul un humain peut juger de cette pertinence.

Il s’agit de vérifier la pertinence des :

  • alternatives aux images
  • descriptifs détaillés des images complexes
  • transcripts audio et vidéo
  • intitulés de liens
  • des titres


La personne chargée de ces vérifications devra de plus avoir une bonne compréhension du message véhiculé et des contenus du site. En effet, comme nous l’avons vu lors des séquences précédentes, sur la production des contenus, la rédaction des alternatives dépend du contexte.

Enfin, cette vérification et les corrections consécutives s’effectuent sur les pages réalisées, avant ou après mise en ligne.


< Précédent | Suivant >