A woman's place ?

Une page de Wikiversité, la communauté pédagogique libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
A Woman's Place?
  • Auteur : Linda McDowell and Doreen Massey
  • Année : 1984
  • Titre : A Woman's Place?
  • Nature : chaptire de livre
  • Titre du livre : Geopgraphy Matters! A Reader.
  • Éditeur : Cambridge Universiy Press
  • Pages : 22
  • ISSN : 9781139167833
  • Site web : https://doi.org/10.1017/CBO9781139167833
  • Mots clés : femmes, angleterre


Résumé[modifier | modifier le wikicode]

XIXᵉ siècle[modifier | modifier le wikicode]

Au XIXᵉ siècle, la place des femmes et les relations hommes-femmes sont très différentes d'une région à l'autre. Les femmes sont souvent employées au sein des ménages, pour garder les enfants ou faire le ménage.

Dans les régions minières, la pauvreté des ménages rend un tel emploi impossible. De plus, les activités minières demandent un nettoyage constant des vêtements et des préparations de repas à toute heure, en raison des horaires de travail. Le milieu minier cantonne donc la femme à une place domestique, très pénible et à toute heure du jour et de la journée.

Dans les régions cotonnières, elles sont employées dans les manufactures, menaçant l'emploi des hommes et leur suprématie dans le foyer.

À la ville, elles travaillent dans des magasins. Dans les deux cas précédents, le fait d'aller au travail (de changer de lieu) plus que le fait de travailler, est un facteur d'émancipation. À celui-ci se rajoute une relative indépendance financière.

À la campagne, les femmes travaillent dans les champs, proches de chez elles ou en gangs qui les emmènent travailler de lieux en lieux. Pourtant, ce travail ne résulte pas en progrès sociaux, notamment à cause de la structure très conservatrice de la société rurale.

De nos jours[modifier | modifier le wikicode]

Cette partie traite des conditions de travail des femmes contemporaines de l'auteure, dans les années 1980.

Dans la région minière, les femmes travaillent considérablement plus qu'avant. L'afflux de travail, particulièrement dans le domaine de l'emballage et du travail à la chaîne, est lié à des politiques publiques favorisant l'installation de nouvelles entreprises.

À la campagne, les femmes ne sont pas tellement plus émancipées. Elles travaillent plus qu'avant, mais le climat très conservateur fait qu'elles ne s'impliquent pas dans la vie locale, sont peu syndicalisées.

Les régions cotonnières ont été délaissées. Elles ont connu un déclin similaire aux régions minières, mais n'ont pas bénéficié de programmes de développement économique. L'emploi des femmes, qui y était très fort, est particulièrement impacté.

Commentaires[modifier | modifier le wikicode]

Présentation[modifier | modifier le wikicode]

Ce chapitre de livre propose une approche comparée de l'emploi, domestique ou salarié, des femmes en Angleterre, au XIXème siècle et au XXème siècle. Il a été publié dans Geography matters! A reader[1], ouvrage collaboratif dirigé par Doreen Massey, publié aux éditions Cambridge University Press en 1984 et traitant de diverses questions traversant la recherche géographique.

Ce chapitre a été écrit par Doreen Massey et Linda McDowell.

Construction[modifier | modifier le wikicode]

Cet article est construit autour d'une déclinaison temporelle et spatiale. Une première partie présente les conditions de travail, domestique ou industriel, des femmes anglaise de XIXᵉ siècle. Cette approche est déclinée à travers des exemples précis, spatialisés dans différentes régions d'Angleterre La seconde partie fait de même au temps de l'article, c'est-à-dire dans les années 1980.

Idée directrice[modifier | modifier le wikicode]

Le travail des femmes en Angleterre diffère grandement d'une région à une autre et d'une époque à une autre. Le contexte socio-historique et économique, ainsi que son évolution, impactent grandement la place des femmes dans la société et le foyer.

Éléments de développement[modifier | modifier le wikicode]

Conclusion[modifier | modifier le wikicode]

Citations[modifier | modifier le wikicode]

Le changement en organisation spatiale, en séparant le foyer du lieu de travail, permet à la femme d'obtenir une plus grande autonomie. Par ailleurs, les travailleuses hors de leur domicile ont toujours été plus syndiquées que les travailleuses domestiques.

It wasn't so much “work” as “going out to” work which was the threat to the patriarchal order. And this in two ways: it threatened the ability of women adequately to perform their domestic role as homemaker for men and children, and it gave them an entry into public life, mixed company, a life not defined by family and husband.

Notes[modifier | modifier le wikicode]

  1. Doreen B. Massey et John Allen, Geography matters! : a reader, Cambridge University Press in association with the Open University, 1984 (ISBN 978-1-139-16783-3 et 1-139-16783-9) (OCLC 818213478) [lire en ligne]