Leçons de niveau 11

Éléments de versification/La mesure du vers

Une page de Wikiversité.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Début de la boite de navigation du chapitre
La mesure du vers
Icône de la faculté
Chapitre no 1
Leçon : Éléments de versification
Retour auSommaire
Chap. suiv. :Le regroupement des vers
fin de la boite de navigation du chapitre
Icon falscher Titel.svg
En raison de limitations techniques, la typographie souhaitable du titre, « Éléments de versification : La mesure du vers
Éléments de versification/La mesure du vers
 », n'a pu être restituée correctement ci-dessus.

Pour mesurer un vers (définir son mètre), on compte son nombre de syllabes. Les vers traditionnels sont tous pairs.

Nombre de syllabes Nom de vers
12 alexandrin
10 décasyllabe
8 octosyllabe
6 hexasyllabe (½ alexandrin)

Deux difficultés dans le compte des syllabes :

  • Le -e muet en fin de mot
    • Il faut le prononcer devant un consonne : « Je m’en allais, les poings dans mes poches crevées » (Rimbaud)
    • Il faut l’élider devant une syllabe ou la fin du verbe : « Ces bons soirs de septembre où je sentais des gouttes » (Rimbaud)
  • Deux voyelles qui se suivent se prononcent soit
    • en 2 syllabes distinctes : c’est ce qu’on appelle une diérèse : « Ayant l’expansion des choses infinies » (Baudelaire)
    • en une seule syllabe : c’est ce qu’on appelle une synérèse : « Quand je tiens un bon duel, je ne le lâche pas » (Hugo)