Leçons de niveau 12

Morphologie des plantes à fleur/Organes, reproduction

Une page de Wikiversité.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Début de la boite de navigation du chapitre
Organes, reproduction
Icône de la faculté
Chapitre no 5
Leçon : Morphologie des plantes à fleur
Chap. préc. :Organes, feuille
fin de la boite de navigation du chapitre
Icon falscher Titel.svg
En raison de limitations techniques, la typographie souhaitable du titre, « Morphologie des plantes à fleur : Organes, reproduction
Morphologie des plantes à fleur/Organes, reproduction
 », n'a pu être restituée correctement ci-dessus.

Pièces florales[modifier | modifier le wikicode]

Chez les angiospermes, les éléments reproducteurs sont regroupés dans les fleurs. Celles-ci sont composées de différentes parties appelées « pièces florales ».

Les différentes pièces florales
  • Le pistil, ou gynécée. C'est la partie femelle de la fleur. Il est composé de différentes parties, les carpelles, montrant chacune :
    • un stigmate dont le rôle est de recueillir le pollen ;
    • un style, sorte de tige supportant le stigmate, dans lequel se développe le tube pollinique lors de la fécondation ;
    • un ovaire, où sont les ovules, gonades femelles, dans lesquels se trouve un oosphère qui est le gamète femelle.
  • L'androcée constitué par l’ensemble des étamines. C'est la partie mâle de la fleur. Les étamines sont composées de différentes parties :
    • l'anthère, qui produit le pollen, ensemble des grains de pollen qui donneront, à l'extrémité de leur tube pollinique, les spermatozoïdes (noyaux gamétiques) ;
    • le filet, sorte de tige supportant l'anthère.
  • Le périanthe, stérile, qui a pour but la protection des autres pièces florales, ainsi que l'attraction des pollinisateurs. Il est composé de différentes parties :
    • la corolle, ensemble des pétales, généralement colorés, qui constitue la partie interne du périanthe. Elle attire et peut permettre l'atterrissage des pollinisateurs ;
    • le calice, ensemble des sépales, généralement verts et plus épais que les pétales, est la partie externe du périanthe. Il protège la fleur lors de son développement (bouton).

Lorsque pétales et sépales se ressemblent au point de les confondre (chez la tulipe par exemple) on parle de tépales.

  • Le pédoncule ou pédicelle, qui est la « tige » supportant l’ensemble de la fleur.

Formule florale[modifier | modifier le wikicode]

Afin de décrire plus rapidement une fleur, on utilise la formule florale. Les différentes pièces étant disposées en verticilles, il suffit d'indiquer le type de pièce et leur nombre : nS + nP + nE + nC

S représentant les sépales, P les pétales, E les étamines, C les carpelles. On utilise T pour les tépales.

Par exemple, une fleur ayant deux verticilles de 3 tépales, un verticille de 3 étamines et 3 carpelles sera décrite de la manière suivante : (3+3)T + 3E + 3C


Monoécie, diécie, hermaphrodisme[modifier | modifier le wikicode]

Plantes dioïques[modifier | modifier le wikicode]

Certaines plantes possèdent chaque type d'organe reproducteur sur des plants séparés (plants mâles et plants femelles).

Ce sont des plantes dioïques, telles que le houblon, le houx ou l'ortie.

Plantes monoïques[modifier | modifier le wikicode]

D'autres plantes possèdent les organes mâles et femelles sur le même plant, mais dans des fleurs séparées (fleurs mâles et fleurs femelles).

Ce sont des plantes monoïques, telles que le maïs, le noisetier ou le châtaignier ou le blé.

Plantes hermaphrodites[modifier | modifier le wikicode]

Enfin, d'autres possèdent des fleurs avec des pièces mâles et des pièces femelles (chaque fleur possède des organes mâles et des organes femelles).

Ce sont des plantes hermaphrodites, telles que le tournesol, la rose, la primevère.