Leçons de niveau 12

Le théâtre : texte et représentation/La tragédie et la comédie au XVIIe siècle : le classicisme

Une page de Wikiversité.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Début de la boite de navigation du chapitre
La tragédie et la comédie au XVIIe siècle : le classicisme
Icône de la faculté
Chapitre no 3
Leçon : Le théâtre : texte et représentation
Chap. préc. :Qu'est-ce que le classicisme ?
Chap. suiv. :Le texte théâtral et sa représentation, du XVIIe au XIXe siècle
fin de la boite de navigation du chapitre
Icon falscher Titel.svg
En raison de limitations techniques, la typographie souhaitable du titre, « Le théâtre : texte et représentation : La tragédie et la comédie au XVIIe siècle : le classicisme
Le théâtre : texte et représentation/La tragédie et la comédie au XVIIe siècle : le classicisme
 », n'a pu être restituée correctement ci-dessus.

Le siècle de Louis XIV se donne pour objectif de faire du « bon goût » le principe qui régit toutes les formes d'art. Pour les écrivains classiques, il est nécessaire d'appliquer les règles de la raison à leurs écrits. Le théâtre devient ainsi le lieu où se manifeste de la manière la plus éclatante cet idéal esthétique.

Les principes du classicisme[modifier | modifier le wikicode]

Les classiques partagent une même vision de l'art et de l'homme. Les théoriciens élaborent les règles du beau, fondées sur la lecture des œuvres de l'Antiquité.

  • Plaire et instruire. L'art doit d'abord émouvoir, c'est-à-dire provoquer le rire ou les larmes. Mais il doit également apporter un enseignement moral de manière à corriger les hommes.
  • Rechercher la clarté. Pour l'écrivain classique, la beauté passe d'abord par la simplicité et le naturel. Il faut toucher le public par des cuvres fortes et capables de plaire à tous, aux courtisans comme aux bourgeois.
  • Respecter les règles. Au théâtre, les règles ont pour but de concentrer l'attention et l'émotion du spectateur. L'unité de lieu, de temps et d'action, le respect de la vraisemblance et de la bienséance apparaissent comme nécessaires. Sans elles, l'idéal d'équilibre ne saurait être atteint.

La tragédie classique[modifier | modifier le wikicode]

Corneille et Racine sont les principaux représentants de la tragédie classique. Celle-ci met en scène un conflit qui oppose les hommes entre eux.

  • La construction de la tragédie. La tragédie classique est une pièce de théâtre divisée en cinq actes, écrite en alexandrins, dont le sujet est emprunté à l'Antiquité. Elle met en scène des personnages illustres confrontés à la fatalité de leur destin.
  • Les objectifs de la tragédie. La tragédie met en scène une crise à l'issue fatale. Les personnages sont conduits à la catastrophe par leurs actions, dictées par les passions. L'action théâtrale parvient ainsi à exciter la terreur et la pitié du spectateur devant les faiblesses de l'être humain.

La comédie classique[modifier | modifier le wikicode]

En appliquant les règles du classicisme à la comédie, Molière attire dans les théâtres un public nouveau, sensible au divertissement qu'il propose.

  • La construction de la comédie. La comédie classique met en scène des personnages ordinaires, issus du peuple et de la bourgeoisie, qui vivent une intrigue dont le dénouement est forcément heureux. Elle est le plus souvent écrite en prose, dans un niveau de langage adapté aux personnages. La «grande comédie» cependant se développe en cinq actes écrits en vers.
  • Les objectifs de la comédie. La comédie devient un genre noble en abandonnant progressivement la grossièreté qui caractérise la farce. Elle joue sur toutes les nuances du rire afin de corriger les moeurs : en mettant sur la scène des personnages dans lesquels le spectateur se reconnaît, elle souligne et dénonce les défauts ordinaires des hommes.