Aller au contenu

Penseurs de l'Économie/Karl Marx

Leçons de niveau 13
Une page de Wikiversité, la communauté pédagogique libre.
Début de la boite de navigation du chapitre
Karl Marx
Icône de la faculté
Chapitre no 5
Leçon : Penseurs de l'Économie
Chap. préc. :Léon Walras
Chap. suiv. :John Maynard Keynes
fin de la boite de navigation du chapitre
En raison de limitations techniques, la typographie souhaitable du titre, « Penseurs de l'Économie : Karl Marx
Penseurs de l'Économie/Karl Marx
 », n'a pu être restituée correctement ci-dessus.
Karl Marx

Karl Marx (1818 – 1883) est un philosophe, économiste et sociologue allemand.

Matérialisme philosophique[modifier | modifier le wikicode]

La pensée de Karl Marx est résolument matérialiste et est une critique de l'économie politique. La conception matérialiste de l'Histoire est l’application du matérialisme à l’étude du développement historique des sociétés. Selon cette conception, c’est l’être social qui explique la conscience sociale. L'Histoire est donc avant tout la transformation de la Nature par le travail de l'Homme qui, à son tour, transforme l'homme lui-même (la « praxis »).

Lutte des classes[modifier | modifier le wikicode]

La société n’est pas homogène et ses membres ont des aspirations divergentes.

Pour Marx, les oppositions entre les classes sociales permettent de comprendre la succession des sociétés et des périodes historiques. La théorie de la lutte des classes explique que sauf pour les sociétés primitives, toutes les sociétés sont composées de classes (homme libre et esclave, patricien et plébéien, seigneur et serf, patrons et ouvriers) qui sont en opposition constante. Cette opposition entre les classes est le moteur de l’histoire.

Économie marxiste[modifier | modifier le wikicode]

Fondements intellectuels[modifier | modifier le wikicode]

Aristote et la chrématistique[modifier | modifier le wikicode]

Aristote est le premier intellectuel à avoir pensé l'économie de manière non-superficielle. Aristote distingue deux types d'économie : la bonne et la mauvaise économie. La bonne économie est celle dans laquelle les individus travaillent et produisent dans le but de consommer leurs propres biens ou des biens qu'ils obtiendront via un échange. La mauvaise économie quant à elle signifie que les individus ne produisent plus dans le but de consommer, mais d'accumuler des richesses ; or ce but-ci est insaisissable, par définition il faut toujours plus accumuler : l'économie devient absurde, c'est la chrématistique.

Karl Marx reprendra ce concept de la chrématistique pour affirmer que les capitalistes sont des chrématistes : ils accumulent sans cesse des richesses, et donc sous le système de production capitaliste les entreprises chercheront à toujours s'agrandir.

Adam Smith et la théorie de la valeur-travail[modifier | modifier le wikicode]

Dans les Recherches sur la nature et les causes de la richesse des nations, Adam Smith part d'un constat qui fécondera du paradoxe de l'eau et du diamant : si le diamant est si cher, pourquoi accorde-t-il aussi peu d'utilité, et si l'eau accorde autant d'utilité, pourquoi est-elle si bon marché ?

La réponse d'Adam Smith est de dire que la valeur d'un bien, c'est-à-dire le prix qu'on accorde à chaque bien, à chaque marchandise, n'a aucun rapport avec l'utilité qu'accorde ce bien, mais elle coïncide avec la quantité de travail nécessaire à sa production.

L'eau a énormément d'utilité, mais puisqu'elle est abondante partout alors il n'y a besoin que de très peu d'effort. Pour le diamant il était extrêmement dur de façonner le diamant, si l'artisan n'était pas parfait dans sa réalisation le diamant brut explosait. Adam Smith va plus loin dans son exemple de l'eau, car une eau dans un désert et une eau dans une prairie ont la même utilité puisqu'elles abreuvent tout autant les humains, mais pourtant le prix de l'eau dans le désert est très supérieur, car c'est cette eau est beaucoup plus dure à extraire ou à trouver.

David Ricardo et le travail indirect[modifier | modifier le wikicode]

David Ricardo est tout à fait d'accord avec les thèses smithiennes, mais il se pose la question du rôle des machines : les machines ne sont pas des hommes, elles ne produisent pas de travail, et pourtant elles sont utilisées au cours des processus de production, donc y aurait-il une contradiction dans cette théorie de la valeur? Ricardo rétorque ainsi que les machines sont en fait le produit d'un travail humain, donc les biens que produisent ces machines sont de fait du travail indirect, ainsi c'est bel et bien le travail et le travailleur qui sont à l'origine de la valeur.

Exploitation des travailleurs[modifier | modifier le wikicode]

Démonstration[modifier | modifier le wikicode]

Karl Marx reprend les théories de Smith et surtout de Ricardo à propos de la valeur, soit le fait que c'est le travail qui conditionne le prix d'un bien. Cependant Marx appuie sur quelque chose que Ricardo n'a pas remarqué, c'est que si c'est le travailleur qui est à l'origine de la valeur du bien, et que les machines ne produisent pas de valeur, mais sont elles-mêmes le vecteur d'un travail, alors les capitalistes ne produisent strictement aucune valeur.

Pourtant les capitalistes détiennent un revenu, un profit, donc un revenu strictement supérieur à zéro, donc il y a nécessairement un vol quelque part, puisqu'il a bénéficié plus que ce à quoi il a contribué, donc il y a déjà exploitation du capitaliste sur les travailleurs qu'il emploi.

Origines de l'exploitation[modifier | modifier le wikicode]

Le capitaliste a deux moyens lui permettant d'exploiter le travailleur :

  • Tout d'accord, le capitaliste a historiquement rapporté des capitaux et des ressources au cours de la colonisation de l'Amérique vers l'Europe (c'est l'accumulation primitive du capital), donc sa richesse est imméritée. Cette richesse imméritée permet au capitaliste d'exercer une pression directe ou indirecte sur les pouvoirs politiques, médiatiques, policières, juridiques, etc.
  • Ensuite, si un capitaliste a un profit strictement supérieur à ce à quoi il contribue, alors par déduction, le travailleur a un salaire strictement inférieur à ce à quoi il contribue, mais pourquoi est-ce que ce salaire est inférieur? Est-ce que le marché ne pourrait pas justement faire en sorte que tous les salariés touchent un salaire très proche de ce à quoi ils contribuent? Pour Marx, la réponse est non, car il y a une très bonne raison pour laquelle le marché fait en sorte que les salaires y soient inférieurs. Le salaire est un prix du point de vue du capitaliste, donc le salaire répond aussi à la logique de la théorie de la valeur-travail. Donc la valeur que dégage le travailleur (l'utilité du travail) n'est pas corrélée au salaire du travailleur, c'est la quantité totale de travail nécessaire à l'entretien du travailleur même qui l'est : la nourriture, le logement, les médicaments et les soins prodigués par la famille sont des quantités de travail qui permettent au salarié de travailler. Ainsi, le salaire est égale au salaire de subsistance. Bien sûr, le salaire pourrait théoriquement être supérieur à la valeur que dégage le travailleur, mais dans ce cas le capitaliste ne l'embaucherait simplement pas. Il faut préciser cependant que le salaire de subsistance est une valeur constante à court terme, mais pas à long terme : les marxistes contemporains considèrent ainsi que l'achat et l'entretien d'un téléphone peuvent être considérés comme faisant partie du salaire de subsistance, puisque l'on ne pourrait travailler sans.

Accumulation et aliénation[modifier | modifier le wikicode]

La chrématistique dans le mode de production capitaliste[modifier | modifier le wikicode]

Aliénation croissante des travailleurs[modifier | modifier le wikicode]

Crises et baisse tendancielle du taux de profit[modifier | modifier le wikicode]

Crises explicites[modifier | modifier le wikicode]

Crises implicites[modifier | modifier le wikicode]

Baisse tendancielle du taux de profit et effondrement du capitalisme[modifier | modifier le wikicode]

Das Kapital. Kritik der politischen Oekonomie[modifier | modifier le wikicode]

Le Capital est le livre le plus important de Karl Marx. C'est une critique de l'économie politique.

Marx a travaillé plus de 20 ans sur l'écriture du Capital. Il n’en a publié qu’une partie en 1867 sur le développement de la production capitaliste. Friedrich Engels s'est basé sur des notes de Marx pour publier les « livres 2 et 3 », en 1885 et 1894.

Marx se base sur les écrits des théoriciens de l'économie politique comme Adam Smith ou David Ricardo. En critiquant ces théories, il veut montrer la nature réelle et les contradictions internes du capitalisme.

Les écrits[modifier | modifier le wikicode]

Les publications les plus connues de Marx :

  • L'Idéologie allemande
  • Manifeste du Parti communiste (1848) écrit avec Engels
  • Critique de l’économie politique (1859)
  • Le Capital, (tome I – 1867)

Notes[modifier | modifier le wikicode]