Leçons de niveau 9

Bourgeoisies, commerce, traite et esclavage au XVIIIe siècle/L'Europe au cœur de l'expansion du commerce atlantique

Une page de Wikiversité, la communauté pédagogique libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Début de la boite de navigation du chapitre
L'Europe au cœur de l'expansion du commerce atlantique
Icône de la faculté
Chapitre no 1
Leçon : Bourgeoisies, commerce, traite et esclavage au XVIIIe siècle
Retour ausommaire
fin de la boite de navigation du chapitre
Icon falscher Titel.svg
En raison de limitations techniques, la typographie souhaitable du titre, « Bourgeoisies, commerce, traite et esclavage au XVIIIe siècle : L'Europe au cœur de l'expansion du commerce atlantique
Bourgeoisies, commerce, traite et esclavage au XVIIIe siècle/L'Europe au cœur de l'expansion du commerce atlantique
 », n'a pu être restituée correctement ci-dessus.

L'Europe au cœur de l'expansion du commerce atlantique[modifier | modifier le wikicode]

Tout d'abord, voici un tableau récapitulant les principales marchandises en Afrique, Asie et Amérique:

Afrique Asie Amérique
esclaves thé viandes
cotonnades cacao
soie tabac
épices diamant
café indigo
coton
sucre
fourrures
or
café

Les États européens possèdent des colonies et des comptoirs à travers le monde. L'Espagne, la France et le Royaume-Uni, principalement, n'hésitent pas à faire la guerre pour étendre leurs colonies.

La possession de colonies entraine le développement du commerce européen avec l'apparition de nouveaux produits. Le commerce avec les colonies permet aux navires européens d'échanger des produits manufacturés contre des produits coloniaux qui sont ensuite revendus partout à travers l'Europe.

Le commerce triangulaire est une forme particulière de commerce. Les navires européens échangent sur les côtes africaines des pacotilles contre des esclaves revendus ensuite dans les colonies américaines. Les navires européens reviennent alors chargés de produits tropicaux vers l'Europe. Les marchands s'enrichissent et permettent le développement des villes portuaires.

Voici un lien permettant de voir l'image de la Marie-Séraphique: https://en.wikipedia.org/wiki/Marie_S%C3%A9raphique#/media/File:Profil_La_Marie_S%C3%A9raphique_de_Nantes.jpg

Voici un lien permettant de lire un document concernant la Marie-Séraphique:

https://clio-cr.clionautes.org/la-marie-seraphique-navire-negrier.html

Voici également un autre lien qui vous permettra d'en savoir plus sur la Marie-Séraphique:

http://blog.ac-versailles.fr/histoirebda/public/hist_arts_traites_negrieres.pdf

À quoi sert ce navire?[modifier | modifier le wikicode]

La Marie-Séraphique est un navire négrier. Il est conçu pour le commerce: transports de marchandises depuis l'Europe vers l'Afrique puis des esclaves vers les colonies américaines et de là, les cales remplies de produits coloniaux, vers les ports européens (Nantes). Donc la Marie-Séraphique est un acteur du commerce triangulaire.

Comment peut-on comprendre l'existence de ce tableau?'[modifier | modifier le wikicode]

Ce tableau date des années 1770 au moment où le navIre a été racheté par un riche négociant nantais, Jacques Barthélémy Gruel. L'achat de ce type de navire est un très lourd investissement et un important signe de richesse. Il n'est pas rare que les armateurs fassent réaliser des tableaux de leurs navires les plus importants. Celui-ci restera la propriété de Gruel jusqu'en 1776, date à laquelle il est vendu à un autre armateur.