Utilisateur:Ambre Troizat/Saint-George, religion & pratiques

Une page de Wikiversité.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

« Il est un Dieu, devant lui je m’incline. »
Pierre Leroux, De l'humanité, de son principe,
et de son avenir, Tome 1, 1860
[1]

« L’homme invente des dieux parce qu’il veut des êtres partout.
(…)
Il s’en faut donc de beaucoup que le premier devoir
soit de prouver la morale, c’est-à-dire Dieu qui ordonne.
Cet ordre est mauvais, en ce sens qu’il est trop facile d’obéir au maître[2] ;
et cela ne fait toujours pas qu’on ait une âme[3], car il y a un grand doute
qui fait l’âme. Il faut choisir, comme disait Lagneau, voulant dire par là que
l’existence est un choix de l’ordre moral. »
— Alain.- Lettres à Sergio Solmi sur la philosophie de Kant[4]

Le racisme des Lumières[modifier | modifier le wikicode]

1860[modifier | modifier le wikicode]

« Ce n’est ni le Dieu des idolâtres, ni le Dieu d’Épicure. Chose remarquable ! tandis qu’au dix-huitième siècle, Bolingbroke et Voltaire avaient tenté, par opposition au dieu des idolâtres[6], de remettre en honneur le fatalisme, sous le nom de nature, et le fantôme de Divinité impassible d’Épicure, soug le nom de Dieu, ce triste système, qui aboutissait nécessairement à deux autres, à un matérialisme grossier et à un déisme sans conséquence, n’a pu prendre les esprits sérieux ni les cœurs ardents des générations nouvelles. Les religions positives[7] sont revenues ; et, bien qu’elles ne fussent plus que des fantômes, elles n’ont pas eu de peine à foudroyer ces autres fantômes. Mais en même temps le sentiment divin des choses a repris le dessus dans nos cœurs et dans nos intelligences ; l’idéalisme s’est révélé. »
Pierre Leroux, De l'humanité, de son principe,
et de son avenir, Tome 1, 1860
[8]

Bibliographie[modifier | modifier le wikicode]

  • 1787 - Chrétien Guillaume de Lamoignon de Malesherbes et Guillaume-François Joly de Fleury, Mémoire sur le mariage des protestans : Mémoire sur le mariage des protestans, en 1785. - Second mémoire sur le mariage des protestans, en 1786.- Par Guillaume de Lamoignon de Malesherbes, d'après Barbier. - Contient aussi : "Mémoire [sur le mariage des protestants" de O.-L.-F.- Joly de Fleury (notice BnF no FRBNF30865859, lire en ligne)Voir et modifier les données sur Wikidata Voir autres documents

Notes & Références[modifier | modifier le wikicode]

  1. Pierre Leroux, De l'humanité, de son principe et de son avenir, Paris, Perrotin (notice BnF no FRBNF30798435, lire en ligne)Voir et modifier les données sur Wikidata, tome premier, 1860, page VII
  2. "maître" est un propriétaire. Cf. Propriété de l'homme par l'homme
  3. Recherche : Indiens + âme + Controverse de Valladolid
  4. Alain et Sergio Solmi, Lettres à Sergio Solmi sur la philosophie de Kant, Paris, P. Hartmann, 95  p. (notice BnF no FRBNF31705444, lire en ligne)Voir et modifier les données sur Wikidata, page 59
  5. * 1900 - Louis Ducros, Les encyclopédistes, Paris, Honoré Champion (notice BnF no FRBNF30366990, lire sur Wikisource, lire en ligne)Voir et modifier les données sur Wikidata
  6. * 2004 - Agnès Ravel, Construire un objet de recherche en histoire : le parti dévot au XVIIIème siècle (ISSN 1155-3219 et 1776-2944, lire en ligne)Voir et modifier les données sur Wikidata
  7. Le positivisme religieux est un mouvement "religieux" fondé par Auguste Comte dans la phase dite religieuse de sa pensée, qu'il développa dans la deuxième partie de sa vie (1846-1857).
  8. Pierre Leroux, De l'humanité, de son principe et de son avenir, Paris, Perrotin (notice BnF no FRBNF30798435, lire en ligne)Voir et modifier les données sur Wikidata, tome premier, 1860, page VII