Troubles du comportement-Perception des regles de classe par l eleve de l interdit au vivre ensemble

Une page de Wikiversité.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
durée de lecture 2 mn 30s

Objectif[modifier | modifier le wikicode]

Savoir comment modifier la perception qu'ont les élèves de la règle et des objectifs de la règle.

Comment permettre aux élèves de modifier leur perception de la règle ?[modifier | modifier le wikicode]

Le rapport que les élèves ont avec la règle est parfois complexe. Il conviendra donc tout d'abord de modifier la perception qu'ont les élèves de la règle et de ses objectifs. Cette utilité de la règle devra être prolongée par la mise en place d'une conséquence adaptée (une réparation ou une sanction).

L'élève ayant des troubles du comportement teste continuellement les limites car il est en recherche d'un cadre structurant. Cela le rassure. Il a besoin de voir que l'adulte veille sur lui. Le rapport aux règles nécessite bien entendu que les règles de la classe soit claires et accessibles à tous les acteurs de la classe. Il est donc nécessaire que ces règles soient installées, expliquées dès le début d’année et rappelées par les élèves eux mêmes afin de réactiver les règles abordées les années précédentes.

Ces règles constituent un cadre pour tous les acteurs de la classe (élèves, enseignant(s), intervenants, remplaçants,...).

L’enjeu essentiel est ici de transformer la perception que les élèves ont de ce cadre, notamment ceux qualifiés de plus “difficiles”.

Afin de valoriser les élèves et d’installer une ambiance de travail positive, les règles ne doivent pas être uniquement être un listing de “Je n’ai pas le droit….” ou “Je ne dois pas…”.

En effet, lorsque l’on interroge les élèves de la classe sur les règles, ils font souvent état d'interdits. Le rôle de l’enseignant est donc de transformer ces interdits en des possibilités offertes aux élèves.

“Je ne dois pas salir la classe.” peut se transformer en “Avec l’aide de mes camarades, je veux garder ma classe le plus propre possible.”

“Je n’ai pas le droit de frapper mes camarades” peut ainsi devenir “Je dois être respecté par mes camarades et je leurs dois donc aussi le respect.”

Les règles peuvent ainsi être perçues comme une protection pour l’élève lui même mais aussi un moyen de valorisation et de cohésion du groupe classe plutôt qu’un moyen de contrainte imposé frontalement par l’enseignant de la classe.

Les règles de la classe sont en effet un point de tension pour les élèves ayant des troubles de comportement. Changer la perception qu’ils ont de ce cadre peut être un moyen pour ces élèves ainsi que les autres de mieux se les approprier.

“Cette règle de la classe me protège. Elle ne m’empêche pas de faire ce que je veux, elle me permet de faire en respectant les autres. La règle n’est pas un moyen de division ou d’exclusion de ceux qui ne la respectent pas, c’est un moyen de progression vers le vivre ensemble dans lequel j’ai un rôle à jouer.”

Au niveau matériel, il semble préférable que le nombre de règles soit limité. Elles peuvent être affichées dans la classe mais aussi recopiées dans le cahier d’Enseignement moral et civique (Voir approfondissement dans la section Méthodologie "Les règles").

Cet affichage permettra aux élèves d’intégrer ces règles qui, par ailleurs, peuvent être spécifiques à chaque classe (“J’ai le droit de me déplacer quand…. Je peux prendre telle ou telle activité quand….”.) et permettent donc une cohérence des règles lors des remplacements en cas d'absence.

< Précédent | Suivant >