Leçons de niveau 17

Structure et management des organisations/Management des organisations: les différentes formes de pouvoir

Une page de Wikiversité.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Début de la boite de navigation du chapitre
Management des organisations: les différentes formes de pouvoir
Icône de la faculté
Chapitre no 5
Leçon : Structure et management des organisations
Chap. préc. :L’avenir des organisations
Chap. suiv. :La culture organisationnelle
fin de la boite de navigation du chapitre
Icon falscher Titel.svg
En raison de limitations techniques, la typographie souhaitable du titre, « Structure et management des organisations : Management des organisations: les différentes formes de pouvoir
Structure et management des organisations/Management des organisations: les différentes formes de pouvoir
 », n'a pu être restituée correctement ci-dessus.


Il existe plusieurs types de pouvoir notamment :

Le pouvoir de gratification : qui est la capacité du manager à influencer le comportement de ses subordonnés en récompensant leurs comportements satisfaisants. Dans la mesure où les subordonnés accordent de l’importance aux gratifications que le manager peut octroyer, ils peuvent se soumettre aux ordres qui leur sont adressés.

Le pouvoir de coercition : qui est la capacité d’influence liée à la punition de comportements indésirables. La punition peut se traduire par une réprimande, l’attribution de travail indésirable, un renforcement de la surveillance, une application plus sévère du règlement du travail, une mise à pied, etc..

Le pouvoir légitime : il s’agit de la capacité du manager d’influencer le comportement de ses subordonnés de par la position qu’il occupe dans la hiérarchie de l’organisation. Les subordonnés peuvent réagir positivement aux tentatives d’influence du manager parce qu’ils admettent le droit légitime de celui-ci de prescrire certains comportements.

Il est important en termes de management. Chaque manager a le pouvoir de prendre des décisions dans un domaine de responsabilité.

On définit les activités sur lesquelles le manager peut s’attendre à exercer un pouvoir légitime pour influencer le comportement de ses subordonnés. Plus un manager s’éloigne de ce domaine précis de responsabilité, plus son pouvoir légitime devient faible. Dans des conditions optimales les employés acceptent certaines instructions sans mettre consciemment en question le pouvoir du manager.

Le pouvoir de la compétence : qui concerne la capacité du manager à influencer le comportement de ses subordonnés en raison de ses compétences, qualités ou connaissances particulières.

Le pouvoir de l’exemple : c’est la capacité du manager d’influencer le comportement de ses subordonnés grâce à l’estime ou à l’admiration que ces derniers lui portent ou encore à son charisme. La manière dont les subordonnés s’identifient au manager constitue souvent la base du pouvoir de l’exemple.