Différences entre les versions de « Recherche:Pastech/242-1 methanisation »

Aller à la navigation Aller à la recherche
m
Robot : Remplacement de texte automatisé (-\[https?\:\/\/fr\.wikiversity\.org\/wiki\/([^\s]*) ([^\]]*)\] +\2)
m (→‎L'Allemagne : On voit clairement, dans le graphe ci-joint, qu’à partir de 2012, le nombres de nouvelles installations de méthanisation a baissé considérablement)
m (Robot : Remplacement de texte automatisé (-\[https?\:\/\/fr\.wikiversity\.org\/wiki\/([^\s]*) ([^\]]*)\] +\2))
 
Ainsi, la méthanisation connaît une évolution marquée par les événements historiques qui ont favorisé ou non l'intérêt qui lui a été porté.
 
Cette évolution est marquée par de nombreux événements regroupés dans la page suivante : [https://fr.wikiversity.org/wiki/[Recherche:Pastech/242-1_methanisation/Chronologie |chronologie]].
 
[[File:back-to-menu-methanisation.png|center|Retour au menu de navigation|400px|link=Recherche:Pastech/242-1_methanisation#Sommaire_et_menu_de_navigation]]
<u>Analyse économique de la filière de production de biogaz en Allemagne pendant cette période:</u>
 
Comme c'est le cas de la France, on trouve un petit nombre de fournisseurs (c'est à dire les sociétés qui gèrent les systèmes techniques, les boîtes de conseils, les agro-alimentaires etc.) ce qui crée une pression en aval de la chaîne de valeur. De même, on trouve un petit nombre de gros clients (  les grandes entreprises productrices d'électricité en Allemagne comme E.ON ou RWE ) ce qui crée une pression en amont de la chaîne de valeur. Il s'ajoute à cela un marché très décentralisé car un grand nombre de petits producteurs. On conclut alors que le schéma de la chaîne de valeur est similaire à celui de la France (cf. [https://fr.wikiversity.org/wiki/[Recherche:Pastech/242-1_methanisation?fbclid=IwAR3dBa4eFn3eVlz5IzBLPMgutyMuej4Im3Dp855egCKNWsegJiU2MGNRJMY#/media/schéma |bilan de la chaîne de valeur]] ).
 
Cependant, il existe quand même des différences entre l'état des deux pays. Effectivement, le but des agriculteurs allemands qui se sont reconvertis en producteur d'énergie n'est pas de chercher un gain d'autonomie (contrairement aux agriculteurs français) étant donnée que la situation de l'agriculteur allemand est déjà assez stable mais plutôt pour avoir un apport financier supplémentaire (en revendant le biogaz et en baissant le coût de la facture d'électricité). Cette motivation pousse alors les agriculteurs allemands à construire des unités de méthanisations relativement grandes au point de cultiver des hectares de maïs totalement dédiés de ce digesteur.
<span style="font-weight: bold; font-size: 14px;">À partir de 2012</span>
 
En 2012, on remarque un accroissement des surfaces de maïs dont 820 000 hectares sont dédiés uniquement à la production de bioénergie, sur 2,5 millions d'hectares de maïs allemand. Les agriculteurs avaient choisi de mettre exclusivement du maïs vu son fort pouvoir méthanogène. Néanmoins, cela provoque un retournement accru des prairies et donc une hausse du prix du foncier dans certaines régions et une baisse des récoltes alimentaires. De plus, cette récolte excessive et exclusive a des répercussions néfastes sur l'environnement ( cf. [https://fr.wikiversity.org/wiki/[Recherche:Pastech/242-1_methanisation?fbclid=IwAR3dBa4eFn3eVlz5IzBLPMgutyMuej4Im3Dp855egCKNWsegJiU2MGNRJMY#Environnement |Environnement]] ) . Pour cette raison, les politiciens allemands décident de freiner la méthanisation en fixant un plafond à l'incorporation de maïs et de céréales (60 % maximum en poids). Ils baissent aussi le prix d’achat d’électricité pour les installations qui ne privilégient pas l'utilisation de déchets (agricoles, déjections animales, etc.)
[[File:Nouvelles installations de méthanisation par an entre 2011 et 2018.png|thumb|Nouvelles installations de méthanisation par an entre 2011 et 2018|454px]]
De plus, la hausse marquée du prélèvement EEG à 35,3 €/MWh en 2011 et le niveau encore plus élevé de 35,92 €/MWh en 2012 suscitent des discussions concernant la continuation du développement de la EEG parmi les citoyens allemands. Selon la US Energy Information Administration et Selectra, le coût du KWH est plus de deux fois plus élevé pour un ménage allemand (0.30 euro) que pour un ménage français (0.14 euro)<ref>{{Lien web|langue=fr|nom1=Lecaussin|prénom1=Jean-Baptiste Boone, Nicolas|titre=Le kwh est deux fois plus cher en Allemagne qu’en France|url=https://fr.irefeurope.org/4672|site=IREF Europe|consulté le=2019-04-25}}</ref>. Cela est dû à l'apparition de 3 petites taxes qui visent à payer les coûts de la transition énergétique.
140 429

modifications

Menu de navigation