« Cytométrie en flux/Le tri cellulaire » : différence entre les versions

Aller à la navigation Aller à la recherche
m
Robot : Remplacement de texte automatisé (-\n(==={0,3})(?: *)([^\n=]+)(?: *)\1(?: *)\n +\n\1 \2 \1\n)
(maintenance)
m (Robot : Remplacement de texte automatisé (-\n(==={0,3})(?: *)([^\n=]+)(?: *)\1(?: *)\n +\n\1 \2 \1\n))
 
Le tri cellulaire est une des premières applications de la cytométrie en flux. Basiquement, on sépare les cellules selon les informations données par le phénotype.
 
== Principe de fonctionnement ==
Chaque gouttelette est analysée. Selon les valeurs prises par chaque paramètre, on pourra décider de séparer cet évènement des autres. La séparation est obtenue par électrisation de la goutte, puis déflexion par des champs électriques ou magnétiques. Selon les appareils, on pourra trier une, deux ou quatre populations.
 
== Logiciel ==
Il est impossible de trier sans signifier à la machine quels sont les évènements à séparer. On fait donc l'analyse de quelques évènements, puis on choisit une combinaison de fenêtres de sélection pour désigner les populations à trier.
 
== En pratique ==
Chaque trieur est limité par différents facteurs. Les principaux sont les mêmes que pour les cytomètres d'analyse:
* Le nombre de lasers;
143 371

modifications

Menu de navigation