« Cytométrie en flux/Les anticorps monoclonaux » : différence entre les versions

Aller à la navigation Aller à la recherche
m
Robot : Remplacement de texte automatisé (- l'opposition + l’opposition , - d'asile + d’asile , - s'adresser + s’adresser , - l'ensemble + l’ensemble , - d'argent + d’argent , - l'argent + l’argent , - l'augmentation + l’augmentat...
m (Robot : Remplacement de texte automatisé (- qu'à + qu’à ))
m (Robot : Remplacement de texte automatisé (- l'opposition + l’opposition , - d'asile + d’asile , - s'adresser + s’adresser , - l'ensemble + l’ensemble , - d'argent + d’argent , - l'argent + l’argent , - l'augmentation + l’augmentat...)
Pour produire un anticorps spécifique contre une protéine X, le plus simple est de choisir un animal et de l'immuniser contre cette protéine. Après quelques temps, l'animal aura développé une réaction immunitaire contre cette protéine, cet antigène. Il faut ensuite collecter ses immunoglobulines sanguines (on a alors un serum anti-X), ou ses plasmocytes. Avec ses plasmocytes, on peut établir des lignées immortelles: les hybridomes. Il est possible d'obtenir des clones d'hybridomes, sécrétant chacun un anticorps anti-X. Un anticorps par clone: c’est un ''anticorps monoclonal''.
 
Si on utilise l'ensemblel’ensemble des plasmocytes sécrétant des anti-X, on a un mélange d'anticorps: on parle d'''anticorps polyclonal''.
 
Les anticorps monoclonaux ont une très haute ''affinité'' (sont très ''spécifiques'') de l'antigène, tandis que les anticorps polyclonaux sont très ''avides''. (Voir le cours de [[Anticorps monoclonaux|pharmacologie]]).
143 371

modifications

Menu de navigation