Leçons de niveau 16

Sociologie des migrations et des relations interculturelles/Peuvent-ils cesser d’être des étrangers, quelles sont les dynamiques qui influencent leur situation ?

Une page de Wikiversité.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Début de la boite de navigation du chapitre
Peuvent-ils cesser d’être des étrangers, quelles sont les dynamiques qui influencent leur situation ?
Icône de la faculté
Chapitre no 3
Leçon : Sociologie des migrations et des relations interculturelles
Chap. préc. :Pour quelles raisons se sentent-ils et sont perçus comme des étrangers ?
fin de la boite de navigation du chapitre
Icon falscher Titel.svg
En raison de limitations techniques, la typographie souhaitable du titre, « Sociologie des migrations et des relations interculturelles : Peuvent-ils cesser d’être des étrangers, quelles sont les dynamiques qui influencent leur situation ?
Sociologie des migrations et des relations interculturelles/Peuvent-ils cesser d’être des étrangers, quelles sont les dynamiques qui influencent leur situation ?
 », n'a pu être restituée correctement ci-dessus.

Nous allons passer en revue dans ce chapitre les différentes théories de l'assimilation, des approches transnationales, de la descendance des migrants, ainsi que les questions de citoyenneté.


Les théories classique de l'assimilation[modifier | modifier le wikicode]

L'assimilation est un processus quasi inévitable, de nature endogène, lié au temps. Il aboutit à la disparition des traits qui permettent de différencier les migrants des autres.

Le processus peut avoir lieu à travers plus d'une génération. Et il peut y avoir une certaine conflictualité, accommodation, adaptation...

Ce sont des théories qui ont surtout été élaborée aux États-Unis.

Les étapes de Gordon[modifier | modifier le wikicode]

Gordon et l'Assimilation to American Life, 1964.

  • Premièrement, c’est l'assimilation de comportement : c’est une étape vécue par presque tous les groupes de migrants. C'est l'étape de l'acquisition du minimum de comportement fonctionnel pour être accepté, obtenir un travail.
  • Deuxièmement, l'absence de préjugés et de discrimination : c’est un travail à faire par et sur la société de résidence. Il faut surmonter les préjugés et la discrimination à l'égard des nouveaux venus. La rapidité de cette étape peut varier suivant les groupes de migrants. C'est une étape indispensable pour arriver à la troisième.
  • Troisièmement, l'assimilation structurelle : c’est une étape où les migrants commencent à participer aux associations de la société de résidence, à s'y faire des amis, à habiter dans des quartiers où il n'y a pas une majorité d'étrangers, à avoir accès à tous les emplois de la société de résidence.
  • Il y a également l'assimilation maritale, avec une augmentation importante des mariages inter-ethniques.
  • Puis l'assimilation d'identification, à ce moment là, les migrants, ou plutôt leurs descendants, vont identifier leur histoire personnelle avec l'histoire collective de la nation.

Les Étapes d'Eisenstadt[modifier | modifier le wikicode]

Il préfère le terme d'absorption.

  • Une étape où les immigrants apprennent les codes sociaux, les choses élémentaires comme saluer de la même manière que les insiders par exemple.
  • Assumer des rôles inédits, dont ils n'avaient pas la connaissance dans leur zone d'origine.
  • Peut-être même se créer une nouvelle identité, comme par exemple changer de nom pour qu’il ait une consonance culturelle plus proche de ceux des insiders. C'est une perspective finalement très assimilationniste qui vient plus de chez Gordon.
  • Enfin, l'incorporation aux institutions de la société de résidence.

Eisenstadt reste un des premiers à avoir réfléchit à la question. Il distingue plus de questions identitaires des parcours migratoires.

Hofman-Nowotny[modifier | modifier le wikicode]

C'est un sociologue suisse qui a inauguré la sociologie des migrations en Suisse.

Il fait un lien fonctionnel entre assimilation sur le plan culturel et intégration sur le plan structurel. Il soulignera dès le début de sa carrière la causalité entre la structure et la culture.