Recherche:Imagine un monde/Résumé

Une page de Wikiversité.
Aller à la navigation Aller à la recherche

Dans l'ombre du projet Wikipédia qui a fêté son vingtième anniversaire en début d'année 2021 tout en restant l'unique projet sans but lucratif du top 50 des fréquentations du web, s'est développé un mouvement social pratiquement inconnu du grand public que l'on nomme « Le mouvement Wikimédia » et qui a pour vision d' imaginer un monde dans lequel chaque être humain peut partager librement la somme de toutes les connaissances. Très peu médiatisé, tant par la presse que par la littérature scientifique, ce mouvement social gère pourtant près d'un millier de sites web et regroupe à lui seul, plusieurs centaines d'associations humaines actives dans plus de 70 nations du monde. En tant qu'héritier direct des valeurs et pratiques développées par le mouvement du logiciel libre, Wikimédia apparait donc comme l'expression mondiale et contemporaine d'une contre-culture opposée au capitalisme marchand et défiante d'un système socio-politique profondément élitiste.

Dans le but de rendre ce mouvement visible et compréhensible par tous, pour dévoiler ensuite les enjeux qui s'y cache et les soumettre à une analyse profonde, ce travail de recherche socio-anthropologique s'est construit au départ d'une observation participante de plus de 10 ans et sur la consultation d'innombrables archives numériques issues de l'espace web. Fort de cette matière première à la fois empirique et ethnographique, cette étude s'inscrit dans le courant d'une anthropologie prospective dont l'ambition est de débattre sur « l'homme à venir » tout en s'impliquant dans le destin des sociétés. Dans le cadre bien précis de cette thèse, c'est de la société globale et numérique dont il sera question et dont le mouvement Wikimédia nous apporte aujourd'hui un reflet miniaturisé propice à l'analyse.

Dans une première partie de l'ouvrage consacrée à la découverte du mouvement et à ses enjeux cachés, il est question dans un premier temps de découvrir la complexité d'une société globale et numérique lors d'un parcours au sein de cette galaxie Wikimédia cachée derrière l'imposante planète Wikipédia. Fort de cette découverte, vient ensuite le moment de percevoir au sein des projets wikimédia une source d'inspiration épistémologique propice à une plaidoirie en faveur d'une évolution de la science. Cette première partie, se clôture ensuite par la découverte des origines du mouvement qui permettent de mieux comprendre l'espace numérique, tout en faisant resurgir les enjeux de ce perpétuel combat qui oppose une part de l'humanité en quête de liberté, d'autonomie et d'égalité à une autre part toujours désireuse d'accroitre ses richesses économiques et son contrôle politique.

La deuxième partie de l'ouvrage, consacrée cette fois aux analyses et projections, est alors l'occasion de contextualiser cette lutte entre autonomie et pouvoir au sein de l'histoire du mouvement pour y découvrir la dérive d'une mission première dédiée au libre partage des connaissances, peu à peu pervertie par mimétisme d'un monde économique et politique environnant. Par la suite, et au travers d'une présentation des différents acteurs Wikimédia, des mécanismes de perversions du partage par le don et par la mise en place insidieuse d'une servitude involontaire sont ensuite analysés. La découverte de la culture Wikimédia qui prit naissance au sein d'un environnement numérique très particulier, permet ensuite d'observer les effets d'un double dualisme imbriqué au sein du mouvement que représente la séparation entre activité en ligne et hors ligne ainsi que la distinction entre acteurs bénévoles proche des pratiques et principes hérités de la culture libre et acteurs rémunérés pris dans les logiques du marché du travail. Avant de conclure, et au départ d'une prise de conscience sur l'importance et le pouvoir de l'imagination chez l'être humains, vient alors un dernier chapitre où il est question d'imaginer le monde de demain, au niveau du mouvement Wikimédia bien sûr, mais aussi et ce grâce aux enseignements que l'étude de ce mouvement nous apporte, au niveau de notre société humaine, contemporaine, globale et numérique.