Recherche:Les fonds patrimoniaux des bibliothèques publiques/L'insertion dans une carte documentaire nationale : CADIST, pôles associés de la BnF, pôles d’excellence et de référence

Une page de Wikiversité.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Début de la boite de navigation du chapitre
L'insertion dans une carte documentaire nationale : CADIST, pôles associés de la BnF, pôles d’excellence et de référence
Icône de la faculté
Chapitre no 11
Recherche : Les fonds patrimoniaux des bibliothèques publiques
Chap. préc. :5 niveaux de conservation
Chap. suiv. :Généralités de la conservation
fin de la boite de navigation du chapitre
Icon falscher Titel.svg
En raison de limitations techniques, la typographie souhaitable du titre, « Les fonds patrimoniaux des bibliothèques publiques : L'insertion dans une carte documentaire nationale : CADIST, pôles associés de la BnF, pôles d’excellence et de référence
Les fonds patrimoniaux des bibliothèques publiques/L'insertion dans une carte documentaire nationale : CADIST, pôles associés de la BnF, pôles d’excellence et de référence
 », n'a pu être restituée correctement ci-dessus.

Introduction[modifier | modifier le wikicode]

Crées en 1980, les Centres d'Acquisition et de Diffusion de l'Information Scientifique et Technique forment aujourd'hui, au service de la recherche, un réseau documentaire fortement structuré. Ils sont gérés par de grandes bibliothèques universitaires, parfois par de grands établissements (Observatoire, Muséum national d'histoire naturelle).

Partenaires de la Bibliothèque nationale de France dans la constitution du réseau national de bibliothèques, les CADIST s'adressent prioritairement aux enseignants-chercheurs, aux étudiants depuis la maîtrise jusqu'au doctorat. La qualité de recherche est la possibilité d'obtenir rapidement de l'information pertinente.


La mission des CADIST[modifier | modifier le wikicode]

Organisés en réseau ( en fonction d'un découpage du savoir en grands champs disciplinaires), les CADIST ont une mission nationale d'acquisition, de conservation, de prêt de la documentation indispensable à la recherche. Au service d’abord des enseignants-chercheurs, des chercheurs, des doctorants et des étudiants en maîtrise, leur responsabilité en matière de documentation est d'approcher l'exhaustivité dans un champ disciplinaire, en fournissant tous les documents français et étrangers, de niveau de recherche, publiés sur quelque support que ce soit monographies, périodiques, édition non commercialisée, microformes, cédéroms, supports vidéos etc.

Un réseau organisé par disciplines[modifier | modifier le wikicode]

Liste des CADIST[modifier | modifier le wikicode]

Les bibliothèques abritant des CADIST sont au nombre de 25, mais certaines peuvent l'être à deux titres (comme la Bibliothèque nationale et universitaire de Strasbourg), tandis qu'un même CADIST peut être réparti entre plusieurs établissements (par ex. celui des langues et civilisations ibériques et latino-américaines). Les CADIST sont répartis, de manière informelle, en deux groupes.

Lettres, sciences humaines et sociales[modifier | modifier le wikicode]

  • Moyen Âge (Ve au XVe siècles) : Bibliothèque interuniversitaire de la Sorbonne / SCD de l'Université de Poitiers
  • Histoire moderne (XVe au XVIIIe siècle) : Bibliothèque interuniversitaire de la Sorbonne
  • XIXe siècle : SCD de l'Université de Caen
  • XXe siècle : Bibliothèque de documentation internationale contemporaine
  • Orient méditerranéen, colonialisme français : SCD de l'Université Aix-Marseille I
  • Géographie : Bibliothèque interuniversitaire de la Sorbonne - Centre saint-Jacques
  • Droit : Bibliothèque Cujas
  • Économie, gestion : Université de technologie en sciences des organisations et de la décision de Paris-Dauphine
  • Sciences politiques : Fondation nationale des sciences politiques
  • Langues, littératures et civilisations ibériques et ibéro-américaine : SCD de l'Université Toulouse II et Université Bordeaux III
  • Langues, littératures et civilisation italiennes : SICD Grenoble II et III
  • Langue, littérature et civilisation germaniques : Bibliothèque nationale et universitaire de Strasbourg
  • Religions (principalement christianisme) : Bibliothèque nationale et universitaire de Strasbourg
  • Art et archéologie : Bibliothèque de l'Institut national d'histoire de l'art
  • Ethnologie : Médiathèque du Musée du quai Branly
  • Urbanisme : Bibliothèque de l'Institut français d'urbanisme - Université Paris VIII (site de Vincennes)
  • Sciences de l'éducation : Bibliothèque de l'Institut national de recherche pédagogique

Sciences et techniques[modifier | modifier le wikicode]

  • Mathématiques : SCD de l'Université Paris XI
  • Astronomie et astrophysique : bibliothèque de l'Observatoire de Paris (et de Meudon
  • Physique : SICD Grenoble I et II
  • Chimie : SCD de l'université Lyon I
  • Médecine et odontostomatologie : Bibliothèque interuniversitaire de médecine
  • Pharmacie : SCD de l'université Lyon I
  • Botanique, zoologie, biologie animale et végétale : Bibliothèque du Muséum national d'histoire naturelle
  • Sciences de la Terre, des océans et de l'environnement terrestre : Bibliothèque interuniversitaire scientifique de Jussieu
  • Cosmétologie : Bibliothèque interuniversitaire de pharmacie
  • Préhistoire, paléontologie : Bibliothèque du Musée de l'Homme

Évolutions[modifier | modifier le wikicode]

Le développement de la documentation en ligne modifie quelque peu le système des CADIST mais ne le met pas totalement en cause en raison des coûts des périodiques électroniques et de toutes les questions de droit pour la documentation papier. En 2007, le ministère annonce la création de deux nouveaux CADIST, l'un pour les langues et civilisations anglo-saxonne, l'autre sur l'histoire antique. Par ailleurs, un rapport de l'Inspection générale des finances a suggéré d'augmenter le nombre de CADIST pour réduire le champ d'activité de certains d'entre eux.

Le parti pris, adopté depuis l'origine, est celui d'un découpage disciplinaire adapté au profil des collections des bibliothèques spécialisées dans un domaine. Une trop grande fragmentation des disciplines comporterait un risque de recouvrement des collections et de délimitation des frontières. Aussi, le dispositif complémentaire des CADIST associés permet les approches transdisciplinaires et par aires culturelles. En outre, les CADIST sont amenés à signer des conventions avec des laboratoires et des centres de recherche de manière à réaliser un partage des tâches dans des domaines très spécialisés.

Les acquisitions[modifier | modifier le wikicode]

Les CADIST achètent, pour l'essentiel, une documentation étrangère, littérature grise, ouvrages et périodiques mais aussi microformes, disques optiques compacts et d'éventuels autres supports, en fonction des plans d'acquisition décidés après concertation entre les bibliothèques aux collections limitrophes, en fonction des programmes et des suggestions.

La diffusion[modifier | modifier le wikicode]

Cette politique d'acquisition est complétée par la mission de diffusion de l'information. Diffuser, c’est signaler les collections conservées par la bibliothèque et fournir au lecteur le document demandé sous la forme d'original, de photocopie, de télécopie ou de microforme. Le prêt d'un document, conservé dans une bibliothèque différente de celle ou est inscrit le lecteur, se fait toujours par le truchement de sa bibliothèque d'origine (bibliothèque universitaire, municipale ou centre de documentation).

Les pôles associés de la BnF ou CADIST associés[modifier | modifier le wikicode]

La BnF a noué des relations privilégiées avec d'autres bibliothèques appelées « pôles associés ». La mise en place de ces pôles associés remonte à 1994. Ces pôles associés répondent à un double objectif :

  • De conservation partagée du patrimoine national : les pôles régionaux du dépôt légal imprimeur, dans chaque région de province et d'outre-mer et dans les collectivités d'outre-mer, reçoivent les livres déposés par les imprimeurs
  • De complémentarité documentaire avec les collections de la BnF : les pôles de partage documentaire, au nombre de 47 (25 en Île-de-France, 22 en province), ont passé convention avec la BnF. Ils s'engagent, avec l'aide de celle-ci, à acquérir et conserver des collections complémentaires de celles de la BnF, dans un domaine déterminé. Souvent, plusieurs bibliothèques d'une même ville forment ensemble un pôle de partage documentaire

Au fil des années, la BnF a diversifié ses modes de coopération avec ses partenaires. Si ceux-ci concernent toujours les acquisitions et la gestion du dépôt légal, ils peuvent aussi inclure des plans de conversion rétrospective des catalogues, des projets de conservation partagée ou de numérisation partagée, des outils collectifs de signalement, enfin des actions de valorisation (expositions). Les pôles associés de la BnF constituent un réseau documentaire, organisé par disciplines, de bibliothèques universitaires, bibliothèques municipales publiques, centres de documentation et centres d'archives.

Les pôles associés de partage documentaire[modifier | modifier le wikicode]

Ils constituent un réseau travaillant avec la BnF à l’enrichissement concerté des collections entrant par d’autres voies que le dépôt légal. La politique d'association avec les organismes documentaires français concerne prioritairement :

  • La complémentarité des collections, notamment dans les disciplines incomplètement couvertes par la Bibliothèque nationale de France ;
  • L'aide financière apportée par la Bibliothèque nationale de France à ses pôles associés est affectée à l'acquisition de documents spécialisés étrangers de niveau recherche ;
  • Les documents acquis doivent être une référence nationale pour la recherche ;
  • Les établissements doivent traiter intellectuellement et matériellement des documents acquis qui seront signalés par l'intermédiaire du Catalogue Collectif de France ;
  • Ils doivent mettre ces ressources documentaires à disposition des chercheurs sur place et à distance (participation au prêt inter).


Les pôles associés de dépôt légal imprimeur[modifier | modifier le wikicode]

Les pôles associés de dépôt légal imprimeur ont pour mission de :

  • Collecter et conserver les exemplaires des documents déposés par les imprimeurs de chaque région ;
  • Signaler ces documents dans un catalogue informatisé et d’en permettre la consultation ;
  • Garantir la complétude d'une collection patrimoniale au niveau nationale en effectuant un contrôle croisé informatisé avec les données bibliographiques issues du dépôt légal éditeur.

Ils reçoivent en outre un exemplaire du dépôt légal éditeur des éditeurs implantés dans leur région. Ils peuvent être conduits à assurer dans certains cas (presse régionale, par exemple) la conservation partagée d'une collection de référence pour l’ensemble du territoire.


Quel avenir pour les CADIST dans les mutations en cours ?[modifier | modifier le wikicode]

Des interrogations traditionnelles[modifier | modifier le wikicode]

  • Une extrême sensibilité à l’évolution des coûts de la documentation recherche
  • Un risque d’appropriation de la dotation CADIST pour des objectifs propres à l’établissement
  • Une fonction de veille disciplinaire et de tête de réseau inégalement prise en compte selon les

bibliothèques CADIST.

L’émergence des ressources électroniques et d’un nouveau paysage[modifier | modifier le wikicode]

Les ressources électroniques :

  • apparition d’une autre logique que celle du stock
  • baisse légère mais continue du PEB
  • apparition de consortia, réseaux d’acquisitions partagées de ressources électroniques qui

augmentent fortement

  • les capacités d’accès des bibliothèques adhérentes

Deux éléments prégnants semblent devoir présider désormais à la structuration du paysage documentaire :

  • des établissements chefs de file ou tête de réseau du fait de leur richesse accumulée, de leur

capacité d’achat, de leur poids dans la recherche et de leur rôle éventuel dans l’archivage des données électroniques.

  • le développement d’un travail en réseau pour la veille documentaire, la négociation pour l’accès

aux ressources, le signalement et l’orientation (portails thématiques), la formation des usagers et la production d’outils de formation.

Vers la constitution de réseaux thématiques organisés autour de pôles forts[modifier | modifier le wikicode]

La constitution de ces réseaux est toutefois freinée par la coexistence de trois logiques en partie contradictoires :

  • la logique institutionnelle (les établissements)
  • la logique disciplinaire
  • la logique territoriale