Recherche:LENR/E-Cat

Une page de Wikiversité.
Aller à : navigation, rechercher
descriptif indisponible
Wikipédia possède un article à propos de « Catalyseur d'énergie de Rossi et Focardi ».

Le E-Cat, ou Catalyseur d'Énergie, est un appareil inventé en 2007 par l'inventeur Andrea Rossi, soutenu par le professeur Sergio Focardi. Cette nouvelle technologie d'extraction d'énergie, développée surtout par le Docteur Andréa Rossi, produit de la chaleur à partir de réactions de nickel et d'hydrogène, sans rayonnements dangereux ni déchets radioactifs, pour un coût très faible. Le développement de cette production industrielle est le plus avancé de ce domaine et quelques technologies concurrentes sont aussi en cours de développement.

Ces réactions sont encore largement incomprises de la science, mais la quantité d'énergie qu’elles produisent ne peut s'expliquer par la chimie et des tests montrent des transmutations atomiques. L'effet thermique a d’abord été observé en 1989 en milieu biologique, en atmosphère d'hydrogène sur du nickel. Les tests de 2013 et 2014, soutenus par l’académie royale et par l’industrie de l'énergie de Suède, confirment les tests précédents d'Andréa Rossi et diverses réplications. Aucune des hypothèses scientifiques proposées n'est confirmée en tant que théorie consensuelle.

Les revues scientifiques de références n'ont pas fait état des recherches de ce domaine depuis le 1er mai 1989.

Wikipedia présente aussi cette technologie.

Le E-Cat de Andréa Rossi et Industrial Heat[modifier | modifier le wikicode]

Industrial Heat, soutenu par Tom Darden PDG de Cherokee Investment [1], propose ces produits[2] :

  • Un générateur à usage domestique de 10 kW en attente d'une certification complète[3].
  • Une centrale industrielle de 1 MW composée de 107 générateurs de base[4]. En 2014, le premier exemplaire est livré et en cours d'adaptation aux besoins du client.
  • Un générateur à haute température en cours de développement, dit Hot-Cat, testé en 2013 et 2014[5].
  • Des versions dont l'énergie d'entrée est fournie par du gaz, et d'autres qui fournissent de l'électricité[3] sont aussi en cours de développement.

Selon une estimation de 2011, le coût de cette production d'énergie thermique serait de l’ordre de 0,3 cent/kWh, et pour l'électricité de l’ordre de 1 cent/kWh. L'investissement serait de l’ordre de 2 000 €/kW, pour un E-Cat de 10 kW d'une durée de vie de 20 ans[3].

En cas d'emballement du réacteur, un excès de production de chaleur réduirait l'efficacité de la réaction et tendrait à limiter cet excès. De plus, dans ce cas, le système de sécurité activerait le préchauffage auxiliaire pour renforcer cette limitation [6].

Selon Andrea Rossi en janvier 2015, la densité de puissance du E-Cat est de 10 kW/L et l'investissement serait de 100 $/kW [7].

Le site internet officiel d'Andrea Rossi pour les E-Cat industriels et domestiques[8] est maintenu par Hydro Fusion Ltd qui devrait commercialiser des E-Cat à partir de son bureau en Suède[9].

Andrea A. Rossi, inventeur et homme d'affaires, a écrit en janvier 2011 : « Dans ce domaine, la phase de la compétition dans le domaine des théories, des hypothèses et des conjectures est terminée. La concurrence est face au marché. »[10].

Le réacteur testé en 2014 était un tube en alumine de 20 cm de long et 2 cm de diamètre, étanche, maintenu par 2 embouts.
Le réactif était 1 gramme de poudre nanométrique, surtout de nickel et d'un catalyseur.
Il était dans un plus petit tube scellé dans le réacteur par de la poudre d'alumine.
Des résistances électriques chauffent le réactif au démarrage et régulent ensuite la température vers 1400 °C[11].

La demande de brevet de 2009 [12] est en cours de correction [13].

Une autre demande de brevet du 26 avril 2014 est basée sur des tests non publiés et l'entreprise Industrial Heat qui emploie Andréa Rossi comme conseillé technique y est mentionnée. [14], [15].

Le brevet de 2008 du E-cat n'est accordé qu'en Italie [16] et, au niveau international, les brevets ne sont pas encore accordés.

Tant qu'un brevet n’est pas accordé au niveau international, Rossi ne peut pas divulguer ses secrets de fabrication, même lors de tests aussi indépendants que possible[17]. Comme l'indique le rapport, lors de ce test, commencé le 24 février 2014, c’est Andréa Rossi lui-même qui a chargé le réactif, démarré, arrêté et déchargé le réacteur pour que le test se déroule selon la demande des testeurs, pour l'adapter à une charge exceptionnellement faible de 1 gramme de réactif, et pour éviter le risque de faire fondre le réacteur à cause d'une température excessive. Ce test n'est donc pas indépendant sur ce point. Mais tout le reste a été indépendant de Rossi. Les informations connues en 2014 à partir de ce test permettent de tenter des réplications.

Selon PR Newswire, plateforme multimedia mondiale au service des entreprises, l'entreprise Industrial Heat LLC, a annoncé qu'elle a acquis en janvier 2014 les droits de la technologie de réaction nucléaire à basse énergie de l'italien Andrea Rossi (LENR), le catalyseur d'énergie (E-Cat). «Un des principaux objectifs de l'entreprise est de rendre la technologie largement disponible, en raison de son impact potentiel sur les émissions de pollution de l'air et de dioxyde de carbone provenant des combustibles fossiles et de la biomasse.»[18].

Test scientifique en 2014[modifier | modifier le wikicode]

Le rapport du test de 2014 a été publié :

  • par Sifferkoll, une base de données alternative suédoise[19] ;
  • puis par Elforsk[11] ;
  • puis par l'AMS Acta de l'Université de Bologne[20].

Mais les revues et les bases de données de références ne l'ont pas accepté, même ArXiv qui avait accepté le rapport de 2013.

Pour mieux observer le réacteur, les testeurs ont choisi une approche scientifique et non industrielle. Le réacteur n’est pas placé dans un flux d'eau qui emporte bien la chaleur, mais dans l'air ambiant qui l'isole, ce qui empêche de l’utiliser à sa puissance nominale et à son COP optimal, car il fondrait. C'est pourquoi les chercheurs le nomment «pseudo réacteur»[21], [5].

Le test s'est déroulé à Barbengo près de Lugano, en Suisse, dans un laboratoire mis à disposition par l'Officine Ghidoni [22].

Cette expérimentation de 32 jours, par cinq scientifiques de haut niveau, a été financée en partie par l'Académie Royale Suédoise des Sciences, qui nomme des lauréats dans certaines catégories du Prix Nobel[5].

Elforsk[23],[24] :

  • est l'organisation nationale de l’industrie suédoise de l'énergie électrique.
  • s'intéresse au E-Cat de Rossi et affirme que le E-Cat produit assez de chaleur.
  • a financé en partie les tests de 2013 pour analyser si le E-Cat émet de la chaleur.
  • a financé en partie le test de 2014 pour :
  • déterminer les processus qui peuvent causer la production de chaleur,
  • déterminer comment la variation de différents paramètres peut l'influencer,
  • analyser les possibles dangers ou autres effets indésirables.
  • prévoit d'analyser l'importance du processus pour l'avenir [de la production] de la chaleur et de électricité.
  • soutient la recherche dans ce domaine auprès de l'ONU.

Mode opératoire du test[modifier | modifier le wikicode]

Déroulement[11] :

  • Le réacteur de 2014 est un tube en alumine de 20 cm de long et 2 cm de diamètre maintenu par 2 embouts.
  • Le réactif est constitué de 1 gramme de poudre nanométrique, surtout du nickel et un catalyseur.
  • Les chercheurs analysent le réactif, comme combustible.
  • Ils placent le réactif dans un petit tube et le scellent dans le réacteur avec de la poudre d'alumine.
  • Puis ils le mettent en marche et règlent le réacteur pour l'adapter à 1 gramme de charge, aux besoins des tests et à une température qui évite de faire fondre le réacteur.
  • En fonctionnement, des résistances électriques chauffent le réactif au démarrage et régulent ensuite le fonctionnement.
  • Puis ils observent le réacteur maintenu vers 1400 °C pendant 32 jours.
  • Puis ils extraient le réactif et l'analysent comme «cendre».

Analyses réalisées avant et après le fonctionnement[11] :

  • Les analyses commencent par une microscopie électronique à balayage (MEB) pour étudier la morphologie de surface de la poudre du combustible.
  • Techniques de caractérisation de surface: SEM / EDS, TOF-SIMS
  • Les méthodes d'analyse employées étaient la photoélectronique aux rayons X, la spectroscopie (XPS), la dispersion spectroscopique des rayons X (EDS), la spectrométrie de masse à ionisation secondaire (SIMS), la spectrométrie de masse par plasma à couplage inductif (ICP-MS) et la spectroscopie d'émission atomique (ICP-AES).
  • Le rapport complet de ces analyses est présenté en détail dans les annexes 3 et 4.

Résultats énergétiques et nucléaires[modifier | modifier le wikicode]

Le réacteur a été utilisé[11],[25],[26] :

  • pendant 10 jours, à 1260 °C, avec un COP (Coefficient de Performance) net de 3.2 en moyenne.
  • puis pendant 22 jours, à 1400 °C, avec un COP net de 3.6 en moyenne.
  • L'énergie nette totale obtenue au cours des 32 jours de fonctionnement a été d'environ 1.5 MWh (1.5 millions de watt heures).
  • Les réactions nucléaires ont produit environ un million de fois plus d'énergie que des réactions chimiques.

Résultats nucléaires :

  • Les réactions nucléaires ont transmuté du nickel, surtout des isotopes 58Ni et 60Ni par étapes vers 62Ni, et du lithium surtout du 7Li vers 6Li, ce qui confirme l'origine nucléaire de l'énergie produite.
  • Le réacteur a produit 1.5 MWh à partir d'un gramme de nickel, ce qui n'est possible par aucune réaction chimique.

Le Dr. Brian Josephson, prix Nobel de physique, écrit que ce test lui semble être l'événement le plus important de l'année 2014, mais que la revue Nature ne le publiera probablement pas, ce qui soulève un débat parmi les participants à la revue Nature [27],[28].

Le Dr. Michael McKrube associe cette expérimentation au domaine des CMNS, science nucléaire dans la matière condensée. Sa critique de ce test ne remet pas en cause le remarquable résultat mais signale l'absence d'étalonnage des mesures thermiques compliquées à une source simple, le manque de caractérisation des courants fournis au réacteur par le circuit de contrôle, l'absence d'une mesure indépendante de la température interne du réacteur, et surtout le chargement et le déchargement en réactif par Rossi lui-même ce qui pourrait diminuer la crédibilité du test[29]

Reasearch and development[modifier | modifier le wikicode]

In 1989, the Dr. Francesco Piantelli, italian biophysicist, observed excess heat generation by gangliosides on nickel in a hydrogen atmosphere[30]. This experiment was designed to study the cells of the brain deprived of oxygen. The experiment consisted of a nickel rod electrodes, brain cells, hydrogen and stimulations. To instantly freeze the state of a cell of the brain dying on its nickel substrate, the sample was dipped in liquid helium at -269 °C, about 4 K, the coldest fluid known to men. However, on August 16th 1989 the sample was not frozen, he kept boiling to evaporate liquid helium, this small fragment nickel resisted 250W of cryogenic cooling and stayed hot, this phenomenon had no precedent.

Recherches et développements[modifier | modifier le wikicode]

En 1989, le Dr. Francesco Piantelli, biophysicien italien, a observé un dégagement de chaleur excessif par des gangliosides en atmosphère d'hydrogène sur du nickel [30]. Cette expérience était conçue pour étudier des cellules du cerveau privées d'oxygène. L'expérimentation comportait une tige de nickel, des électrodes, des cellules de cerveau, de l'hydrogène et des stimulations. Afin de geler instantanément l'état d'une cellule du cerveau mourante sur son substrat de Nickel, l'échantillon était trempé dans de l'hélium liquide à -269 °C, environ 4 K, le fluide le plus froid connu de l'homme. Cependant, le 16 août 1989, l'échantillon n'a pas gelé, il ne cessait d'évaporer l'hélium liquide bouillant, ce petit fragment de nickel a résisté aux 250W du refroidissement cryogénique et est resté chaud, ce phénomène n'avait pas de précédent[31].

« En 2007, Rossi a contacté le professeur émérite de physique Sergio Focardi de l'Université de Bologne avec une proposition intrigante : «Je vais vous donner une récompense [Rossi n'a jamais divulgué le montant] si vous pouvez me montrer que ce que j’ai fait est mal et ne fonctionne pas". Le Prof. Focardi a accepté le défi. Il a mis l'appareil à l'épreuve dans son propre laboratoire, mesurant avec soin l'énergie entrante et l'énergie sortante. Il n'a pu trouver aucune faille. » [32]an intriguing proposition...no flaw.

De 2011 à 2014, le Dr. Andrea Rossi a testé publiquement ou laissé tester sa technologie 9 fois pendant son développement :

  • Le 14 janvier 2011, un E-Cat avec un réacteur en forme de boule, a produit 15 kW maximum avec une puissance d'entrée de 400 W pendant 1 h 19[10],[33],[34],[35].
  • Le 10 février 2011, un E-Cat a produit 15 kW pendant 18 h 20[6].
  • Le 29 mars 2011, un E-Cat a produit 25 kWh en 5 h 45[36].
  • Le 6 octobre 2011, un réacteur plat a consommé 115 W et a produit 3 kW pendant 3 heures[37].
  • Le 29 octobre 2011, une centrale génératrice thermique de 1 MW nominal faite de 107 E-Cat a été testée pour un client inconnu. Elle a consommé une énergie électrique de 66 kWh pendant les 2 heures de montée en température puis pour le fonctionnement des pompes et des ventilateurs. A la demande du client, cette centrale a fonctionné pendant 5 h 30 en mode auto-entretenu, sans aucune alimentation des réacteurs. Pendant ces 5h30, elle a produit 2 635 kWh thermiques. Le COP global a été de 2 635 kWh / 66 kWh, soit 40 environ, d'énergie électrique vers énergie thermique. La puissance moyenne produite a été de 467 kW[38],[4],[35]. Un E-Cat en mode auto-entretenu de COP 40 associé à un convertisseur à cyle de Carnot de rendement 1/3 pourrait fournir de l'énergie électrique en permanence et n'en consommer que 3/40 ème, sans recevoir aucune énergie.
  • Le 7 août 2012, un réacteur en gros tube a produit une puissance moyenne nette de 2.1 kW pendant 5h48 entre 800C et 1200C[39],[40].
  • En décember 2012, un réacteur E-Cat HT a produit une énergie thermique nette de 160 kWh, en consommant 35 kWh électrique, la densité de puissance a été d'environ 7 kW/kg et la densité d'énergie thermique d'environ 680 kWh/kg[41],[42],[35],[43].
  • En mars 2013, un réacteur E-Cat HT2 a produit une énergie thermique nette de 62 kWh en consommant 33 kWh électrique. La densité de puissace a été de 530 kWh/kg et la densité d'énergie thermique d'environ 61 Mh/kg[41],[42],[35].
  • Avant le test, pendant 6 heures le E-Cat sans poudre de nickel n'a produit aucune chaleur "exédentaire"[41].
  • Pendant ce test, le E-Cat a été alimenté par des cycles de 440 S tous identiques composés d'une impulsion de 810 Watt pendant environ 150 S, puis non alimenté pendant le reste du cycle. Les chercheurs notent dans le rapport que la courbe de température résultante ne correspond pas à un amortissement. « Le dispositif accélère la montée en température, et maintient la température plus élevée pendant la phase de refroidissement ».
  • La demande de brevet du 26 avril 2014 est basée sur un test non publié de 18 réacteurs Hot-Cat alimentés par un seul générateur de 300 kW. Le COP minimum a été de 5,0. Le COP maximum de 11,07 a été mesurée par calorimétrie de l'eau. Afin d’être conservateur, de ne pas surévaluer les résultats, l'énergie de chauffage de vapeur n'a pas été prise en compte. Figure 9 : le COP serait le même quelle que soit l'énergie électrique comsommée par le E-Cat. Le COP global du test serait de 10,7[14],[44],[45].
  • En mars 2014 un réacteur en petit tube a produit 1.5 MWh à partir d'un gramme de nickel, pendant 10 jours avec un COP de 3.2, puis pendant 22 jours avec un COP de 3.6[11],[46],[47].

Réplications de Francesco Celani[modifier | modifier le wikicode]

  • En avril 2012, un test avec un fil de constantan commercial (Cu 55, Ni 44, Mn 1) et du H2 à 7 bar et à 300 °C, a produit un excès de chaleur de 60 kJ en 8 H environ. «l'alliage Cu-Ni, de nano-taille pourrait être un candidat simple et peu coûteux pour une «nouvelle» production d'énergie»[48],[49]
  • En juillet 2012, un fil de constantan à surface modifiée, chauffé par une puissance constante de 48 W a produit une puissance excédentaire de 25 W maximum, soit un COP de 1.52. «L'intérêt pour le nickel vient en partie de la possibilité d’utiliser l'hydrogène au lieu du coûteux deutérium. Les rapports de F. Piantelli (depuis 1992), G. Miley (vers 1995), M. Patterson, F. Celani (depuis 2010) et surtout les revendications de A. Rossi puis de Defkalion Company pourraient être approfondis»[50].
  • En août 2012, ce test, comme les précédents utilise un fil de 1 m de long fait de 200 à 700 couches de nanomatériaux. Le réacteur a fonctionné 55 heures et a fourni un excès de chaleur d'au maximum 22 W pendant son fonctionnement dans l'exposition National Instrument[51].
  • En décembre 2012, le test utilise un fil court de 20 cm, avec seulement 2 couches de nanomatériaux et produit un excès de chaleur de 1.16 Watts à 350 °C[52].

Martin Fleischmann Memorial Project[modifier | modifier le wikicode]

Le MFMP se propose de répliquer le E-Cat 2014, sous le nom de «Project Dog Bone» [53],[45]. La construction du pseudo réacteur et de son banc de test est en cours en 2014 [54].

Le MFMP, Martin Fleischmann Memorial Project en anglais, est le nom public de Quantum Heat, une société de communauté d'intérêt, à but non lucratif, composée de spécialistes de la science, de la fabrication, de la technologie et des communications [55] :

  • Notre objectif est de valider la science des LENR et de promouvoir des réplications répandues, standardisés, par des institutions réputées de recherche à travers le monde. Nous croyons qu'une fois prouvé, le financement de la recherche et des capitaux privés iront sur le terrain et donneront lieu à des produits améliorés étonnants, sauvegardant et développant la vie.
  • Notre plan est de surmonter l'obstacle de la partialité institutionnelle contre ce type de phénomène. Nous visons à rendre l’ensemble du processus, de l'appareil et des procédures, transparents et aussi faciles à comprendre que possible. Le MFMP est pour le peuple et par le peuple. Nous sommes transparents sur le plan, les dessins, le processus, les données et les résultats. Toutes nos données de recherche seront publiés en direct sur le web pour que tout le monde puisse les voir.

Energy Research Institute de Suède[modifier | modifier le wikicode]

En 2014, après le test du E-Cat, des industriels de l’énergie en Suède s'associent pour soutenir la recherche par le financement participatif et pour mieux organiser la synergie de développement de ces énergies. Cette nouvelle association, Energy Research Institute, Institut de Recherche sur l'Énergie, a le même PDG Magnus Olofsson que l'association ElForsk des industriels suédois de l'électricité. Cet ERI appartient à l'énergie de la Suède, au District suédois Association du chauffage, au réseau électrique de Suède et à Energigas Swedegas. Forest Industries et Suédoise de l'Énergie Éolienne ont une option de propriété. La création du ERI a été précédée de plusieurs années de discussion. De cette prise de conscience a émergé qu'une société de recherche conjointe face à un avenir difficile. Les réseaux de recherches d'entreprises concernés comptent environ 1200 experts principaux compétents. Le ERI aura des activités sur deux sites, Stockholm et Malmö, et emploiera environ 20 personnes à partir de janvier 2015. [56],[57].

Alexander G. Parkhomov[modifier | modifier le wikicode]

Le 25 décembre 2014, le physicien russe Alexander G. Parkhomov, de l'Université Populaire Amitié à Moscou, et de l'Université d'État Lomonosov à Moscou, a réalisé une imitation du Hot Cat de Andrea Rossi testé en 2014 à Lugano, et déclare qu’il trouve que son dispositif peut produire plus d'énergie qu’il n'en consomme, avec un COP| maximum de 2,58. Dans le tube il y a 1 g de poudre de Ni + 10% Li [Al H4]. Il a fonctionné surtout à deux régimes différents autour de 1150 °C puis autour de 1250 °C. En fin d'essai il a fonctionné 8 minutes à 1150 °C sans alimentation, puis s'est arrêté brusquement. Un compteur Geiger n'a pas mesuré d'élévation de la radioactivité ambiante. [58],[59],[60],[61]. Parkhomov a aussi analysé la granularité de sa poudre de nickel [62]. La quantité d'eau apportée puis évaporée permet de calculer la chaleur produite. Pour une énergie produite double de l'énergie fournie, un COP de 2, la précision sur ce COP est de 10%, c’est la même méthode que cette utilisée par Rossi en 2011 et 2012 [63]. Parkhomov a installé son expérimentation à son domicile [64].

Selon une synthèse de l’Université de l'Illinois, en févier 2015, « Le principal obstacle au développement d'une réalisation pratique est d'empêcher les nanoparticules chaudes de surchauffer et de fritter ensemble, limitant le temps de fonctionnement. »[65].

Réplications diverses[modifier | modifier le wikicode]

En 2012, la Commission Européenne pour la recherche et l'innovation prend en compte les LENR et recommande « d'inclure les LENR dans la recherche sur les matériaux car elles ont le potentiel d'une future technologie de l'énergie illimitée et durable »[66].

En 2013, selon la NASA : « Les LENR offrent un neutron lent à un élément. Les chercheurs de la NASA travaillent avec du nickel ». « Les chercheurs de la NASA se sont penchés sur la théorie de Widom-Larsen publié en 2006 par le physicien Allan Widom de Boston et le physicien Lewis Larsen de Chicago ». « "Il y a la capacité démontrée à produire des quantités excessives d'énergie, proprement, sans rayonnements ionisants dangereux, sans production de déchets nuisibles", dit Joseph Zawodny, chercheur senior du Langley Research Center de la NASA »[67].,[68]

Ces réplications ne concernent pas seulement la technologie du E-Cat, mais aussi de ses concurrents.

Charles G. Beaudette, un directeur de l'ingénierie formé au MIT[69], rapporte de façon très détaillée l'histoire de la fusion froide et de nombreuses confirmations des travaux de 1989 à 2002, et de leurs critiques. Il analyse les revendications initiales de mars 1989, les erreurs de protocole de Fleischmann et Pons, les études sur le palladium et sur le nickel, les validations par des laboratoires indépendants, la place de 65 expériences ratées parmi plus de 1000 [70]p 13/43, deux crises, le conflit entre les données et la théorie standard, les caractéristiques des scientifiques sceptiques et leurs erreurs de méthodes [70]p 17/47. En 4 parties : puissance anormale, critiques, validations, produits nucléaires des réactions nucléaires à faible consommation d'énergie. Beaudette rapporte heure par heure les événements clés du 1er et du 2 mai 1989 dont les quatre conférences de "manipulation de la presse" selon Beaudette, à partir de la page 77/107. La chronologie de ces 2 jours est page 363/393[71]. Il termine son ouvrage page 354/384 par ces mots : « On ne peut que se demander pourquoi la découverte semble être ainsi punie. » [70]p 77/107[70]. En 2014, selon McKubre du SRI International, « la preuve d'une source de chaleur au niveau nucléaire associée aux produits nucléaires est écrasante pour tous ceux qui l'ont étudiée. Le FPHE, Effet de Chaleur de Fleischmann et Pons, est réel. » Bref historique des réplications du SRI International ([72] p 17) :

1. 1989-1991 : Effet de Chaleur de Fleischmann et Pons.
2. 1992 : Activation Gamma de Kevin Wolf.
3. 1993 : Effet de Chaleur de nickel et d'eau naturelle.
4. 1993-1996 : Correlation de chaleur et d'hélium 4 de Mel Miles.
5. 1995 : Excès de Chaleur d'eau "légère" de Patterson.
6. 1996-1998 : Chaleur et hélium 4 de Les Case.
7. 1997-1998 : Chaleur et hélium 3 de Arata-Zhang “DS” Cathodes.
8. 2003-2011 : Excès de Chaleur de SuperVague énergétique et hydrogène 3.
9. 2012-2014 : Excès de Chaleur de Brillouin.

Utilisations[modifier | modifier le wikicode]

«Et la Chine...a commencé la production sous licence...à Baoding Chine, qui produit probablement ces objets (Hot-Cat)» [28]

En 2014, le gouvernement indien déclare souhaiter utiliser des E-Cat : «Un tel générateur LENR situé dans chaque village et alimentant au niveau du village un micro-réseau local peut faire des merveilles», dit Mahadevan Srinivasan, Directeur de la recherche sur la fusion froide au BARC, on pourrait même ajouter des tracteurs alimentés par la source LENR à l'avenir[73]..

Les ressources de la Norvège dépendent beaucoup de l'extraction pétrolière en Mer du Nord et pourraient baisser si la production d'énergie évolue et se base de plus en plus sur les LENR / CMNS. Des chercheurs commencent à se demander comment s'adapter à cette transition énergétique. Les voies possibles pourraient être d'investir dans au moins un projet de recherche actif et productif et de former des jeunes à devenir les leaders de demain de technologies d'avenir[74].

En févier 2015, lors de la conférence NETS 2015 organisée par l’ANS et l'ANSTD, l’Université de l'Illinois a exposé l'état des recherches sur l’utilisation des LENR pour la propulsion spatiale. « Au cours de la dernière décennie, d’importants travaux expérimentaux et théoriques ont été réalisés dans le monde entier pour étudier les phénomènes LENR de base et en comprendre la physique sous-jacente. » « Lors de la dernière conférence internationale sur le sujet, à l’Université du Missouri, plusieurs sociétés ont annoncé des progrès sur des unités, à base de nano-particules de nickel chargé de gaz, conçues pour des installations d'une taille du MW. » « Les produits résultants de petits groupes sont principalement orientés vers des produits stables ou quasi-stables, évitant une radioactivité significative ou des problèmes de déchets nucléaires. » « Une telle source d'alimentation permet un avantage considérable de densité d'énergie. » « Le principal obstacle au développement d'une réalisation pratique est d'empêcher les nanoparticules chaudes de surchauffer et de fritter ensemble, limitant le temps de fonctionnement. »[65].

Concurrence[modifier | modifier le wikicode]

Concurrents engagés dans une démonstration pratique en 2014, selon McKubre du SRI International[72] :

Black Light Power (USA) - soutenu ~ 80M, on sait peu de choses sur eux. Fusion froide ou non ?
Piantelli (Italie) - visité en 2012, a confirmé les résultats, travaille toujours sur la science.
Rossi (Italie et USA) - a vendu, est acheté et vérifié ? Rapport examiné en octobre.
Defkalion (Grèce, Italie et Canada) - essaimage de Rossi, produit véritable ?
Brillouin Energy’s (USA) - travaille avec SRI International.

BlackLight Power[modifier | modifier le wikicode]

BlackLight Power a développé, une source non polluante d'énergie basée sur une forme inconnue d'hydrogène appelée "hydrino" qui libère en se formant deux cents fois plus d'énergie que la combustion chimique de l'hydrogène. Le Dr Randell Mills a trouvé un moyen d’utiliser la vapeur d'eau ambiante pour produire de l'électricité très économique.

Plusieurs scientifiques de six universités de recherche et de la société Fortune 500 ont fourni des études de validation réussies pour la cellule BlackLight Power CIHT. Le "carburant" est l'hydrogène de l'eau ou de la vapeur ambiante qui peut servir de source. La découverte est utilisable pour n’importe quel besoin de puissance électrique, sans pollution. Le générateur tient dans un cube de 30 cm de coté. Ainsi équipée, une voiture peut parcourir 2000 km à partir d'un litre d'eau [75],[76].

Ce générateur est basé sur l'hypothèse dite de l' hydrino, que le Dr. Randell L. Mills nomme « Grand Unified Theory of Classical Physics ». Dans cette hypothèse, la charge électrique de chacun des électrons qui entourent l'atome est répartie sur une « orbitsphère », une surface arrondie différente pour chaque électron[77]. Un logiciel, Millsian 2.0, réalise les calculs d'énergie de liaison et de formation des particules, atomes et molécules [78].

STMicroelectronics LENR[modifier | modifier le wikicode]

STMicroelectronics a répliqué en 2012 une expérimentation de Celani avec du fil de constantan. Le résultat est un excès de chaleur sans émission de rayons gamma, pour des températures de fonctionnement de 150 C à 250 C [79].

STMicroelectronics a demandé un brevet en 2013, « où l'énergie développée "ne peut que dériver" des interactions au niveau nucléaire » de l'hydrogène ou de ses isotopes à la surface des métaux de transition. Ce brevet utilise directement les expressions "réaction nucléaire LENR" et "fusion nucléaire froide" [80].

Hypothèses[modifier | modifier le wikicode]

En 2000, la théorie du Modèle Standard, décrit et prédit de nombreux phénomènes mais présente des lacunes ou certaines contradictions par rapport aux expérimentations[81] :

  • La physique quantique est incompatible avec la relativité générale.
  • La structure des noyaux atomiques est inconnue.
  • Les transmutations biologiques sont prouvées depuis 1975, mais ne sont ni étudiées, ni utilisées.
  • La formation de certains éléments chimiques dans les étoiles est inexpliquée.
  • La plus grande partie de la masse et de l'énergie sont de nature inconnue.
  • La barrière de Coulomb est étudiée seulement dans le vide.
  • Les tenants de cette théorie continuent d'exiger des rayonnements détectables pour preuve des transmutations alors que les interactions faibles à neutrinos sont connues depuis 1956[82],[83].

Quelques théoriciens ont proposé des hypothèses pour expliquer le fonctionnement du E-Cat, et éventuellement de la «fusion froide». Mais en 2014, il n'y a pas encore de théorie confirmée dans ce domaine scientifique :

  • En 1975 Louis Kervran écrit : «pour éviter toute confusion d'écriture j’ai adopté le signe :=: qui montre que ce n’est pas de la chimie, ni de la physique classique». «hypothèses de travail» : «le bilan des masses est rétabli grâce à une particule suffisamment répandue dans la Nature pour que son absorption et/ou émission passe (couramment) inaperçue». «interactions faibles...et cependant la probabilité de transition reste assez élevée pour que les transmutations se produisent avec une bonne fréquence statistique». Louis Kervran expose des preuves de transmutations en biologie, en géologie et physique[84] p 268[85],
  • En 1975, Olivier Costa de Beauregard a proposé l'hypothèse de réactions avec des neutrinos pour expliquer les transmutations biologiques nucléaires sans rayonnements détectables [84]Note finale p 285 à 298,[86]. Cette hypothèse est reprise dans des hypothèses plus récentes.
  • En 2011, le Pr. Christos Stremmenos a proposé l'hypothèse que des effets de diffusion de l'hydrogène dans la bande de Fermi à la surface du nickel, des résonnances, des effets de masquage de protons par des electrons, combinés à la brièveté des réactions nucléaires (10-20 S), permettent des sauts quantiques rares mais suffisants pour expliquer les réactions H/Ni[87].
  • En 2011, Wladimir Guglinski a proposé l'hypothèse QRT, Quantum Ring Theory, pour introduire une accélération centripète nécessaire au moment du transfert d'énergie d'un électron changeant d'orbitale vers le photon émis. Cela remettrait en cause une partie de la conception quantique du Modèle Standard[88],[89].

Nano-magnétisme[modifier | modifier le wikicode]

Le phénomène de nano-magnétisme a été reproduit par Yashiaki Arata, puis par Brian Ahern, puis par Akito Takahashi. « Brian Ahern est allé plus loin pour étudier le travail de Piantelli, qui est considéré comme la référence des produits énergétiques de Defkalion et celle de Andrea Rossi E-Cat. George Miley et son équipe de l'Université de l'Illinois à Urbana-Champaign sur leur recherche de nano-technologie, et a réussi en octobre 2011. » « Ce phénomène scientifique pourrait probablement nier l'hypothèse que Andrea Rossi E-Cat défie la loi de la physique ; fournissant ainsi un cadre scientifique solide pour l'invention de Rossi. Ahern a fait une déclaration audacieuse en disant: "Je crois que tous les LENR sont juste une nouvelle et imprévue forme de nanomagnétisme." » [90], [91].

Lewis Larsen et Allan Widom[modifier | modifier le wikicode]

En 2006, Lewis Larsen et Allan Widom présentent une hypothèse de transmutation en quatre étapes pour les réactions LENR. Lewis Larsen envisage une mer d'électrons polarisés à la surface des masses métalliques et formant un plasma. L'hypothèse comporte quatre étapes[68] :

  • 1 : Des champs électromagnétiques formeraient des électrons lourds dans le plasma d'électrons, en surface des hydrures métalliques.
  • 2 : Les électrons peuvent alors fusionner avec des protons de l'hydrogène, former des neutrons, et l'énergie en excès est emportée par des neutrinos.
  • 3 : Un neutron peut être capturé par un noyau métallique proche qui produit soit un isotope stable soit un isotope instable.
  • 4 : Si le noyau formé est instable, un de ses neutrons se décompose en un proton, un électron énergétique et un anti-neutrino électronique. L'électron énergétique provoque une décomposition béta.

En 2013, Einar Tennfors réfuterait cette hypothèse, l’augmentation d'énergie des électrons serait trop faible pour pouvoir produire des neutrons.

Hypothèse de réduction de la barrière de Coulomb[modifier | modifier le wikicode]

En 2012, Valdimir Vysotskii développe l'étude de la probabilité de transparence de la barrière de Coulomb dans les cristaux et les milieux biologiques, qui augmenterait de 1050 à 10100. Selon lui, cette hypothèse expliquerait les transmutations dans le E-Cat, et dans les systèmes biologiques en croissance[92],[93]. Cette hypothèse étendrait aussi le Modèle Standard à la fusion froide sans contradiction.

Hypothèse Hydrino[modifier | modifier le wikicode]

Selon l'hypothèse Grand Unified Theory of Classical Physics du Dr. Randell L. Mills, dite aussi du hydrino, les résonnances des électrons autour du noyau de l'atome répartissent la charge des électrons sur la surface des orbitsphères[94].

Et d’autre part, dans certains cas, ces surfaces électroniques peuvent être de dimensions multiples ou sous-multiples de leur dimension dans l'état standard, d'où le nom de l'hydrino, "petit hydrogène" en italien.

Selon le Dr. Randell L. Mills, à propos du mystère central de la mécanique quantique : « La distribution de la dynamique du photon s'imprime sur celle des électrons, plutôt que l'incertitude de position et d'impulsion ne s'accordent au principe d'incertitude » [94]p.124.

Un logiciel, Millsian 2.1 en 2012, réalise les calculs d'énergie de liaison et de formation des atomes et molécules, y compris les protéines, l'ADN et la biodisponibilité de molécules médicamenteuses. Il est utilisé par quelques milliers d'entreprises et universités[95].

Le modèle de l' hydrino permet quelques résultats :

  • Le calcul des rapports de masses entre le neutron, l'électron, le muon et le tauon, selon une constante α unique et sans dimension.
  • Le calcul de raies spectrales hyper-fines de divers états transitoires de l'hydrogène (1/2, 1/3, 1/4).
  • Le calcul des énergies de formations des nuages électroniques des atomes à l'état fondamental, ou excités, et dans tous leurs états multiples et sous-multiples. Le calcul des énergies de formations d'une série de molécules organiques, correspondant à 0,1 % prés aux évaluations expérimentales, alors que l'évaluation par un modèle classique (Spartan Hartree-Fock 6-31G) est très peu prédictive[96].

Ce modèle est relié au E-Cat de plusieurs façons :

  • BlackLight Power est concurent du E-Cat sur le marché de l'énergie.
  • Une hypothèse qui réinterprète l'effet quantique, qui permet de lier les masses des particules et de calculer les énergies de liaisons impacte potentiellement toute la physique et les phénomènes dits de fusion froide.
  • Les hydrinos de BlackLight Power et les transmutations de noyaux atomiques, ont en commun des effets quantiques très énergétiques, même s'ils sont différents.
  • En 2014, l'incertitude sur les hypothèses dites de fusion froide ne permettent pas de décider si l' hydrino en fait partie ou non.

Hypothèse BSM-SG[modifier | modifier le wikicode]

En 2013, Le Dr. Stoyan Sarg propose l'hypothèse BSM-SG, «Structures élémentaires de la matière - Théorie Unifiée de Supergravitation»[97] :

  • un nouveau point de vue en utilisant dérivé structures tridimensionnelles des noyaux atomiques.
  • Pour une explication de l'énergie nucléaire, une hypothèse d'un champ micro-courbure autour du noyau extrêmement dense est suggéré.
  • considérations pratiques pour la modification de la barrière de Coulomb.
  • la possibilité d'une autre réaction de fusion à froid est prévu en raison d'une similitude entre les structures nucléaires de Ni et Cr.

Conception atomique de la BSM-SG :

  • A l'échelle macroscopique, les forces de Super Gravitation se propagent à travers le treillis cosmique

et se manifestent comme une gravité newtonienne.

  • Toutes les particules élémentaires possèdent des structures hélicoïdales.
  • Le proton et le neutron possèdent une seule et même structure superdense.
  • Le proton est un tore torsadée. Alors que le neutron est plié en deux.
  • La charge du neutron est verrouillé dans le champ proche par les forces de Super Gravitation nucléaires et non détectable.
  • Les structures des noyaux sont définies et spécifiques à cette théorie.

Selon la BSM-SG :

  • Les progrès dans le domaine de la fusion froide et le succès récent de la réaction du nickel et de l'hydrogène exothermique, dans lequel la libération de l'énergie ne peut pas être expliqué par un procédé chimique, ont besoin d'une meilleure compréhension des réactions nucléaires et, plus particulièrement, la possibilité de modification de la barrière de Coulomb.
  • La compréhension théorique actuelle basée sur la haute température de fusion ne propose pas une explication pour la fusion froide ou LENR.
  • Le traité "Structures élémentaires de la matière - Supergravitation théorie unifiée", basé sur un concept alternatif du vide physique, fournit une explication à partir d'un nouveau point de vue en utilisant des structures tridimensionnelles dérivées des noyaux atomiques.
  • Pour une explication de l'énergie nucléaire, une hypothèse d'un champ à micro-courbure autour d'un noyau extrêmement dense est suggéré.
  • La nouvelle approche théorique de l'analyse de certaines expériences de fusion froide avec succès a donné lieu à des considérations pratiques pour la modification de la barrière de Coulomb.
  • Une possibilité d'une autre réaction de fusion à froid est prévu en raison d'une similitude entre les structures nucléaires de Ni et Cr.

Controverses[modifier | modifier le wikicode]

Il y a 2 controverses sur la fusion froide :

  • La fusion froide est-elle possible et confirmée ?
  • Ce domaine existe depuis 1989 où deux découvertes de chaleur "excédentaire" (par rapport à la chimie) ont été constatées par Fleischmann et Pons d’une part selon la synthèse de Beaudette[70], et par Francesco Piantelli pour la réaction du Nickel et de l'Hydrogène[30].
  • Les chercheurs se réunissent quasi annuellement en conférences internationales[98].
  • Et quelques industrialisations sont en développement (voir ci-dessus) en 2014 selon McKubre[72],[99],[65].
  • Les revues scientifiques de références n'ont pas fait état des recherches de ce domaine depuis 1989. Est-ce normal alors que de nombreuses expérimentations ont été confirmées selon les chercheurs de ce domaine ?
  • Charles G. Beaudette rapporte l'histoire de la fusion froide de 1989 à 2002 (voir ci-dessus) et conclut « On ne peut que se demander pourquoi la découverte semble être ainsi punie.»[70]
  • En 2010, La Recherche a exposé ce problème et écrit « Pendant que Maddox excommuniait, le président de Toyota flairait une bonne affaire, et décidait, en 1991, d'investir 30 millions de dollars »[100],[55].
  • Une des raisons de la non représentation de la fusion froide dans les revues pourrait être d'origine militaire[100] ,[101].
  • Selon le rapport de test du E-Cat de 2014 et selon The Huffington Post : « Comme les auteurs du rapport de Lugano l'ont déploré, "Il est certainement le plus insatisfaisant que ces résultats n'aient jusqu'à présent aucune explication théorique convaincante," cependant ils affirment que "les résultats expérimentaux ne peuvent pas être rejetés ou ignorés seulement à cause du manque de compréhension théorique." »[45].
  • En l'absence de publication dans les revues de référence, les chercheurs de ce domaine ont créé leurs propres sites de publications et leurs propres rencontres et congrès internationaux [32]They began publishing...in their own e-journals.

Certains acteurs de la fusion froide interpellent les scientifiques :

  • Le rapport sur le test du E-Cat en 2014 rappelle un des principes de la méthode scientifique : « les résultats expérimentaux ne peuvent être révoqués ou ignorés juste à cause du manque de compréhension théorique »[102],[11]. Cette mension est exceptionelle dans un rapport dont le sujet n’est pas directement lié à la méthode scientifique[45].
  • Le prix Nobel Brian Josephson interpelle la revue Nature[27].
  • Proatom, magazine de l’industrie russe des sous-marins nucléaires, n'exprime aucun doute sur la fusion froide et le E-Cat. ProAtom affirme même « Messieurs les académiciens auront à rendre compte »[103],[35].

Les chercheurs de la théorie actuelle, dite du Modèle Standard, refusent les résultats de cette technologie et de tous ses tests. Pour cela les chercheurs se basent surtout :

  • Sur l'effet de répulsion de la barrière de Coulomb, étudiée seulement dans le vide.
  • L'absence de radioactivité gamma associée à la fusion à haute énergie, alors que les interactions faibles à neutrinos sont connues depuis 1956.
  • Le manque de théorie, alors que selon la méthode scientifique, l'expérimentation prime.

Les opposants à la fusion froide ont suggéré des doutes imprécis à chaque étape de test. «Ils n'ont pas accusé directement les scientifiques de fraude, ils les ont néamoins accusés d'incompétence, d'incapacité à réaliser une expérience.»[35]. Et au printemps 2014, il y avait des rapports qui contenaient déjà une expérience nouvelle, de longue durée avec l'E-CAT[35].

  • Ethan Siegel a explicité 5 doutes sur le test du E-Cat de 2014[83].
  • Et Michael Lammert lui a répondu[17].

Perspective[modifier | modifier le wikicode]

Les dirigeants des USA et de la Chine s’engagent à limiter la production de CO2 et leur déclaration parait insuffisante selon les technologies connues du grand public [104]. Mais ces engagements paraissent tout à fait réalistes selon les technologies de la fusion froide, et ces déclarations, peu après le test du E-Cat de 2014 sont peut-être un homage à tous les efforts des chercheurs de la fusion froide et à Andrea Rossi qui les couronne par la première production industrielle.

Andrea Rossi[modifier | modifier le wikicode]

Andrea Rossi est né le 3 juin 1950, à Milan. C'est un inventeur Italien [105] et un entrepreneur [106],[107],[108].

V. A. Uzikov, Ingénieur en Chef de Proatom, rapporte que « À 19 ans, Rossi va faire ce qui, à certains égards symbolise sa vie future. Le défi était "simple", courrir autant que possible sur la piste de 400 m du stade pendant 24 heures sans interruption. Entre le 23 avril et le 24 avril 1970, Andrea Rossi termine la course dans le stade Kalsevi à Brescia. En 24 heures, il a couru 175 km et 144 mètres, battant le record précédent établi en 1891 par l'italien légendaire Luigi Vittorio Bertarelli (ce record avait été détenu pendant 79 années !). Il y a probablement là une certaine logique, et son marathon scientifique, Andrea Rossi le termine à nouveau vainqueur »[109],[35].

En 1973, Rossi obtient le diplôme de Docteur en philosophe (PhD) à l’université de Milan, avec une thèse sur la Théorie de la relativité d’Einstein et la phénoménologie d’Edmund Husserl. Il était encadré par le professeur Ludovico Geymonat. [110].

De 1970 à 1990, Andrea Rossi a créé l'entreprise Petroldragon et développé un procédé pour produire du carburant à partir de déchets organiques. Puis une évolution des règles sur le traitement des déchets en Italie a conduit à le faire condamner et emprisonner. Il a été acquité de 51 chefs d'accusation sur 56 et condamné à la prison pour 5 délits fiscaux. En 2014, les technologies de méthanisation et les biocarburants sont utilisés [111].

En 2007, il a inventé le Catalyseur d'Énergie, aussi appelé E-Cat, qui est une source d'énergie thermique issue des réactions nucléaires à basse énergie (LENR)[112],[113]

Liens externes[modifier | modifier le wikicode]

Des universités de divers pays du monde mènent des recherches sur les LENR, exemples : Université d'État polytechnique de Californie Université d'État polytechnique de Californie (US) [114], Dixie State College, St. George, USA [115]p.18, University of Catania [115]p.7, Institut Kourtchatov Russie [115]p.29, Université du Colorado à Boulder [115]p.35, Hôpital universitaire de Zurich [115]p.43, Université de Hokkaidō, Sapporo, Japon [115]p.43, Université George Washington [115]p.225, ENEA, Centre de Recherche, Frascati (Rome) [115]p.66, SRI International Menlo Park [115]p.66.

Quelques entreprises et organisations concernées par l'étude ou le développement des LENR [116].

Liste de liens renvoyant vers des sites traitant de la fusion froide (français et anglais) [117].

Médias[modifier | modifier le wikicode]

Dans l’ordre chronologique :

Le 27 février 2012, selon le site web du Wired magazine, « le centre Glenn de recherche de la Nasa a méthodiquement montré des preuves de chaleur anormale » et Wired titre son article « Course à la fusion froide: NASA, MIT, DARPA et CERN se faufilent à travers le trou de la serrure » [118].

Sciences & Vie en 2012, une revue scientifique grand public, a présenté cette technologie «incroyable» en 2012 [119],[120].

Selon la NASA le 13 février 2013 : « L'épiphanie : Le LENR de Widom-Larsen offre simplement un neutron très lent à un noyau » « Nous commençons par traiter le nickel de sorte qu’il puisse contenir de l'hydrogène comme une éponge retient l'eau. L'hydrogène est ionisé, ce qui signifie que chaque atome d'hydrogène perd son électron, laissant seulement un proton. Les électrons dans le métal se mettent à osciller ensemble d'une manière telle que l'énergie électromagnétique stockée dans des dizaines de milliers d'entre eux est transférée à un relativement petit nombre, leur donnant suffisamment d'énergie pour fusionner avec des protons voisins (les ions hydrogène) et formant des neutrons lents. »- « Un pour cent du nickel extrait chaque année pourrait répondre aux besoins énergétiques de la planète à environ un quart du coût du charbon. »-« Zawodny said : Et puis je veux acheter une de ces choses et la mettre dans ma maison. » [68].

Selon la revue Forbes en 2013, dédiée aux dirigeants d'affaires, à propos du test de 2013, « Bien que quelques commentateurs aient soulevé des critiques concernant la façon dont les mesures ont été effectuées et des sources d'erreur, d'autres ont fait valoir que l'énergie produite est si importante, que même en la réduisant d'un ordre de grandeur sur l'axe, elle décrit encore un processus avec une sortie incroyablement élevée. »--- « Un pour cent du nickel extrait chaque année pourrait répondre aux besoins énergétiques de la planète à environ un quart du coût du charbon. »---« Ce que tout le monde voulait était quelque chose que Rossi avait promis...Mais surtout pour moi, et je suppose à la surprise de beaucoup d'autres personnes, un rapport crédible, des tiers indépendants, c’est exactement ce que nous avons eu. » [99].

Mats Lewan a écrit en 2014 le livre « Une Invention Impossible : La véritable histoire de la source d'énergie qui pourrait changer le monde » [121].

Selon CNN iReport le 9 octobre 2014 : «Le E-Cat produit trois fois plus d'énergie que celle utilisée». «Une des principales conclusions des scientifiques était que le gramme de carburant avait changé au niveau atomique, indiquant qu'un processus nucléaire avait eu lieu». [122].

Selon Contrepoints le 13 octobre 2014, informateur en ligne libéral : « des essais ont été effectués par une équipe de scientifiques d’universités (italienne et suédoise) totalement indépendante » - « la science officielle ne considère la fusion des atomes d’hydrogène qu’à des températures extrêmement élevées » - « les médias traditionnels sont restés discrets et ont passé sous silence toutes les péripéties d’essais, de contre-essais, pendant presque quatre ans, sauf : Sciences & Vie de mars 2012 » [123].

Le 15 octobre 2014, le magazine Proatom, qui présente l’industrie russe des sous-marins nucléaires, n'exprime aucun doute sur la fusion froide et le E-Cat[35]. Le magazine PRoAtom, à commité de lecture, est une référence en technologie des sous-marins nucléaires dans les wikipedia russe ru.wiki, anglais en.wiki et français fr.wiki.

Selon The Economic Times of India le 23 octobre 2014 « Bien qu’il soit difficile de planifier notre avenir énergétique en se basant sur ces allégations, un réacteur de fusion commerciale - qu'elle soit chaude ou froide - ne ressemble plus à une chimère. Il y en aurait une dans les vies de beaucoup de lecteurs, et probablement dans la durée de vie de la plupart des gens dans le monde. La vraie question est la suivante: vont-ils être assez bon pour changer le monde ? » [124].

Selon The Huffington Post le 23 octobre 2014, journal généraliste multilingue : « Nous nous retrouvons apparemment avec trois choix difficiles et embarrassants : «un complot de fraude», «des erreurs expérimentales ou d'analyse de données» ou «une découverte très importante qui pourraient révolutionner la production d'énergie dans le monde entier --- Ces changements isotopiques ne peuvent se produire que si les réactions nucléaires réelles se déroulent » [125]

Le 6 novembre 2014, selon Magnus Olofsson, chef de la direction de Elforsk, le consorsium de l’industrie de l'énergie de Suède, [126],[24] :

  • Un petit groupe de scientifiques suédois sont profondément engagés à essayer de comprendre la physique sous-jacente. Ainsi la Suède a une occasion unique d’être une force motrice dans la recherche et le développement du champ LENR émergent.
  • C'est un changement majeur et de très bonnes nouvelles[127].

Le 14 novembre 2014, selon Dome Magazine qui traite de politique publique dans l'état du Michigan, [32] :

  • « Cette histoire n’est pas de la politique. Il se agit que d'une petite machine faite à la main qui attire l'attention - pour répondre aux besoins en électricité d'un ménage américain moyen. »
  • « En 2007, Rossi a contacté le professeur émérite de physique Sergio Focardi de l'Université de Bologne avec une proposition intrigante : «Je vais vous donner une récompense [Rossi n'a jamais divulgué le montant] si vous pouvez me montrer que ce que j’ai fait est mal et ne fonctionne pas". Le Prof. Focardi a accepté le défi. Il a mis l'appareil à l'épreuve dans son propre laboratoire, mesurant avec soin l'énergie entrante et l'énergie sortante. Il n'a pu trouver aucune faille. » [32]an intriguing proposition...no flaw.
  • « Mais pour les médias traditionnels c’est juste une autre tentative de "fusion froide", une «science pathologique» discréditée, et il semble que cela, ainsi que les antécédents de Rossi, les ont tenus à l'écart de l'histoire. C'est pourquoi vous le lisez ici pour la première fois. »

Le 19 novembre 2014, le magazine italien Panorama compare Rossi à Galilée, cite le prix Nobel de physique Brian Josephson «11 rapports confirment que la machine italienne produit des réactions nucléaires», «Andrea Rossi a mis au point le premier réacteur à produire de l'énergie nucléaire à basse température». Michael Nelson, responsable des expériences de propulsion du Space Launch système de la NASA, a déclaré: «Ce pourrait être le début d'une nouvelle ère dans l'exploration de l'espace». Magnus Olofsson, Directeur Général de Elforsk. a déclaré «Nous pourrions être confrontés à une nouvelle manière d'extraire l'énergie nucléaire sans déchets nucléaires». [128].

Le 28 novembre 2014, le The Huffington Post, journal généraliste multilingue, révise sa position un mois après son premier article sur le test de 2014 : « Comme les auteurs du rapport de Lugano l'ont déploré, "Il est certainement le plus insatisfaisant que ces résultats n'aient jusqu'à présent aucune explication théorique convaincante," cependant ils affirment que "les résultats expérimentaux ne peuvent pas être rejetés ou ignorés seulement à cause du manque de compréhension théorique." »« Une critique détaillée du rapport de Lugano [E-Cat 2014] a été posté par Michael McKubre de l'ISR, un chercheur qualifié qui a également travaillé sur des expériences de LENR. Une autre équipe de chercheurs prévoit un test indépendant de certains aspects de l'expérience. »« Manifestement, il y a de nombreux aspects de ces expériences qui méritent beaucoup plus d'études »[45], [129].

Le 2 décembre 2014, selon la NASA : « La sonoluminescence s'est développée dans la dernière décennie au point d’être une source d'intérêt hors de la communauté ultrasonique. Initialement considérée comme une forme d'électricité statique, on a récemment découvert que cette lueur est générée par des flashes de moins d'un milliardième de seconde, par effondrement de bulles d'air microscopiques. La température générée dans les bulles par effondrement est au moins quatre fois supérieure à celle de la surface du soleil. » « La NASA GRC a été utilisée pour améliorer les diagnostics d'enquête sur l'excès de chaleur dans les LENR. » [130].

Le 3 décembre 2014, dans l’article "La Fusion froide revient-elle en grâce ?", selon le Neue Zürcher Zeitung, quotidien suisse de qualité en allemand, « L'excès de chaleur présumé ne peut être attribué à des réactions chimiques - il est beaucoup trop grand. Il est donc postulé que les réactions nucléaires précédemment inconnus sont déclenchées dans les métaux. À en juger par les expériences elles semble se produire sans rayonnement gamma. Et des déchets radioactifs également typiques tels que le tritium ne semblent pas (ou du moins pas en quantité significative) se produire. Pour de nombreux chercheurs, c’est une très bonne chose. Avant d’être prêts à lancer la physique nucléaire établie par dessus bord, ils veulent voir des preuves solides et une explication plausible de l'excès de chaleur. » - « Un partenaire puissant a déjà conclu avec LENR-Cities. » [131]. Trois entreprises traitent au sens large de ce sujet :

  • La petite entreprise LENR-Cars veut développer un générateur de LENR mobile pour fournir de l'énergie aux véhicules électriques.
  • La société LENR-Invest a pour mission de promouvoir les entreprises qui développent de nouvelles technologies énergétiques LENR.
  • LENR-Cities veut construire une structure de coopération sur une nouvelle base entre les chercheurs, les investisseurs financiers et de l’industrie.
  • [Le co-fondateur de LENR-Cities Michel] Vandenberghe révèle que le groupe Airbus a signé une lettre d'intention de participer au projet[131].

Le 4 décembre 2014, Atom Ecology, un site écologique avec veille technologique, dans l’article "Fusion par ampoule fluorescente compacte pour alimenter à peu de frais l'avenir", signale que quatre grandes universités américaines ont méticuleusement analysé des ampoules fluorescentes utilisées quelques heures à la recherche d'une empreinte caractéristique des isotopes du mercure. Par rapport à la composition isotopique naturelle, ils trouvent des variations d'environ +2% de 196Hg, de -1% de 199Hg et de -2% des 4 autres isotopes de mercure. Une simple ampoule fluorescente pourrait servir de réacteur de LENR. Cette expérimentation pourrait aussi expliquer le fractionnement anormal des isotopes de Hg dans les précipitations [132].

Le 5 décembre 2014, dans l’article "Andrea Rossi et Brian Ahern, des collègues aux concurrents ?" d'un blog italien bien informé, le 22 PASSI D'AMORE, selon Francesco Celani : L'intérêt militaire serait de produire du tritium à faible coût pour les ogives thermonucléaires. « Les meilleurs chercheurs dans ce domaine finissent par travailler dans les laboratoires militaires (Los Alamos, Naval Research). Car il est naturel de penser que les campagnes de dénigrement contre la fusion à froid d'une part, et les investissements militaires sur la fusion à froid d’autre part sont les deux faces d'une même médaille. »[101].

Le 5 décembre 2014, dans l’article "Andrea Rossi et Brian Ahern, des collègues aux concurrents ?" d'un blog italien bien informé, le 22 PASSI D'AMORE, selon Ahern, « En 1995 nous avons fait une découverte de premier ordre et dans le domaine des propriétés fondamentales des nanomatériaux. La chose est presque totalement inconnu de la plupart des technologues. Tous les matériaux transformés dans des tolérances précises montrent un mode de vibration très différent de celles de tout autre formation de la matière. Cela fournit une explication concise de la dynamique de la bioénergie qui est observée dans tous les aspects de la nature. » [101], [133]. Cela pourrait être une caractérisation des transmutations biologiques.

Le 15 décembre 2014, les organisateurs de la conférence internationale sur la fusion froide ont déclaré : « Nous sommes fiers d'annoncer que le Cabinet du Premier Ministre de la République de l'Italie a décerné aujourd’hui son Haut Patronage à l'événement ICCF-19 ». La signature du ministère est parmi les parrainages [134], [135].

Le 23 décembre 2014, Bill Gates, le fondateur de Microsoft, a décidé de soutenir financièrement l'ENEA, le centre italien de recherche nucléaire, dans le développement de la technologie LENR pour transmuter les éléments lourds des déchets nucléaires en palladium, un métal rare et cher. [136],[137],[138].

Le 11 janvier 2015, Vassili Koltashov, le chef de l'Institut de recherche économique de la mondialisation et des mouvements sociaux de Russie, a publié un article dans “Free Press” un nouveau site de presse russe. La fin du test sur un an du premier générateur d'un mégawatt de Rossi serait prévue dans 11 mois. L'acheteur anonyme du générateur de Rossi a apparemment confirmé une efficacité de 600%, (COP ≈ 6). Une installation de 5 à 20 kW ne devrait pas dépasser 500 à 1000 $, et ne nécessiterait un simple remplacement d'environ 10 $ qu'une fois tous les six mois, une cartouche compacte de la taille d'un crayon [139],. Ce que E-Catworld rapporte sous le titre : « Le pétrole n'est plus cher désormais (E-Cat Rossi) » [140]

Le 30 janvier 2015, selon le site web du Wired magazine, le E-Cat « maintenant, semble avoir été non seulement vérifié, mais reproduit ». « La composition isotopique de la poudre de nickel a changé ». « Le Prof. Alexander Parkhomov de l'Université Lomonosov de Moscou a publié un document décrivant sa fructueuse réplication de l'E-Cat » [141].

Le 31 janvier 2015, selon le site web de Next Big Future précédement sceptique, « 2015 pourrait être l'année de la percée et de la légitimité des LENR. La justification de la Fusion Froide est possible. » « Le Prof. Alexander Parkhomov de l'Université Lomonosov de Moscou a publié un document décrivant sa fructueuse réplication de l'E-Cat. » « D'autres sont en compétition pour répliquer et étendre le travail. » « 2015 pourrait être l'année où l’on verra enfin les LENR éclater dans le monde » « Nextbigfuture détient des informations sur le travail de Brian Ahern qui ne peuvent être publié pour le moment. » [142].

Le 12 février 2015, selon Oil Price, le site de nouvelles financières le plus populaire sur les nouvelles d'énergie dans le monde, « Le Professeur Alexander Parkhomov de l'Université Lomonosov Moscow State a publié un document décrivant sa fructueuse réplication du E-Cat de Andrea Rossi, un dispositif de LENR ou de fusion froide. » « une réplication expérimentale qui offre des données montrant 2,74 fois plus d'énergie qu'en entrée. » « Il y a aussi des rapports du très sceptique Brian Ahern, un ancien scientifique senior de l'US Air Force, et une fois l'un des plus féroces critiques de Rossi, qui tente aussi maintenant de reproduire l'effet E-Cat. » « Ce qui est le plus décevant est l'abondance de réactions émotionnelles excluant la méthode scientifique. Ainsi des décennies ont été perdus sur un phénomène qui défie les strictes explications de la physique ou de la chimie, mais qui existe pour le moins. » « Les résultats de Lugano ont été complètement positifs. » « Pendant 32 jours de fonctionnement continu, une entrée électrique de 900 watts du réacteur a produit 2800 watts de chaleur. Un E-Cat de 20 cm de long a fonctionné pendant une période prolongée pour prouver que l'énergie ne peut être produite par des batteries cachées ou d'autres sources. L'énergie nette totale obtenue au cours des 32 derniers jours était d'environ 1,5 MWh. Cette quantité d'énergie est beaucoup plus que ce qui peut être obtenu à partir de produits chimiques connus dans le petit volume du réacteur. » [143].

Le 8 avril 2015, selon le journal financier Les Echos, « Quelques industriels s’intéressent aux LENR : Airbus a déposé un brevet ; de leur côté, Toyota et Mitsubishi semblent intéressés par le thème, l’Inde et la Suède également. » « Désormais un écosystème dénommé LENRG encourage cette recherche et il lance un évènement à Milan, le vendredi 10 avril 2015 qui s’intitule « LENRG an 1 » . » « En 1989 le palladium était un catalyseur de l’expérience, depuis le nickel-métal hydrure est préféré. » [144].

Le 9 avril 2015, selon le journal financier The Hindu Business Line, « Une trentaine de scientifiques de toute l'Inde se sont réunis à Bangalore pour discuter de la voie à suivre lors de l'émergence d'une source d'énergie pas chère et propre, appelée « réactions nucléaires à basse énergie », ou simplement « fusion froide ». » « L'objectif de la réunion était d'étudier plus avant les dispositifs, basés sur cette énergie, qui commencent à être commercialisés partout dans le monde. » « Un certain nombre d'expériences ont prouvé que les appareils comme le E-Cat fonctionnent, mais personne, y compris Rossi, ne sait comment. » « Plusieurs universités (Texas Tech University aux États-Unis et l'Université de Tohoku au Japon, pour ne citer deux exemples) ouvrent des divisions de recherche ou des comités de formation pour se pencher sur la fusion froide. » « Les congrès ICCF ont été généralement rejetée comme « réunions de croyants », mais cette fois-ci de nombreux investisseurs potentiels, notamment la Fondation Bill Gates y participent. » [145].

Le 18 avril 2015, selon le Prof. Alexander Parkhomov de l'Université Lomonosov de Moscou, la Conférence ICCF-19 à Padoue, Italie, a été un succès et un record : 470 délégués, 98 rapports. Parkhomov a publié un document décrivant sa fructueuse réplication de l'E-Cat. Giuseppe Levi, l'un des experts du test de Lugano en 2014, a invité Parkhomov à la démonstration de son dispositif expérimental. D'autres experts à Lugano, Peterson et Bo, ont aussi montré leurs appareils qui seront lancés à la mi-mai. Rossi s'est joint à la téléconférence et prévoit de se rendre en Russie. [146].

Notes et références

descriptif indisponible
Wikipédia possède un article à propos de « Catalyseur d'énergie de Rossi et Focardi ».

<references>

  1. (anglais) Lauren K. Ohnesorge, « Raleigh investor Darden still bullish on controversial nuclear technology », 10 octobre 2014. « could save the world...it’s about air pollution and coal...Chinese »
  2. (anglais) ECAT products, 2014
  3. 3,0, 3,1 et 3,2 anglais Andrea Rossi, Mats Lewan, E-cat inventor in live chat with the readers, Ny Teknik, Suède, 11 mars 2011
  4. 4,0 et 4,1 anglais Mats Lewan, Half a megawatt E-Cat in Bologna, Ny Teknik, 29 octobre 2011
  5. 5,0, 5,1 et 5,2 (anglais) Joe Shea, « At Last, Fuel For Our Dreams », 9 octobre 2014. « «They did worry that at some point there might have been a meltdown, so they constrained its limits to better observe it.» et «partially funded by the Royal Swedish Academy of Science, which awards the Nobel Prizes in Physics and Chemistry» »
  6. 6,0 et 6,1 (anglais) Hank Mills, Sterling D. Allan, « Rossi's cold fusion reactor achieves 15 kW for 18 hours », 22 février 2011
  7. (anglais) Andrea Rossi, Robert Curto, « Rossi on the E-Cat’s Power Density: 10 kW per Liter (Monty) », 4 janvier 2015
  8. anglais The Official E-Cat Website, site officiel d'Andrea Rossi, 2011
  9. anglais Hydro Fusion Ltd. Consulté le 2013-03-24, bureau en Suède, 2011
  10. 10,0 et 10,1 (anglais) Sterling D. Allan, « Cold Fusion getting hot with 10kw heater prepping for market », 17 janvier 2011
  11. 11,0, 11,1, 11,2, 11,3, 11,4, 11,5 et 11,6 (anglais) Giuseppe Levi, Evelyn Foschi, Bo Höistad, Roland Pettersson, Lars Tegnér, Hanno Essén, « Observation of abundant heat production from a reactor device and of isotopic changes in the fuel », 11 octobre 2014
  12. (anglais) Andréa Rossi, « All documents: EP2259998 », 23 mars 2009
  13. (anglais) Andréa Rossi, « AMENDMENT », 25 septembre 2014
  14. 14,0 et 14,1 (anglais) Andréa Rossi et Industrial Heat, « DEVICES AND METHODS FOR HEAT GENERATION textes », 6 novembre 2014. « chercher «three experiments» »
  15. (anglais) Andréa Rossi et Industrial Heat, « DEVICES AND METHODS FOR HEAT GENERATION images », 6 novembre 2014
  16. (français) UFFICIO ITALIANO BREVETTI, « Visualizza Scheda (Domanda: MI2008A000629 - Tipologia: Invenzioni) », 30 janvier 2012. « «Data Deposito 09 aprile 2008, N. Brevetto 0001387256» et «Data Deposito 30 gennaio 2012, Stato Domanda accolta, Cessionari LEONARDO CORPORATION» »
  17. 17,0 et 17,1 (anglais) Michael Lammert, « Response to Ethan Siegel and Comments on the E-Cat 32-Day Test Report », 20 octobre 2014. « It is only logical that Rossi would only let those he trusted run a test on a device that is not yet protected by patents »
  18. (anglais) JT Vaughn, « Industrial Heat Has Acquired Andrea Rossi's E-Cat Technology », 24 janvier 2014
  19. (anglais) Giuseppe Levi, Evelyn Foschi, Bo Höistad, Roland Pettersson, Lars Tegnér, Hanno Essén, « Observation of abundant heat production from a reactor device and of isotopic changes in the fuel », 08 octobre 2014
  20. (anglais) Giuseppe Levi, Evelyn Foschi, Bo Höistad, Roland Pettersson, Lars Tegnér, Hanno Essén, « Observation of abundant heat production from a reactor device and of isotopic changes in the fuel », 13 octobre 2014
  21. «dummy reactor»
  22. (anglais) Gordon Docherty, « At Last, E-Cat Experimental Results — An Analysis (Gordon Docherty) », 8 octobre 2014
  23. (same du Nord) Elforsk, « Guide de coopération »
  24. 24,0 et 24,1 (same du Nord) Elforsk, « FoU-plan för 2013 / Plan de R & D pour 2013 », 31 août 2012. « chercher «Rossi» »
  25. (anglais) Sebastian Anthony, « Cold fusion reactor verified by third-party researchers, seems to have 1 million times the energy density of gasoline », 14 novembre 2014
  26. (anglais) Giuseppe Levi, Evelyn Foschi, Bo Höistad, Roland Pettersson, Lars Tegnér, Hanno Essén, « Observation of abundant heat production from a reactor device and of isotopic changes in the fuel », octobre 2014
  27. 27,0 et 27,1 (anglais) Brian Josephson, « Seven days: 3–9 October 2014, The week in science », 8 octobre 2014, Nature (revue). « The most important news of the year »
  28. 28,0 et 28,1 (italien) Joe Shea, traduction Franco Sarbia, « Salverà Gaia ma non interessa all'Italia l'era dell'energia pulita senza petrolio inventata da Andrea Rossi », 18 novembre 2014, 22passi. « L'Académie royale a également permis de financer l'étude, et le prix Nobel de physique Brian Josephson a littéralement écorché les collègues scientifiques de la revue «Nature» pour l'avoir ignoré. --- E la Cina?...Hot Cat...Baodings »
  29. (anglais) Dr. Michael McKubre, « Analysis of New E-Cat Report » sur http://www.infinite-energy.com. Consulté le 14/10/2014
  30. 30,0, 30,1 et 30,2 (italien) Foresta Martin Franco, « La fusione fredda alla senese accende di nuovo la speranza », 20 février 1994. « misura un' anomala produzione di calore » Erreur de référence : Balise <ref> non valide ; le nom « ecat19940220Franco » est défini plusieurs fois avec des contenus différents
  31. (italien) Piantelli, MFMP, « Serendipity in Siena - Tipple to toast », 26 décembre 2014. « oxygen deprivation...Nickel...not freeze »
  32. 32,0, 32,1, 32,2 et 32,3 (anglais) Lawrence M. Glazer, « The Miraculous Machine », 14 novembre 2014. « So why haven’t you heard of it? - controversy in scientific world - They began publishing...in their own e-journals »
  33. (anglais) Professor Sergio Focardi, Dr. Andrea Rossi, « A new energy source from nuclear fusion », 22 mars 2011
  34. (anglais) Marianne Macy, « Specifics of Andrea Rossi’s “Energy Catalyzer” Test, University of Bologna, 1/14/2001 », 1 janvier 2011
  35. 35,0, 35,1, 35,2, 35,3, 35,4, 35,5, 35,6, 35,7 et 35,8 (russe) V.A.Uzikov, ingénieur en chef, NIIAR, « Une brève histoire de la nouvelle puissance nucléaire de Andrea Rossi », 15 octobre 2014
  36. anglais Mats Lewan, Swedish physicists on the E-cat: “It’s a nuclear reaction”, Ni Teknik, Suède, 6 avril 2011 07:30
  37. [pdf] anglais Mats Lewan,Test of Energy Catalyzer, Ny Teknik, Bologne, 6 octobre 2011
  38. anglais Ing. Domenico Fioravanti, anglais Test to proof the Leonardo 1 MW reactor, 28 octobre 2011
  39. anglais Experimental evaluation of the photon radiation field in the proximity of an industrial prototype, Fabio Penon, M.Eng. Nuclear Engineering Specialist, PESN, 7 août 2012
  40. anglais «The E-Cat energy source is not conventional. In the Ragone diagram, its energy density places it very far from any conventional source.»
  41. 41,0, 41,1 et 41,2 anglais Lisa Zyga, Tests find Rossi's E-Cat has an energy density at least 10 time higher than any conventional energy source, Phys.org, 23 mai 2013
  42. 42,0 et 42,1 anglais Giuseppe Levi, Evelyn Foschi, Torbjörn Hartman, Bo Höistad, Roland Pettersson, Lars Tegnér, Hanno Essén, Indication of anomalous heat energy production in a reactor device, Cornell University Library, arXiv:1305.3913v1, 20 mai 2013
  43. anglais Third-Party E-Cat Test Results Published, Pure Energy Systems Network, Sterling D. Allan, 20 mai 2013
  44. (anglais) Vessynik, « Surprising IH’s Patent Application: COP 11! », 13 novembre 2014. « «Project Dog Bone...to reverse engineer...Rossi's device...Lugano Report» »
  45. 45,0, 45,1, 45,2, 45,3 et 45,4 (anglais) David H. Bailey, Jonathan M. Borwein, « Low Energy Nuclear Reactions: Papers and Patents », 28 novembre 2014, The Huffington Post. « no convincing theoretical explanation --- they argue that "the experimental results cannot be dismissed or ignored just because of lack of theoretical understanding --- Michael McKubre of SRI, a well qualified researcher --- Another team of researchers is planning an independent test »
  46. (anglais) Alan Boyle, « Cheaper Than Coal? Fusion Concept Aims to Bridge Energy Gap ». Consulté le 14/10/2014. « chercher E-Cat »
  47. (anglais) Sebastian Anthony, « Cold fusion reactor verified by third-party researchers, seems to have 1 million times the energy density of gasoline ». Consulté le 14/10/2014
  48. (anglais) Francesco Celani, E. F. Marano, A. Spallone, A. Nuvoli, B. Ortenzi, M. Nakamura, E. Purchi, G. Zangari, S. Pella, E. Righi, G. Trenta, F. Micciulla, S. Bellucci, S. Bartalucci, S. Cupellini, A. Mancini, F. Maggiore, « Experimental results on sub - micro structured Cu-Ni alloys under high temperatures Hydrogen/Deuterium interactions. », 14 avril 2012, 22passi.it. « «overall, claims by A. Rossi and (later on) by Defkalion Company» et «excess energy over 60kJ» », p. 11 et 48
  49. (anglais) Francesco Celani, E. F. Marano, A. Spallone, A. Nuvoli, E. Purchi, M. Nakamura, B. Ortenzi, S. Pella, E. Righi, G. Trenta, S. Bartalucci, G. L. Zangari, F. Micciulla, S. Bellucci, « Cu-Ni-Mn alloy wires, with improved sub-micrometric surfaces, used as LENR device by new transparent, dissipation-type, calorimeter. », 30 juillet 2012, New Energy Times. « overall, claims by A. Rossi and (later on) by Defkalion Company »
  50. (anglais) Francesco Celani, E. F. Marano, A. Spallone, A. Nuvoli, E. Purchi, M. Nakamura, B. Ortenzi, S. Pella, E. Righi, G. Trenta, S. Bartalucci, A. Ovidi, G. L. Zangari, F. Micciulla, S. Bellucci, « Cu-Ni-Mn alloy wires, with improved sub-micrometric surfaces, used as LENR device by new transparent, dissipation-type, calorimeter », 28 juillet 2012, National Inst. Nucl. Physics, Frascati Nat. Laboratories. « The interest in Ni comes in part because there is the possibility to use H 2 instead of expensive D 2. »
  51. (anglais) Fusion Froide, « Celani au NIweek 2012 à Austin: test positif », 24 août 2012, Fusion Froide
  52. (anglais) Francesco Celani, « Celani Announces 3rd Party Replication », 5 décembre 2012, E-Cat World
  53. (anglais) Ryan Hunt, « MFMP Thermal Validation Plan of Lugano Report », 13 novembre 2014. « «Project Dog Bone...to reverse engineer...Rossi's device...Lugano Report» »
  54. (anglais) MFMP, « Project Dog Bone ». Consulté le 26 novembre 2014
  55. 55,0 et 55,1 (anglais) Ryan Hunt, « À propos de Martin Fleischmann Memorial Project », 2012. « not for profit, community interest company --- to validate the science of LENR --- to overcome the hurdle of institutional bias against this type of phenomenon »
  56. (anglais) Mats Lewan, « Elforsk Announces Creation of The Energy Research Institute [Update from Mats Lewan] », 9 décembre 2014. « a new organization: The Energy Research Institute »
  57. (anglais) Magnus Olofsson, « Elforsk Announces Creation of The Energy Research Institute [Update from Mats Lewan] », 8 décembre 2014. « a new organization: The Energy Research Institute »
  58. (anglais) satviewer, « Lugano Confirmed ? Replication Report Published of Hot Cat Device by Russian Researcher Alexander G. Parkhomov », 27 décembre 2014. « maximum COP of 2.58, seems to be a serious report »
  59. (russe) Alexander G. Parkhomov, « Étude d'un analogue au générateur de chaleur à haute température de Rossi », 25 décembre 2014. « Аналог Росси.pdf, 1300 °С, производит энергии больше »
  60. (anglais) Bob Higgins, « A. Parkhomov Replica », 1 janvier 2015
  61. (anglais) Research Gate, « A. G. Parkhomov, Lomonosov Moscow State University », 25 décembre 2014. « 12 publications, Russia »
  62. (anglais) Frank Acland, Alexander Parkhomov, « Nickel Grain Analysis from Alexander Parkhomov », 29 décembre 2014. « Parkhomov : iron I do not see yet necessity »
  63. (anglais) Alexander Parkhamov, Mats Lewan, « MFMP Another answer from Dr. Alexander Parkhamov », 4 janvier 2015
  64. (anglais) Alexander Parkhomov, Frank Acland, « Making E-Cats in the Garage (or on the Couch) », 29 décembre 2014. « smart entrepreneur to start selling DIY kits online »
  65. 65,0, 65,1 et 65,2 (anglais) George H Miley, Kyu-Jung Kim, Erik Ziehm, Tapan Patel, Bert Stunkard, « Progress in Development of an LENR Power Cell for Space », février 2015. « study the basic LENR phenomena...gas loaded nickel...break-through development...long run is extremely large », p. 166
  66. (anglais) European Commission, Research Industrial Technologies, Unit G3 Materials, « Forward Looking Workshop on Materials for Emerging Energy Technologies », 2012. « unlimited and sustainable future energy technology potential », p. 26
  67. (anglais) Jeff McMahon, « NASA: A Nuclear Reactor To Replace Your Water Heater », 22 février 2013. « The easiest implementation of this would be for the home --- The LENR offers a slow-moving neutron to an element »
  68. 68,0, 68,1 et 68,2 (français) Bob Silberg, « The nuclear reactor in your basement », 13 février 2013. « Nuclear energy in a nutshell --- Widom-Larsen’s LENR simply offers a very slow-moving neutron to a nucleus. »
  69. (anglais) Charles G. Beaudette, « Excess Heat: Why Cold Fusion Research Prevailed (2nd Edition) »
  70. 70,0, 70,1, 70,2, 70,3, 70,4 et 70,5 (anglais) Charles G. Beaudette, « Excess Heat: Why Cold Fusion Research Prevailed », avril 2002. « One can only wonder why discovery seems to be so punished » Erreur de référence : Balise <ref> non valide ; le nom « ecat200204Beaudette » est défini plusieurs fois avec des contenus différents
  71. Les numéros de pages du fichier sont décalées de 30 par rapport au marquage des pages, à cause des sommaires et index.
  72. 72,0, 72,1 et 72,2 (anglais) McKubre, M.C.H., « Cold Fusion; 25 years of research at SRI, in NTVA - Tekna, Can LENR provide cheap and clean energy? », 5 novembre 2014. « The evidence of a nuclear-level heat source with associated nuclear products is overwhelming to all who have studied it. The FPHE is real. »
  73. (anglais) IANS, « Modi government urged to revive cold fusion », 17 novembre 2014. « a local village-level micro-grid can work wonders »
  74. (anglais) Michael C.H. McKubre, « A Trip to Norway », 12 novembre 2014. « allow this community to “pay to play” in the LENR/CMNS world --- train young people to be the next leaders »
  75. (anglais) Dr Randell Mills, « Validation Reports », 2014. « BlackLight’s game-changing energy device that has water (H2O) as its only fuel input »
  76. (anglais) Mark Scheinbaum, « Market Mover », 29 mai 2012. « a way to use water vapor to produce any amount of cheap electricity »
  77. anglais [pdf] The Grand Unified Theory of Classical Physics, Part 2 Molecular Physics Dr. Randell L. Mills, BlackLight Power, février 2011.
  78. (anglais) Dr. Randell L. Mills, « The Grand Unified Theory of Classical Physics, Part 2 Molecular Physics », février 2011, BlackLight Power. « an alternative concept of the physical vacuum »
  79. (anglais) Ubaldo Mastromatteo, « Results of LENR experiments in STMicroelectronics », 14 décembre 2012
  80. (anglais) Ubaldo Mastromatteo, « Results of LENR experiments in STMicroelectronics », 25 février 2013. « MI2012A000276 cannot but derive from interactions at the nuclear level »
  81. (anglais) Dr. Stoyan Sarg Sargoytchev, « Graphical 3D Modeling and Analysis of Molecules and Nanostructures with the BSM-SG Atomic Models », 3 novembre 2014. « QM is also incapable to explain...LENR »
  82. chercher «gamma-rays»
  83. 83,0 et 83,1 (anglais) Ethan Siegel, « The E-cat: cold fusion or scientific fraud? ». Consulté le 15 octobre 2014. « Detection of gamma-rays »
  84. 84,0 et 84,1 Louis Corentin Kervran et Olivier Costa de Beauregard, Preuves en Biologie de Transmutations à Faible Énergie, Maloine, 1975, 312 p. (ISBN 2-224-00178-9) 
  85. Louis Corentin Kervran, Preuves en géologie et physique de transmutations à faible énergie, Paris, Maloine, 1973 (ISBN 2-224-00053-7) 
  86. Kervran : «je lui communiquais les résultats de mes recherches par une voie physique en 1973. Ce fut le «déclic» qui lui permit de préciser sa théorie»
  87. anglais Pr. Christos Stremmenos, A detailed Qualitative Approach to the Cold Fusion Nuclear Reactions of H/Ni, 25 mai 2011.
  88. anglais Eng. Wladimir Guglinski, Introduction to quantum ring theory, Journal of Nuclear Physics, 21 mars 2011.
  89. anglais Eng. Wladimir Guglinski, Quantum Ring Theory-Foundations for Cold Fusion, livre, 2006.
  90. (anglais) Brian Wang, « Andrea Rossi E-Cat Can Be Explained By Nanomagnetism », 1 décembre 2011, Nextbigfuture. « bioenergetics that occurs in all aspects of nature...nanomagnetism »
  91. (anglais) Francesco Celani, « Progress, in the Condensed Matter Nuclear Science, on excess energy production: towards practical applications? », 10 janvier 2012, NewEnergyTimes. « after 15 years: the reality of LENR was reconfirmed »
  92. (anglais) Dr. Vladimir I. Vysotskii, « Application of Correlated States of Interacting Particles in Nonstationary and Periodical Modulated LENR Systems », 2012, Kiev National Shevchenko University, Kiev, Ukraine. « Such results can explain Rossi-Focardi experiments », p. 10-15
  93. (anglais) Dr. Vladimir I. Vysotskii, M.V.Vysotskyy, « Subbarrier Processes in LENR for Particles in Correlated States at Action of Damping and Fluctuations », juillet 2013, ICCF-18, Publication Université du Missouri. « Such results can explain Rossi-Focardi experiments », p. 1
  94. 94,0 et 94,1 (anglais) Dr. Randell L. Mills, « The Grand Unified Theory of Classical Physics, Part 1: Atomic Physics », août 2010, BlackLight Power. « The photon-momentum distribution is imprinted onto that of the electrons. Rather than uncertainty in position and momentum according to the Uncertainty Principle. », p. 1-172
  95. (anglais) Dr. Randell L. Mills, « Millsian », juillet 2009, BlackLight Power. « The photon-momentum distribution is imprinted onto that of the electrons. Rather than uncertainty in position and momentum according to the Uncertainty Principle. »
  96. (anglais) Dr. Randell L. Mills, « The Grand Unified Theory of Classical Physics - Molecular Physics », février 2011. « Comparison of Classical to Quantum Mechanical Performance p 31 »
  97. (anglais) Dr. Stoyan Sarg Sargoytchev, « Theoretical feasibility of cold fusion according to the BSM-Supergravitation unified theory », 3 décembre 2013. « an alternative concept of the physical vacuum »
  98. (anglais) New Energy Times, « LENR Conferences, Symposia and Colloquia Index », 2014
  99. 99,0 et 99,1 (français) Mark Gibbs, « Finally! Independent Testing Of Rossi's E-Cat Cold Fusion Device: Maybe The World Will Change After All », 20 mai 2013. « a report by credible...is exactly what we got. --- Widom-Larsen’s LENR simply offers a very slow-moving neutron to a nucleus. »
  100. 100,0 et 100,1 (anglais) Yves Gingras, « La fusion froide échauffe les imaginations », février 2010, p. 92
  101. 101,0, 101,1 et 101,2 (italien) Daniele Passerini, « Andrea Rossi e Brian Ahern, da colleghi a competitors? », 5 décembre 2014. « produrre trizio...denigrazione...investimenti militari...dinamiche bioenergetiche »
  102. « the experimental results cannot be dismissed or ignored just because of lack of theoretical understanding »
  103. «господам академикам придется отчитаться»
  104. (anglais) Benoît Rittaud, « Accord Chine / États-Unis sur le climat : historique ? Non, aussi vide que les précédents », 15 novembre 2014, L'OBS Le Plus. « Les mêmes ficelles éculées...Des objectifs qui ont de quoi faire rire »
  105. (anglais) Hello Cheap Energy, Hello Brave New World, 17 octobre 2011, Forbes
  106. (anglais) Hello Cheap Energy, Hello Brave New World sur The Register, 17 octobre 2011, The Register. « Italian entrepreneur Andrea Rossi »
  107. (anglais) Hello Cheap Energy, Hello Brave New World sur Il Sole 24 Ore, 13 octobre 2011, Il Sole 24 Ore. « Fusione fredda: la sfida continua. L'esperimento dell'imprenditore Andrea Rossi = Fusion froide : la course continue. L'expérimentation réalisée par l'entrepreneur Andrea Rossi »
  108. http://www.ilsole24ore.com/art/tecnologie/2011-10-13/fusione-fredda-sfida-continua-210440.shtml?uuid=AaIpikCE Paolo Magliocco, Il Sole 24 Ore,
    "Fusione fredda: la sfida continua. L'esperimento dell'imprenditore Andrea Rossi".
    TRANSLATION:
    "Cold fusion: the challenge continues. The experiment performed by entrepreneur Andrea Rossi"
  109. «За 24 часа, он побежал 175 километров и 144 метров, побив прежний рекорд итальянский, держался 79 лет!»
  110. (anglais) Pilomena Cicora, « Dottore Magistrale in Phylosofia », 14 février 2011
  111. (anglais) Steven B. Krivit, « Report #5: Rossi's Profitable Career in Science », 7 mars 2012, New Energy Times
  112. World Intellectual Property Organization publication number WO/2009/125444.
  113. http://www.theregister.co.uk/2013/05/22/e_cat_test_claims_success_yet_again/ Richard Chirgwin, The Register: "Italian entrepreneur Andrea Rossi"
  114. (anglais) Grants Development Office, « List of Proposals Submitted in 2013 », 12 mars 2013
  115. 115,0, 115,1, 115,2, 115,3, 115,4, 115,5, 115,6, 115,7 et 115,8 (anglais) JCMNS 8, « Experiments and Methods in Cold Fusion », mai 2012
  116. (anglais) Companies and Organizations Researching in LENR, 2014
  117. Jean-Paul Bibérian, « Liste de liens renvoyant vers des sites traitant de la fusion froide », 2014
  118. (anglais) David Hambling, « Race for cold fusion: Nasa, MIT, Darpa and Cern peer through the keyhole », 27 février 2012. « progress...Dr Zawodny...Cern...colloquium...MIT...Cold Fusion 101...Pentagon...power cells »
  119. (français) Eric Hamonou, « A-t-on vraiment réussi à réaliser la fusion froide ? », mars 2012. « incroyable ... sur internet, l'E-cat ... défraye la chronique. », p. 132-134
  120. (français) E.H., « A-t-on vraiment réussi à réaliser la fusion froide ? », 25 février 2012. « «Mais la science devra attendre. Car Andrea Rossi, qui n’est pas un scientifique mais un inventeur, ne veut pas de tests complémentaires.» et «La fusion froide intéresse aussi la NASA.» », p. 132-134
  121. (anglais) Mats Lewan, « An Impossible Invention: The True Story of the Energy Source that Could Change the World », 30 septembre 2014, John Joss, (ISBN 978-91-981649-6-1 ou 978-91-981649-5-4[à vérifier : ISBN invalide]), p. 286 pages
  122. (français) Joe Shea, « At Last, Fuel For Our Dreams », 9 octobre 2014. « «the gram of fuel had changed at the atomic level» et «There are solid indications ... of nuclear reaction» »
  123. (français) Jean-Pierre Cousty, « Fusion froide : le chat (E-Cat) est enfin sorti de sa boîte »
  124. (anglais) Hari Pulakkat, « Fusion reactor: The countdown has begun », 23 octobre 2014, The Economic Times of India. « There would be one within the lifetimes of many readers »
  125. (anglais) David H. Bailey, Jonathan M. Borwein, « Fusion Energy: Hope or Hype? », 23 octobre 2014. « we are seemingly left with three stark and perplexing choices »
  126. (anglais) A unique opportunity for Sweden, 6 novembre 2014. « a game changer »
  127. « This is a game changer and really good news. »
  128. (russe) Panizza Raffaele, « Un fisico geniale? », 19 novembre 2014. « che ha prodotto energia nucleare a bassa temperatura », p. 82
  129. (anglais) ecatworld, « Huffington Post Science Blog Calls for More LENR Research », 29 novembre 2014. « Such isotopic changes can ONLY occur if real nuclear reactions are taking place »
  130. (anglais) John D. Wrbanek, « Novel Thin Film Sensors », 2 décembre 2014, NASA. « collapsing bubbles is at least four times that of the surface of the sun...LENR »
  131. 131,0 et 131,1 (allemand) Christian Speicher, « Wird die kalte Fusion wieder salonfähig? », 3 décembre 2014. « Bemühungen, der LENR-Forschung mehr Gewicht zu verschaffen. LENR-Cities, LENR-Invest, LENR-Cars, LENR-Technologie, Airbus »
  132. (anglais) Chris Mead, James R. Lyons, Thomas M. Johnson, and Ariel D. Anbar, « Compact fluorescent fusion to inexpensively fuel the future : Cold Fusion Nuclear Reactions Inside Compact Fluorescent Bulbs? », 4 décembre 2014. « fingerprint of mercury isotopes...precipitation »
  133. (anglais) Brian Wang, « LENR "Cold Fusion" phenomenon details to be revealed December 7th », 18 novembre 2011. « Oscillons...nano-material...bioenergetics...nature »
  134. (anglais) AlainCo, « The Office of the Prime Minister of the Republic of Italy has awarded its High Patronage to the ICCF-19 event », 15 décembre 2014. « ICCF19 newsletter..."High Patronage"...Prime Minister »
  135. (anglais) ICCF-19 LENR, « Registration Information », 15 décembre 2014. « bas de page : Patronage...Presidenza del Consiglio dei Ministri »
  136. (anglais) Bodo Albrecht, « Bill Gates Sponsoring Palladium-Based LENR Technology », 23 décembre 2014. « sponsor..."innovative core physics" »
  137. (anglais) Bill Gates, « We Need Energy Miracles », 25 juin 2014. « underinvesting in clean-energy »
  138. (anglais) Bodo Albrecht, « Palladium Used To Transform Radioactive Waste Into Rare Earth Element », 18 juin 2014. « Pd multilayer...cesium...strontium »
  139. (russe) Vassili Koltashov, « «Горячая КОШКА» или «холодная УТКА» ? », 11 janvier 2015. « карандаш...500-1000 $...КПД = 600%...11 января »
  140. (anglais) Frank Acland, « Russian Video from Free Press — Oil is Not Expensive Ever (E-Cat Rossi) », 27 janvier 2015. « effect of low energy prices and the effects on the Russian economy. »
  141. (anglais) David Hambling, « The cold fusion race just heated up », 30 janvier 2015. « extended period to prove...isotopic...successful replication...Institute for Nuclear Power Moscow »
  142. (anglais) Brian Wang, « 2015 could be year of LENR breakout and legitimacy. Cold Fusion vindication possible », 31 janvier 2015. « successful replication...extend the open work...E-catworld has seen »
  143. (anglais) Brian Westenhaus, « Andrea Rossi Vindicated? Cold Fusion Takes Another Step Towards Credibility », 12 février 2015. « successful replication...skeptic also...emotional reactions...that exists...completely positive »
  144. (français) Didier Julienne, « Nickel et fusion froide, LENRG », 8 avril 2015
  145. (anglais) M Ramesh, « Scientists warming up to ‘cold fusion’, see potential in ‘other nuclear’ energy », 9 avril 2015. « other nuclear...primary source of energy...started selling his ‘E-Cat’ »
  146. (russe) Prof. Alexander Parkhomov, « Rapport sur ICCF19 A.G. Parkhomov », 18 avril 2015