Recherche:Colonisation numérique et extractivisme

Une page de Wikiversité.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Wikimedia Community Logo.svg
Colonisation numérique et extractivisme

Toute réaction ou commentaire par rapport à ce travail de recherche sont les bienvenus sur cette page de discussion.

Cette page fait partie de l’espace recherche de la Wikiversité et dépend de la faculté Socio-anthropologie. Pour plus d'informations, consultez le portail de l'espace recherche ou rendez-vous sur l'index des travaux de recherche par faculté.

Titre de la page pour créer un wikilien : Recherche:Colonisation numérique et extractivisme
Icon falscher Titel.svg
En raison de limitations techniques, la typographie souhaitable du titre, «  », n'a pu être restituée correctement ci-dessus.

De Lionel Scheepmans


Ce texte est une introduction à une table de discussion qui sera organisée à l'occasion du 20ème anniversaire du laboratoire d'anthropologie prospective.


À l'ère de l'anthropocène et au cœur d'une révolution numérique, il est important de se pencher sur le destins des sociétés humaines qui confrontées à de nouvelles façons de faire société en arrive à produire de nouvelles formes d'aliénations. Ne faut-il pas en effet voir au sein même des espaces et artéfacts numériques la suite du désencastrement politiques d'une économique mondiale (Polany, 1944)[1] au sein d'un capitalisme cognitif (Moulier-Boutang, 2007)[2] ?

La révolution numérique observée sur l'espace Web, apparaît déjà, au regret de son inventeur Tim Berners-Lee, sujette à une hyper centralisation aux mains de quelque acteurs économiques (Bellon, 2019)[3]. Dans une humanité où le relationnel se voit pris en charge par des robots (Niquet-Cabestan, 2020)[4] et l'affectif traité par des algorithmes (Cecchini, 2015)[5], n'oublions pas que le code fait loi (Lessig, 2000)[6], et qu'il répondra toujours aux souhaits de ceux qui le produisent. Ne serions-nous pas dès lors, au delà d'un colonialisme épistémique « Uni-versaliste » bien connu (Grosfoguel, 20 2012)[7], face à de nouvelles formes de colonisations portant cette fois sur nos affects et nos relations les plus intimes ?

Le monde numérique enfin ne se résume pas à du simple code informatique, mais englobe aussi les composants physiques qui en fera le support et l'objet. La fourniture de ces composants repose sur de nouvelles formes d'extractivismes (Prysthon, 2016)[8] et son écoulement sur de nouveaux enjeux écologiques (Khan et al., 2020)[9]. Comment dès lors penser l’enjeu et l'emprise du numérique dans la vie des hommes ? Comment considérer ces machines et machineries informatiques réputées seigneur et maître (Yang, Chan, Lizhi)[10] quand elle répondent discrètement aux attentes de nouvelles hégémonies mondiales ?


  1. Karl Polanyi, La grande transformation: aux origines politiques et économiques de notre temps, 2017 (ISBN 978-2-07-012474-9) (OCLC 1029202436) [lire en ligne] 
  2. Yann Moulier Boutang et Philippe Aigrain, Le capitalisme cognitif: la nouvelle grande transformation, Éditions Amsterdam, 2008 (ISBN 978-2-35480-016-1) (OCLC 757573398) [lire en ligne] 
  3. Anne Bellon, « Qu’est devenue l’utopie d’Internet ? », Revue Projet, vol. 371, no  4, 2019, p. 6 (ISSN 0033-0884) [texte intégral (page consultée le 2020-02-16)]
  4. Valérie Niquet-Cabestan, Le Japon en 100 questions: un modèle en déclin?, Tallandier, 2020 (ISBN 979-10-210-3395-5) (OCLC 1140096398) [lire en ligne] 
  5. Amaranta Cecchini, Intimités amoureuses à l'ère du numérique: le cas des relations nouées dans les mondes sociaux en ligne, Alphil-Presses universitaires suisses, 2015 (ISBN 978-2-88930-049-5) (OCLC 995617460) [lire en ligne] 
  6. Lawrence Lessig, « Code Is Law », sur Harvard Magazine, (consulté le 16 février 2020)
  7. Ramón Grosfoguel, Decolonizing Western Uni-versalisms: Decolonial Pluri-versalism from Aimé Césaire to the Zapatistas, eScholarship, University of California, 2012 (OCLC 1114727883) [lire en ligne] 
  8. Prysthon, W. (2016). Anna Bednik, EXTRACTIVISME. Exploitation industrielle de la nature : logiques, conséquences, résistances: Le passager clandestin, 2016, 370 p., 18 €. Revue Projet,  353(4), 93b-94. doi:10.3917/pro.353.0094.
  9. Anish Khan, Inamuddin et Abdullah M Asiri, E-waste Recycling and Management: Present Scenarios and Environmental Issues, 2020 (ISBN 978-3-030-14184-4) (OCLC 1126188192) [lire en ligne] 
  10. Yang, Jenny Chan, Xu Lizhi et Celia Izoard, La machine est ton seigneur et ton maître, Agone, 2015 (ISBN 978-2-7489-0238-9) (OCLC 924101939) [lire en ligne]